Je suis Lula !

Je vous invite à lire le discours puissant et simple de Lula avant qu’il choisisse librement de se laisser incarcérer. Dommage qu’il n’ait pas été plus repris. Merci au réseau Convivialiste de l’avoir traduit et diffusé.

 

J’ai rêvé qu’il était possible de gouverner en intégrant dans la nation des millions de pauvres, qu’un simple métallo sans diplôme pouvait faire accéder les Noirs à l’université. J’ai commis un crime : faire entrer les pauvres à l’université – ces pauvres qui mangeraient de la viande et qui pourraient prendre l’avion. C’est de ce crime que je suis accusé. J’ai rêvé, puisque tel est mon crime, de pouvoir poursuivre ma carrière de criminel. Je vais donc me présenter au commissariat la tête haute et l’Histoire démontrera que les véritables criminels, ce sont mes accusateurs. Je ne leur pardonne pas d’avoir diffusé dans la société et dans le monde l’idée que je suis un voleur. Je ne suis pas au-dessus des lois, car si je pensais l’être, je n’aurais pas créé un parti politique pour aller aux urnes, j’aurais préconisé la révolution.

Le juge a reconnu qu’il n’a aucune preuve, mais qu’il a des convictions. Qu’il garde donc ses convictions pour ses complices. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que plus ils m’attaquent, plus se renforce ma relation avec le peuple brésilien.

Ce putsch n’a pas pris fin avec la destitution de Dilma Roussef. Il ne sera achevé que lorsque ses promoteurs seront parvenus à interdire ma candidature. Leur rêve, c’est de voir Lula en prison. Ma photo comme prisonnier leur provoquera un orgasme à répétition. Vous allez tous voir Lula se diriger vers la prison. C’est n’est pas un être humain qui fait ce chemin vers la prison, mais une idée. Vous tous, vous vous appelez désormais Lula. Ils me suggèrent d’aller à l’ambassade de Bolivie ou d’Uruguay, mais cela n’est plus de mon âge. Je vais les affronter les yeux dans les yeux. De cette épreuve, je sortirai plus fort, meilleur, plus authentique. Je ne saurai jamais comment vous rendre l’affection et le respect que vous me manifestez tous.

Les puissants peuvent toujours couper une, dix, cent roses, mais ils ne pourront jamais empêcher l’arrivée du printemps. Il ne pourront pas dire que je suis caché, ou en fuite. Ils ne me font pas peur. Qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Je prouverai mon innocence.

Lula aurait pu choisir d’attiser la colère de ses partisans et déclencher des violences révolutionnaires; il aurait pu choisir de s’exiler et attendre qu’on lui rende justice. Il accepte l’épreuve et le jugement de l’histoire. J’admire sans réserve ! …et j’aimerais tant que partout dans le monde des millions de personnes disent « je suis Lula ». Parce que Lula n’est plus simplement « un être humain qui fait ce chemin vers la prison, mais une idée« . Nous devrions tous être Lula, être cette idée de la démocratie, au-delà de nos opinions politiques.

Beltrame, héros ou saint ?

J’espère que mon papier sera compris. Il me semble important par la distinction qu’il opère et par l’appel qui le conclut.

Comme chacun sans doute, l’hommage rendu au lieutenant-colonel Beltrame m’a ému. Je garderai en tête cette image du cortège semblant flotter sur l’eau, corbillard et motos se reflétant dans le miroir parfait de la chaussée détrempée par une pluie tenace.

