Ecology matters

Hulot a démissionné ce matin. Et nous, nous démissionnons ?

Le triumvirat que j’espérais il y a un an n’a pas fonctionné. Macron, Philippe et Hulot n’ont jamais réellement fonctionné ensemble malgré le titre de ministre d’Etat donné au ministre de l’écologie. 

Il n’y a eu qu’un moment où j’y ai presque cru, quand Macron a lancé son « make our planet great again » mais, sur le sujet-clé de l’agriculture et de l’alimentation, on a très vite vu qu’il n’y aurait pas d’arbitrage risquant de mécontenter la FNSEA malgré les possibilités d’alliances inédites avec les ONG et la distribution qui avaient émergé lors des états généraux de l’alimentation.

On va à nouveau entendre les éditorialistes se demander doctement s’il peut ou non y avoir une stratégie des petits pas, si les ministres ne doivent pas accepter de perdre une partie de leurs arbitrages… Comme si un jour on pouvait décider de sauver la planète sur le climat et le lendemain laisser mettre en cause la biodiversité. Dans le serment d’Hippocrate, il est explicitement affirmé « d’abord ne pas nuire » (primum non nocere). Les médecins savent bien qu’il n’est pas toujours possible de guérir mais le minimum auquel ils s’obligent est de ne pas aggraver la situation de leur patient. Comment peut-on dire comme le porte-parole du gouvernement qu’un coup on gagne, un coup on perd et que c’est le jeu politique ? La politique pensée comme un jeu de cartes ! Oui au rami ou à la belotte, il n’y a pas d’enjeu, et seuls les « mauvais joueurs » se plaignent de perdre, mais là c’est de notre avenir commun dont on parle. Les ministres devraient signer leur serment d’Hippocrate en entrant en fonction.

Je suis bien conscient que la politique passe souvent par des petits pas mais à condition d’avoir une direction claire ! Un pas en avant et un pas en arrière (ou même un pas de côté) ne font pas une stratégie fiable et donc entraînante. Comment imaginer que les acteurs sociaux, les entreprises et les citoyens s’alignent sur une ambition commune si le message des plus hautes autorités de l’Etat n’est engagé que dans les discours généraux ? Hulot a pointé ce matin sur France Inter que le problème n’était pas seulement qu’il n’avait pas le soutien du reste du gouvernement mais que la société dans son ensemble restait souvent inerte quand il fallait défendre une position sur les pesticides ou sur la réintroduction d’espèces menacées. Il s’est même permis d’égratigner les médias insuffisamment présents sur ces sujets. Mais cette mobilisation générale ne peut subvenir par la volonté d’un seul ministre. Tant qu’on ne voit les questions écologiques que comme une question parmi d’autres, une question thématique comme il y a par ailleurs la santé, l’emploi ou le tourisme, on n’a rien compris.

A quel niveau de catastrophe va-t-on réussir à sonner utilement le tocsin ? L’été a pourtant été critique sur tous les continents, de l’Inde frappée par des inondations jamais connues à la Californie toujours plus ravagée par les incendies. On connait le risque de la grenouille dans la casserole : plongée dans l’eau froide progressivement portée à ébullition, elle ne tentera de sauter de la casserole que lorsqu’elle aura trop chaud pour en avoir encore la force. Parfois, on a la désagréable impression que nous sommes devenus une grenouille collective et que l’eau est déjà bien chaude…

Hulot espérait ce matin que son geste (il a, d’une certaine manière, sauté hors de la casserole !), provoquerait un sursaut positif. N’attendons pas que les responsables politiques aient un tel sursaut, ils ne l’auront pas, ils se révèlent ô combien du vieux monde. Mais nous, sommes-nous collectivement capables de dire que les questions écologiques ne sont pas des questions parmi d’autres, qu’elles engagent notre avenir à tous ?

« Black lives matter » ont dit les Américains pour rejeter le racisme ambiant des forces de l’ordre, ne devons-nous pas inventer un « ecology matters » ? Et l’afficher haut et fort. Nous sommes le peuple souverain, c’est à nous de « mettre à l’agenda » les questions qui comptent vraiment pour nous ! 