Pourtant le malaise qui m’accompagne depuis le début de l’héroïsation du geste de ce gendarme ne m’a pas quitté. Oui cet homme est admirable. Son geste comme le disait Comte-Sponville dans Le Monde est plus encore que courageux, il est la générosité même puisque c’est une vie donnée pour sauver une vie. Ni le geste, ni l’homme qui l’a accompli ne sont en cause dans mon malaise. Mon admiration est totale. Alors quoi ? Pourquoi je ne vibre pas à l’unisson de tous ceux qui célèbrent un « héros français » ? Je ne suis pas antimilitariste comme cet homme qui s’est réjoui de la mort du gendarme. Je ne suis pas gêné que cet homme ait pu agir au nom de sa foi puisque je la partage. Je suis heureux qu’un Français montre des qualités humaines dont on puisse être fier. Mais je ne pense pas pour autant qu’il faille en faire un héros national. C’est pour moi plus un saint qu’un héros. Un saint, c’est celui qui suit l’exemple donné par le Christ en aimant jusqu’au don de sa vie. Pour moi Beltrame n’a pas fait un acte nécessaire à l’ordre public, il a fait preuve d’un exceptionnel altruisme ; il a agi moins en gendarme (tout le monde a reconnu que son acte n’était pas nécessité par sa fonction) qu’en homme et en chrétien solidaire d’une personne qu’il a voulu sauver. Un héros, c’est autre chose pour moi, c’est quelqu’un qui s’inscrit dans la construction d’un projet collectif, national ou non, quelqu’un qui participe d’une œuvre commune.

Je crains que cette héroïsation soit dictée par deux mauvaises raisons et qu’elle risque de renforcer nos fractures en ne solidarisant qu’une partie de la population de notre pays. Pour moi, on a trop appuyé sur le fait qu’il était soldat, français et chrétien comme si on retrouvait enfin le socle national alliant Eglise et Armée dans la même défense d’une identité française menacée. Cette vision obsidionale de la France m’attriste. La France, je l’aime, ouverte, diverse et impertinente. Cette insistance à dire qu’il est bien Français laisse entendre en contrepoint (mais bien sûr sans le dire ouvertement) qu’être blanc, catholique et défenseur de l’ordre public, c’est la France de référence, celle dont on doit être fier (exclusivement ?). 

L’autre élément de cette héroïsation c’est cette « guerre au terrorisme » dont j’ai déjà eu ici l’occasion de me distancier. J’ai relu 3 malaises face à la guerre, je le signe encore aujourd’hui. Faire du lieutenant-colonel Beltrame un héros renforce encore cette idée que nous sommes en guerre et que son geste est un fait d’arme dans un combat guerrier. Qui peut croire sérieusement que ce jeune délinquant abruti était un combattant ? Encore une fois nous créons nous-mêmes nos ennemis en leur donnant autant d’importance. Ils n’existent que par l’écho médiatique qu’ils suscitent. La réalité de leur action concrète relève du fait divers sordide. Ce sont des criminels plus que des terroristes. Il faut évidemment protéger au mieux la population, repérer en amont ceux qui risquent de passer à l’acte mais pas au prix de notre liberté, de notre dignité.

Si donc je pense que Beltrame est plus un saint qu’un héros, qui peuvent être aujourd’hui nos héros ? … car je crois aussi que nous avons besoin de figures qui orientent notre projet national et donnent envie d’y participer. Beltrame, en tant que « saint », nous aide à discerner quelle valeur nous donnons à la vie, et c’est essentiel ; mais qui peut nous aider, par son exemple, à construire une Nation dont nous soyons fiers et surtout que nous aurions envie de contribuer à construire ? (Car une Nation, ce n’est pas seulement un passé qu’on admire et qu’on protège, c’est un futur qu’on prépare par ses propres engagements).

J’aimerais que nous prenions tous la plume pour dire nos « héros d’aujourd’hui », ceux qui nous inspirent et nous font avancer. Allez, je me lance ! Je sais qu’il va trouver le qualificatif lourd à porter mais tant pis, pour moi, Jean-Pierre Worms est un « héros d’aujourd’hui ». Par son combat au service de la justice à l’égard des plus pauvres, des oubliés, par sa capacité à prendre des initiatives qui marquent (France Initiative pour le développement local, le collectif Pouvoir d’agir pour la reconnaissance de l’empowerment,…), par sa capacité à mener ensemble 3 vies, celle de chercheur, d’homme politique et de responsable associatif, par ses qualités humaines de disponibilité, d’enthousiasme, d’entraînement et de modestie. Je pourrais continuer mais je ne fais pas un éloge funèbre ; Jean-Pierre est heureusement bien vivant, étonnant jeune homme qui a dépassé 80 ans !