Révolution – acte 2

Les 9 mois que nous venons de vivre ont bien constitué une Révolution politique soft. Mais ce n’était que l’acte 1. Et si on commençait à réfléchir à l’acte 2 ? Il pourrait être encore plus intéressant en touchant au fonctionnement de nos institutions…

Chacun l’a dit : l’Assemblée que nous avons élue est inédite sur tous les plans. Résumons. Plus de femmes, plus de jeunes, plus d’acteurs économiques. Beaucoup plus de nouveaux députés (un renouvellement à plus des trois-quart est du jamais vu). Ce mouvement n’a pas touché que le groupe En marche, il a emporté l’ensemble de la représentation nationale à la faveur de la première application de la loi sur le non-cumul des mandats. Donc une Assemblée sinon représentative sociologiquement en tous cas donnant une idée de la diversité française.

Ce premier aspect est renforcé par la composition politique de la nouvelle Chambre. Aucun des sept groupes qui se sont créés – aucun – ne peut se revendiquer d’être le continuateur direct et complet des groupes ayant siégé dans l’hémicycle précédemment. Autour des Marcheurs la dispersion est totale. 2 droites + 1 Modem, 2 socialistes + un Insoumis sans le PC, ça fait beaucoup ! Si on a bien compris, le Président et son gouvernement sont soutenus à des degrés divers par 4 des 7 groupes ! Pas d’opposition donc mais des micro-groupes d’expressions des désaccords. Pour parler d’opposition, il faudrait en effet avoir face à la majorité une alternative à proposer et une crédibilité suffisante pour avoir une chance de gagner les élections suivantes seuls ou par une coalition. Cette perspective est aujourd’hui pratiquement inimaginable. Ainsi malgré un parti Les Républicains avec plus d’une centaine de sièges, les droites, divisées en deux groupes concurrents, se neutralisent mutuellement comme l’a montré par l’absurde l’élection du président de la commission des Finances.

Ce qui me frappe c’est que cette situation semble actée par tous comme la nouvelle donne de la vie politique française dont nous devrions nous satisfaire alors qu’elle signe tout de même l’impossibilité de l’alternance gauche/droite qui reste pour beaucoup la base du pacte démocratique. Contrairement au voisin allemand nous n’avons pas affaire à une coalition unissant parti de gauche et parti de droite qui continuent à s’opposer le temps des élections, nous avons un seul parti central et des forces purement protestataires. En marche ou les extrêmes, tel semble être notre nouvel horizon démocratique. On comprend que ça ne donne pas envie de regarder vers l’avenir mais c’est quand même un peu faire l’autruche !

Nous n’allons pas pouvoir vivre dans un éternel présent. La politique c’est par essence la projection dans l’avenir, ne serait-ce qu’électoral. Croyons-nous vraiment qu’il faut s’armer de patience et attendre que de nouveaux partis émergent et réinventent le jeu électoral classique ? Je crains fort que l’accélération de l’histoire ne nous en laisse pas le temps. Malgré leurs défaites respectives en 2007 et en 2012, ni le PS ni LR n’ont su profiter de leur cure d’opposition pour se réinventer. Qui peut croire qu’ils le feront cette fois en étant à ce point laminés et divisés ? Les Insoumis, qui représentent comme En marche une nouvelle génération d’engagement, peuvent-ils constituer une alternative, peuvent-ils construire une alternance ? Aujourd’hui, même en imaginant l’échec du gouvernement actuel, on ne voit pas comment se ferait le passage de la protestation à la prise de responsabilité.

L’inattendue victoire d’Emmanuel Macron oblige à accélérer et à radicaliser la réflexion que nous sommes nombreux à avoir amorcée. Je réfléchis sur le plan théorique, depuis longtemps déjà, à l’articulation entre un exécutif élu sur une vision d’avenir et un législatif tiré au sort pour représenter la société dans sa diversité. On y est presque !