Et si nous faisions collectivement cet exercice d’admiration ? Une page Facebook des « héros d’aujourd’hui » ? Si vous êtes prêts à l’alimenter, chers lecteurs, je suis prêt à la créer. Chiche ? Christine tu te lances ? 

Humain, humus, humilité

Des mots reliés, mais un lien qu’on a oublié, qu’on cherche parfois à nier, qu’on devrait pourtant cultiver…

Nous ne sommes pas assez attentifs aux parentés des mots. Vous l’avez déjà compris (ou le savez), humain, humus et humilité ont la même étymologie, la terre au sens de sol. L’humilité, c’est en réalité assez simplement se reconnaître terrestre, partie prenante du vivant.

Ça doit être absolument insupportable aux transhumanistes qui veulent de toute urgence nous sortir de cette matérialité… humiliante. Pour eux l’humain (au moins son intelligence, la seule chose qui compte pour eux) pourrait être transféré sur des « supports » différents que ces corps issus de la glèbe. Moi qu’on qualifiait jeune de « pur esprit » et qui m’en trouvais bêtement flatté, je comprends aujourd’hui viscéralement à quel point j’étais sèchement désincarné.

Patrick Viveret ajoute à ce triptyque l’humour mais c’est en fait une autre origine : de la terre on passe à l’eau à travers l’humeur, les humeurs, l’humidité. C’est le fluide, le liquide, une certaine ambiguïté aussi, qu’on doit interpréter. Restons-en donc au triptyque. Humain, humus, humilité. Si on y réfléchit, c’est le contour, l’horizon du développement durable, l’antidote à l’hubris.

Sur le même sujet, plus centré sur la dimension (essentielle !) de l’agroécologie un beau papier de la romancière Sylvie Germain

 

 

Ce qui reste

Ce qui subsiste de nos œuvres, nous l’imaginons volontiers intangible à travers le temps. De l’art roman à Bardot, balade dans la réinterprétation permanente de « ce qui compte vraiment ». Loin des assignations identitaires…

Michel Pastoureau, l’historien de la couleur et médiéviste, note dans un livre consacré aux tympans des plus belles églises romanes (Conques, Aulnay, Autun, Vézelay,…) que les sculpteurs de ces œuvres qui ont traversé le temps étaient moins payés que les peintres qui les mettaient en couleur ! Avec notre regard d’humains du XXIème siècle cela nous semble incroyable. Ceux qui ont sculpté des jugements derniers aussi expressifs, qui ont imaginé ces bestiaires faits de sirènes, de dragons et de sagittaires, qui ont montré des chasseurs rôtis à la broche par des lapins, des moines montrant leur derrière, … avaient moins de valeur aux yeux de leurs commanditaires que ceux qui « se contentaient » de badigeonner l’ensemble de couleurs criardes ! Parce que c’est bien ça, « ce qui reste » 800 ans après : une valorisation de la sculpture romane et une méfiance à l’égard des couleurs qui seraient forcément l’équivalent de la colorisation des films en noir et blanc du début du XXème siècle. D’ailleurs les tentatives de reconstitution faites au XIXème siècle, par Viollet-le-Duc particulièrement, ont bien souvent été vues comme une Disneyisation avant l’heure.

Continuer la lecture de « Ce qui reste »

A l’aventure !

Après deux mois de silence et de doute…

Je suis à nouveau parti à l’aventure ! j’avais évoqué en décembre mon désir de retrouver le chemin de l’engagement citoyen mais en fait, en janvier, c’est la panne qui est arrivée. Plus une envie, seulement des angoisses et une fatigue pesante, incapacitante. Le médecin a dit « épuisement professionnel ». Je parlerais de vacance, au singulier et au sens propre. Le vide, littéralement. Janvier est passé… mais pas pour moi. Je peux dire que je ne l’ai pas vécu. Février est bien avancé et je reprends progressivement mes esprits. L’énergie revient. L’Italie, comme toujours a contribué ces derniers jours à me revitaliser. Trois jours sur la riviera italienne, cette côte ligure dont j’aime les contrastes : mer et montagne, palmiers et pins, villas offertes aux regards et villages escarpés et secrets.

Après mon faux-départ de janvier, me voilà au début d’une nouvelle aventure. Je quitte Deloitte mais pour poursuivre le même projet par des voies moins balisées. J’ai besoin de cette part d’inconfort pour être confortable (au grand dam de ma chère et tendre qui aimerait davantage de stabilité). L’incertitude me fait avancer.

J’ai utilisé le terme d’aventure spontanément, sans trop y réfléchir, dans le mot que j’ai envoyé aux équipes de Deloitte pour expliquer mon départ. Une de celles avec qui j’ai eu l’occasion de travailler a pointé le mot et est revenu à l’étymologie comme je le fais souvent dans ce blog. J’y reviens à mon tour. L’aventure, c’est ce qui va advenir (advenire et son participe futur adventurum), partir à l’aventure c’est donc se tourner vers l’avenir, en se libérant du passé sans doute mais aussi de l’éternel présent qui caractérise notre époque. L’à-venir peut n’être qu’un simple futur bientôt avalé par le présent s’il n’est pas regardé comme une matière à récit, comme je l’évoquais dans mon dernier texte de 2017.

J’ai rompu les amarres mais pas les relations. Je ne sais pas encore où ma navigation va me mener mais je suis sûr d’une chose : les liens tissés depuis vingt ans avec Didier Livio et l’équipe de Synergence et depuis deux ans au sein de Deloitte vont perdurer. Mieux même, j’ai la certitude qu’ils vont « être de l’aventure » car nous sommes mus par les mêmes ressorts. 

Les Ateliers de la citoyenneté ont été une première aventure hors des chemins balisés. Celle qui s’amorce n’a pas encore de destination mais elle a déjà un cap : raconter un avenir désirable pour lui permettre d’advenir. Une aventure au sens premier du terme. Ce blog sera bien sûr un moyen de la raconter. Comme le disait Sartre dans la Nausée (citation trouvée dans le dictionnaire culturel de la langue française d’Alain Rey) :

[…] pour que l’événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu’on se mette à le raconter.

 

Anticipation

Le passage d’une année à l’autre nous amène naturellement à regarder vers le futur… Au-delà des échanges de vœux traditionnels, si nous changions notre manière d’envisager l’à-venir ?

Nous ne manquons pas de détecteurs de tendances, d’explorateurs de signaux faibles. Nous sommes nourris de scénarios de tendances avec les indispensables variantes selon qu’on sera plus individualistes ou plus sociaux, que l’on fera le pari des territoires en réseaux ou de l’entreprise étendue… Et pourtant le futur ne nous a jamais paru plus incertain, plus indéchiffrable, et plus menaçant !

Pourquoi ce paradoxe ? Pourquoi cet impossible élan vers demain ?

En réalité nous sommes en panne d’imaginaire ! plus encore nous sommes en panne d’un imaginaire positif qui donne du sens à nos vies. Le futur souhaitable de la prospective est bien souvent un futur sous contrainte du présent. Pas un avenir qui attire. Le futur est un à-venir sans promesse. La fin des idéologies et des religions ne nous a pas laïcisés, il nous a « désenthousiasmé ». On attend le futur avec angoisse alors qu’on pourrait désirer l’avenir avec passion. Le futur nous inquiète, l’avenir pourrait nous émouvoir.

Le futur est un compromis, l’avenir ne peut être qu’un pari. Pour parier il faut avoir entrevu un lendemain que l’on désire vivre.

Peut-on s’enthousiasmer sans retomber dans les errements de la croyance dans des lendemains qui chantent ou des paradis hypothétiques ?

En fait nous n’avons pas renoncé à nous enthousiasmer car nous pouvons difficilement vivre sans projection dans l’avenir mais faute de grands récits politiques ou religieux nous bricolons des succédanés : les uns ont les jeux de hasard et leur rêve de devenir millionnaire, d’autres des proximités fantasmées avec leurs idoles (on l’a bien vu avec le décès de Johnny Halliday). On se crée des communions éphémères mais intenses autour d’événements sportifs (ah la France black, blanc, beur). Ces « vies rêvées » sont les soupapes d’un monde qui ne fait pas rêver mais elles enferment dans l’illusion et ne conduisent à aucune action sur le réel puisque l’enjeu principal est d’y échapper.