Voici un court extrait de ce que j’écrivais il y a près de 15 ans et que je vais sans doute publier à l’automne (tout arrive !) :

C’est l’interaction entre un pouvoir politique et un pouvoir sociétal qui nous semble la clé du renouveau de notre démocratie. Pour donner toute sa place à une Assemblée de citoyens, le régime « présidentiel », où chacun des deux pouvoirs, l’exécutif et le législatif, sont sur un pied d’égalité, apparaît comme une nécessité. Le Président, élu au suffrage universel comme actuellement, aura ainsi à composer avec une assemblée non partisane. Face à une assemblée mieux à même de traduire les attentes de la société, le président retrouve sa fonction première d’incarnation d’une vision et d’un projet politique. Il n’y a plus de cohabitation occasionnelle entre deux volontés politiques, il y a une cohabitation permanente et nécessaire entre la politique et la société.

Le Président élu ne manque pas de charisme, Hulot lui fournit une feuille de route ambitieuse et Philippe a la capacité de mettre en musique la partition. Pour la plupart des observateurs, l’attelage à trois ne peut pas marcher et, habituels Cassandre, ils misent sur un éclatement de l’alliance avant la fin de l’année. J’ai envie de croire que les choses peuvent se passer autrement, que les trois hommes peuvent faire équipe sans tomber dans le jeu des rivalités stériles. Macron est clairement un leader mais il peut se laisser inspirer et Hulot a donc une chance d’être entendu. Philippe aux dires de beaucoup aime (contrairement à Fillon) être le collaborateur zélé d’un « maître » (Juppé hier, Macron aujourd’hui mais aussi, on l’oublie un peu, Attali quand il était maire du Havre avec l’économie positive et le LH Forum). Hulot n’a rien à perdre et peut donc se montrer exigeant sur le fond et souple sur la forme. Le triumvirat peut nous surprendre et ne pas nécessairement laisser percer Napoléon sous Bonaparte. Hulot ne sera pas forcément Sieyès, ni Philippe un Ducos oublié par la postérité !

Quant à l’Assemblée, on l’a dit, elle est la plus sociologiquement représentative qu’on ait eu depuis bien longtemps. Moins classiquement politique, elle peut assez vite s’émanciper de l’exécutif contrairement à ce qui se dit aussi. Les majorités larges et inexpérimentées ne sont pas nécessairement des majorités godillots. On peut imaginer un autre scénario compte tenu du fait que la pression électoraliste est plus faible qu’habituellement avec un parti en place qui a peu à craindre de ses oppositions. Les députés privés du cumul des mandats vont être amenés à se concentrer sur leur mandat parlementaire. Souvent habitués dans leur vie antérieure à avoir des responsabilités, ils vont avoir envie de se saisir des dossiers qui leur tiennent à cœur. Face au gouvernement nous devrions trouver des élus à même de débattre, de construire des alternatives ou des enrichissements à des projets de loi toujours concoctés dans le même moule par les cabinets ministériels. La société civile pourrait enfin prendre la parole au Parlement pour mieux faire entendre sa capacité à être une part de la solution. Des lois pourraient ainsi laisser plus de place à l’initiative citoyenne, à la coopération public/privé, à l’implication des bénéficiaires dans les services rendus par la collectivité.

Si, dans trois ans, un tel fonctionnement s’avérait positif ne pourrait-on pas envisager d’introduire une dose de tirage au sort dans la désignation des députés ? Ce serait plus fort et plus neuf que l’éternelle promesse (jamais tenue) d’une dose de proportionnelle. Bien sûr, je rêve. Mais ne faut-il pas d’abord rêver la réalité pour qu’elle advienne un jour ?

La politique à l’heure du ET

Gauche et droite, politique et société civile, présidentialisme et parlementarisme, libéralisme et écologie… Le grand retour du ET en politique ?

Pour nombre de nos contemporains, l’obscure clarté, le fameux oxymore, ne veut rien dire ! Au mieux diront-ils avec indulgence ou mépris « c’est de la poésie ». Je les entends : Dans la vraie vie, la clarté ne peut pas être obscure ni l’obscurité claire. Dans la vraie vie, il faut choisir et particulièrement en politique. Etre de gauche ou de droite. Etre pour l’horizontalité du dialogue ou par la verticalité de l’autorité. Choisissez : vous êtes pour ou contre la croissance ? pour ou contre l’Europe ? pour ou contre l’Etat providence ? ah vous ne savez pas répondre à ces questions, vous êtes donc indécis, inapte au pouvoir qui doit trancher sans hésiter. Combien de fois dans le débat public avons-nous entendu ces réquisitions comminatoires ? Tout ça au nom d’une prétendue clarté nécessaire au le citoyen ! Et si c’était cette recherche obtuse de la netteté qui rendait le monde opaque ? Le simplisme de beaucoup de discours « tranchés » confine à la cécité face à un réel en relief qui échappe toujours à ceux qui ne voient que d’un œil.

Ceux qui me lisent depuis longtemps savent ma préférence pour les oxymores et pour le ET. Ils comprendront donc ma satisfaction de citoyen à voir un gouvernement tenter l’exercice délicat de la conjonction plutôt que la pratique habituelle de la confrontation. Poussons le principe à son terme : l’utilité que je vois à la « conjonction » ne me pousse pas à dénigrer la « confrontation ». Trop de consensus renverrait toute opposition à l’extrémisme. J’ai essayé de dire récemment l’importance du conflit. Ce n’est donc pas ET ou OU mais bien ET et OU ! Je sais, ça complique encore un peu plus le jeu mais acceptons cette montée en complexité !

Nous avons élu un président qui refuse heureusement de renoncer au « en même temps » qu’on lui a reproché de mettre dans tous ses propos. « En même temps » serait le signe de son inaptitude à gouverner, son tropisme « hollandais » à la recherche de synthèses sans contenu. Je pense qu’il faut au contraire le louer de sortir de la pensée binaire. Continuer la lecture de « La politique à l’heure du ET »

Lettre ouverte à ceux qui ne croient plus au développement durable

Pour une fois, un texte directement inspiré de mon métier de consultant en développement durable… mais on y parle aussi d’empowerment ! J’essaie d’avoir un peu de cohérence entre les deux faces de mon activité !

Chère consœur,

Cher Dominique,

Chers amis sceptiques ou déçus,

J’étais il y a quelques semaines au débat du Monde Festival consacré à l’écologie et à la mobilisation citoyenne. Autour des trois intervenants, Dominique Bourg, vice-président de la Fondation Nicolas Hulot, Pascal Canfin, directeur général du WWF et Cyril Dion, réalisateur du film « Demain », on sentait pour une fois une salle à l’unisson pour partager un désir d’action. Quand Pascal Canfin annonçait la création d’une plateforme de crowdacting pur rassembler les initiatives de chacun… « après les élections », une personne dans la salle l’a apostrophé en disant « pourquoi attendre ? » et toute la salle a applaudi amenant Canfin à promettre qu’il allait essayer d’accélérer.

Devant cette envie d’agir largement exprimée et partagée, une dissonance m’incite à réagir car elle concerne les entreprises et leur place dans cet effort de transformation collectif. Une consultante en développement durable présente dans la salle a en effet pris la parole (sans que je parvienne à l’identifier dans la foule nombreuse qui se pressait dans le foyer du Palais Garnier) pour dire à quel point son métier avait perdu du sens au cours des dernières années. On n’était plus dans l’époque des pionniers qui inventaient des démarches innovantes mais dans une période où les entreprises poussées par la normalisation se mettaient à faire du reporting sans aucune créativité, gaspillant leur énergie dans des procédures qui ne changeaient rien sur le fond. Dominique Bourg, philosophe, très engagé sur les enjeux de démocratie écologique rebondissait sur son intervention pour dire que lui aussi bannissait ce terme de développement durable de ses propos tant les résultats étaient loin des promesses puisque le découplage attendu entre croissance et consommation des ressources ne s’était pas produit mais qu’au contraire chaque point de croissance était obtenu avec plus de consommation de ressources qu’avant.

Dominique Bourg n’est pas un idéologue, c’est un pragmatique qui cherche des solutions. Il est un des premiers à avoir promu le terme d’économie de la fonctionnalité. Nous avons travaillé ensemble au départ de l’expérimentation conduite avec Seb pour proposer une alternative à l’achat des appareils de cuisson via un service de location. Son propos ne me laisse donc pas indifférent, à la fois comme consultant et comme citoyen. Faut-il comme il le suggère renoncer au combat du développement durable ?