Notre question se complique donc encore : peut-on s’enthousiasmer pour l’avenir en gardant les pieds dans le réel ? Comment s’enthousiasmer pour l’avenir sans tomber dans l’illusion ou les visions totalitaires/totalisantes mais en puisant dans l’avenir désiré des ressources pour transformer le présent ?

Deux voies me semblent prometteuses et convergentes même si elles partent d’un point de vue différent. Schématiquement il y a d’un côté la voie « personnelle » qui détecte chez l’individu contemporain autre chose que l’homo economicus, individualiste et épris de compétition qu’on nous décrit à longueur de temps. Cette voie amène à considérer l’humain comme un être doué d’empathie, à même de se lier aux autres, développant son pouvoir d’agir dans la coopération ; d’un autre côté il y a la voie « politique » qui tente de décrire ce que pourrait être une société convivialiste comme s’y emploient Alain Caillé et le groupe d’intellectuels qu’il tente d’unir dans un projet commun dépassant l’œuvre éditoriale de chacun.

Ces deux voies ne sont pas exemptes de limites : la voie personnelle peut conduire aux impasses du « développement personnel » qui amène à se créer une bulle de confort dans un océan de mal-être ; la voie politique ou convivialiste peut se perdre dans les sables de la recherche de solutions programmatiques sans réel écho dans une société très encline à se méfier du politique dans son ensemble. Autrement dit la première voie peut s’enfermer dans une vision riche mais égocentrée de l’avenir désirable, la seconde peut se perdre dans l’aridité et l’abstraction des approches programmatiques.

La manière pour moi de concilier les deux approches est de penser en termes de modes de vie comme y invite par exemple Marc Hunyadi. Qu’est-ce que ça change ? En fait ça permet de personnaliser la vision politique, de la traduire en histoires de vie en montrant comment les personnes vont se saisir des nouveaux contextes créés par les transformations convivialistes… en les imaginant DEJA réalisées.

Nous avons besoin de récits d’anticipation ! D’anticipations qui donnent à voir des modes de vie désirables. Nous sommes saturés d’anticipations négatives, fondées sur l’exploration des catastrophes, qu’elles soient écologiques ou politiques. Elles ont bien sûr leur utilité, au-delà de la fascination morbide qui nous pousse à nous y plonger, en nous amenant à réfléchir à ce qui conduit à de telles apocalypses. Il est néanmoins temps de faire émerger des « anticipations positives ». Nous avons réellement besoin de structurer l’imaginaire d’un monde désirable si nous voulons que ce monde ait une chance de voir le jour. J’ai plus que jamais envie/besoin de participer à l’invention de ces récits.

 

PS 1 – Je reprends deux jours par semaine pour y travailler en dehors de mon activité de consultant. Merci à Didier Livio de me laisser du temps pour cette nouvelle aventure personnelle !

PS 2 – Ce texte fait écho à un papier précédent sur la nécessité de structurer un imaginaire politique renouvelé. Le texte est là.

 

 

 

 

 

Nature

L’étymologie peut servir à se réconcilier avec des mots. Prenez Nature. Voici un mot que j’ai toujours utilisé avec réticence. Son origine latine peut lui redonner un sens plus … actuel !

La Nature, pour moi, n’existe pas. Parler de nature pour dire d’un environnement qu’il n’est pas affecté par l’homme est toujours trompeur. La quasi-totalité de nos paysages ont été façonnés par l’homme. Il n’y a pas d’extériorité de la nature, nous ne pouvons pas « aller dans la nature » comme dans un monde à part.

De même la nature, au sens de ce qui caractérise quelqu’un, son identité, est tout autant impropre, comme si nous avions une nature fixée de toute éternité. Nos identités se recomposent sans cesse, tout au long de notre vie. Pourtant le mot nature ,  venant de natus (né), évoque le début d’un processus vital, rien de figé donc. Pour Bruno Latour (dans son dernier livre Où atterrir ?), « la natura latine pourrait se traduire par provenance, engendrement, cours des choses ». Regarder la nature comme ça, c’est accepter de faire partie  du processus vital, d’être un « terrestre » intriqué aux autres terrestres, comme dit encore Latour. Notre nature commune c’est la vie terrestre reliée, interdépendante, toujours en progrès, forte et immensément fragile à la fois.

Catalogne, Ecosse, Flandre,… et si l’Europe était en train de se reconstruire ?

Beaucoup ont écrit pour pointer les différences entre les mouvements qui remettent en cause les Etats-nations au sein de l’Europe : Catalogne, Ecosse, Flandre,… Ces différences faisaient qu’on ne pouvait pas les comparer. Je trouve à l’inverse que c’est parce qu’ils sont très différents que leur commun rejet de l’Etat dont ils dépendent est significative.

Si l’aspiration à l’indépendance n’était le fait que d’une catégorie homogène de Régions, si le rejet ne concernait que des Etats ayant le même rapport à leurs composantes territoriales, on pourrait se dire que c’est une exception, une particularité anecdotique. Mais que la Catalogne, qui n’a rien à voir avec la Flandre et pas davantage avec l’Ecosse, veuille faire sécession se révèle de ce fait plus intéressant et ne peut plus être balayé du revers de la main. Il y a bien un problème à traiter et ce problème n’est pas celui de l’Espagne, du Royaume-Uni ou de la Belgique, il devient un problème global pour l’Europe, si tant est que l’Europe souhaite rester un ensemble démocratique.

Précaution nécessaire pour bien me faire comprendre. Quand je dis qu’il y a bien un problème de l’Etat-Nation, je ne donne pas pour autant automatiquement raison aux indépendantistes, catalans ou autres. Comme le disait très justement Patrick Viveret dans un texte partagé avec le réseau des Convivialistes,

nous sommes en présence de deux voies également inacceptables : celle d’un étatisme autoritaire se prétendant propriétaire des peuples vivant sur un territoire, et celle d’un nationalisme identitaire se considérant lui-même propriétaire de la Catalogne.

Il fait le lien avec le domaine religieux et la conquête démocratique du droit à l’apostasie (la sortie volontaire d’une religion) : comme nous n’appartenons pas à une religion, nous n’appartenons pas à quelque entité politique que ce soit. Il ne peut y avoir de communauté politique démocratique que librement consentie. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est la possibilité d’une apostasie politique.

Et en France ? La situation française, avec des Régions faibles, peut donner l’illusion d’un Etat fort. Le sujet du démantèlement des Etats-Nation nous parait, à nous Français, quelque eu exotique tant nous semblent loin les velléités indépendantistes que nous avons connues en Bretagne ou au Pays Basque. Plus globalement la décentralisation qui a été la grande affaire du dernier quart du XXème siècle fait face à une recentralisation rampante depuis plus de quinze ans même lorsqu’on prétend renforcer les Régions comme Manuel Valls et François Hollande. Force est de constater que nous avons largement raté notre régionalisation.

Quand j’ai commencé ma vie professionnelle au conseil régional Rhône-Alpes, nous avions tout un discours sur l’Europe des Régions. C’était le début de l’institution régionale comme collectivité territoriale, et l’ambition d’en faire des interlocuteurs directs de l’Europe pour moderniser l’action publique et faciliter le développement était extrêmement motivante. Hélas, on a vu ce que les Régions sont devenues, empêtrées progressivement dans des fonctions de gestion alors qu’elles avaient été conçues pour être des « administrations de mission », ce que nous traduisions par acteurs politiques de premier plan. La création des grandes régions n’y a évidemment rien changé, au contraire : elle focalise les Régions sur leur réorganisation interne pour des années encore au lieu de les pousser à prendre plus d’autonomie à l’égard de l’Etat. Ce sont des géants géographiques mais des nains administratifs qui vont perdre énormément de temps à essayer de faire travailler de Biarrots et des Limougeauds en Nouvelle Aquitaine ou des Troyens et des Strasbourgeois dans le Grand-Est, de façon purement artificielle tant les synergies sont faibles à cette échelle géographique.