Oui, si le développement durable est le moyen de d’obtenir le droit de continuer à produire comme avant moyennant des gages donnés sur quelques sujets sociaux ou environnementaux soigneusement sélectionnés pour ne pas avoir d’incidence directe sur le métier même de l’entreprise (ou le projet du territoire).

Mais évidemment ces pratiques ne sont pas du développement durable ! Rappelons-le, le développement durable consiste, selon la définition de Brundtland, à répondre à nos besoins en préservant la possibilité des générations futures, y compris les plus pauvres, de pourvoir à leurs propres besoins. Cette prise en compte du temps long et des plus faibles rend nécessaire une plus grande créativité !

La transformation des modèles économiques (pour les entreprises) et des projets de territoire (pour les institutions), qu’exige le « vrai » développement durable, suppose d’agir à la fois par l’innovation, la gouvernance et la communication. Ensemble.

L’économiste Michèle Debonneuil a bien montré que les approches thématiques du DD conduisaient à chercher à faire la même chose en intégrant des contraintes alors qu’il est plus pertinent, plus désirable et donc au final plus simple de « chercher à répondre aux besoins tout autrement ». D’où les enjeux capitaux de l’économie circulaire, de l’économie de fonctionnalité, de l’économie collaborative,…

L’innovation est donc essentielle mais elle ne peut plus être pensée seule. Elle doit elle-même s’appuyer sur les ressources des salariés, des clients, des citoyens. Elle nécessite pour cela une gouvernance qui laisse de la place au bottom-up, au développement du pouvoir d’agir (empowerment). Elle suppose en conséquence une communication radicalement renouvelée qui mobilise chacun dans ce jeu collectif.

Le développement durable ainsi conçu est une aventure humaine extrêmement riche nécessitant vision et pragmatisme, stratégie et expérimentation. Les analyses de matérialité et le reporting prennent alors un sens très différent : ce ne sont plus des pratiques normatives et bureaucratiques mais des outils de pilotage. En amont de la stratégie pour bien percevoir les enjeux pour « agir tout autrement » et les partager avec les parties prenantes internes et externes ; en continu ensuite pour accompagner les acteurs de la transformation pour que celle-ci soit vécue comme un projet où chacun a sa part.

Lorsque le développement durable est vécu comme ça par les entreprises, c’est aussi motivant et enthousiasmant que le « crowdacting » proposé par Pascal Canfin ! Pourquoi alors cette impression de décalage entre ce qui se fait en entreprise et ce qui se fait dans l’univers associatif ? Sans doute parce que les entreprises les plus engagées dans des transformations profondes le font peu savoir tant qu’elles n’ont pas de résultats tangibles. Sans doute aussi parce que les premiers résultats sont encore peu repris dans les médias et les cercles dirigeants. Qui sait par exemple comme le rappelait Pascal Canfin (encore lui !) dans une tribune parue dans Le Monde économie le 2 septembre dernier que la part des énergies renouvelables a représenté, en 2015, 90% des nouvelles capacités de production d’électricité installées dans le monde contre 50% en 2014.

De ce fait, conclut-il, « les émissions globales de CO2 provenant du secteur de l’énergie ont stagné pour la seconde année consécutive en 2015 malgré une croissance économique mondiale de 3 %. Nous sommes donc sans doute en train de vivre les premiers éléments du découplage entre production de richesses économiques et émissions de CO2. Même si ce n’est que le tout début du chemin, nous sommes enfin sur la bonne voie. »

Chers amis sceptiques ou déçus, ce n’est pas au moment où l’urgence de la transition est enfin reconnue (y compris en Chine et aux Etats-Unis, car n’oublions qu’avec le fédéralisme américain, beaucoup d’engagements se prennent Etat par Etat), au moment où les premières actions commencent à avoir des résultats qu’il faut changer de cheval ! La notion de développement durable a bien sûr des ambiguïtés ; elle a parfois couvert des opérations de pure communication mais il est essentiel que nous soyons toujours plus nombreux à concevoir et mettre en pratique un développement durable ambitieux et créatif.

Cette approche du DD doit pouvoir réconcilier le consultant et le philosophe !