Mais la faiblesse actuelle des Régions ne fait pas pour autant la force de l’Etat-Nation. L’impuissance de l’Etat est un temps masquée par le volontarisme du nouveau président mais les questions majeures qui sont à traiter ne pourront l’être efficacement qu’à l’échelle de l’Europe d’un côté (le climat, le modèle économique, la recherche,…) ou à celle des régions et des bassins d’emploi de l’autre (la transition écologique, l’activité et les compétences,…). L’Etat a en réalité très peu de marges de manœuvre puisque ses « outils » traditionnels, le budget, la monnaie et la loi sont très largement DEJA européens. Ce qu’il devrait pouvoir faire de nouveau, il le fait souvent très mal, tant la culture de l’Etat jacobin ne l’y prépare pas : être stratège sans être planificateur, être facilitateur sans être décideur unique. Depuis des années, les rapports se sont multipliés pour décrire cet Etat accompagnateur d’une société en mouvement mais ils n’ont quasiment eu aucune traduction concrète.

Et l’Europe dans tout ça ? Elle prend ostensiblement le parti de Madrid. L’Europe est devenue paradoxalement le meilleur rempart des Etats. Elle n’a plus de vision propre si ce n’est dans un Parlement inaudible. La Commission Juncker pas plus que la Commission Barroso n’apporte la moindre vision d’avenir tant elle s’est enfermée dans son seul rôle de garant du marché libre et non faussé.

Le blocage de l’Europe depuis la création de la monnaie unique et les derniers élargissements est affligeant. J’ai toujours été pro-européen mais exaspéré par la manière dont elle est dirigée depuis le départ de Jacques Delors. Du coup je me suis largement désintéressé du sujet et je crois que je n’ai jamais rien écrit sur l’Europe dans ce blog

Si j’écris aujourd’hui sur ce sujet c’est parce que je pense que la crise catalane est une formidable opportunité de relancer l’Europe. L’Europe peut aider à relativiser l’alternative Catalan ou Espagnol puisque dans les deux options, l’appartenance à l’Europe est revendiquée. Quand une alternative est une impasse, il faut trouver une sortie par le haut : l’Europe est cette sortie par le haut si elle prend enfin l’initiative. La crise pourrait avoir un double effet positif : obliger l’Europe à sortir de sa léthargie face à une menace sérieuse de violences en son sein ; faire baisser la tension parmi les peuples en mal d’autonomie par une perspective de relativisation du rôle des Etats.

Emmanuel Macron disait clairement dans son discours à la Sorbonne que nos Etats n’étaient pas à même de répondre aux enjeux :

Tous les défis qui nous attendent – du réchauffement climatique, à la transition numérique, en passant par les migrations, le terrorisme, tout cela, ce sont des défis mondiaux face auxquels une nation qui se rétrécit sur elle-même ne peut faire que peu de chose. […] Nous ne pouvons pas nous permettre de garder les mêmes habitudes, les mêmes politiques, le même vocabulaire, les mêmes budgets. […] La seule voie qui assure notre avenir, […] c’est la refondation d’une Europe souveraine, unie et démocratique. […] L’Europe que nous connaissons est trop faible, trop lente, trop inefficace, mais l’Europe seule peut nous donner une capacité d’action dans le monde, face aux grands défis contemporains.

Dire cela c’est accepter dans le même temps que les Etats perdent une part de leur souveraineté. Si notre communauté politique de référence devient l’Europe alors mécaniquement nous aurons besoin d’ancrages locaux plus forts. Ce ne seront pas les grands Etats-nations qui nous donneront cet ancrage. Il devra se situer plus près de l’action à l’échelle des régions et des bassins de vie (Métropoles et territoires ruraux pilotés par des départements renouvelés). Dire cela n’est pas faire disparaître l’Etat, c’est le recentrer sur les ressorts culturels, sur les combats sociétaux, sur les grandes mobilisations collectives qui nos ferons vibrer en tant que Français. Il y a beaucoup à faire pour accompagner la vitalité de nos sociétés en renforçant la solidarité la créativité et la fierté d’être Français. Pas besoin pour cela de piloter l’économie, laissons ça à l’Europe et aux Régions !

Irréaliste ? Peut-être pas si l’alignement des planètes se poursuit comme amorcé depuis quelques mois : un président français enfin volontariste et audible sur l’Europe avec des pistes intéressantes puisqu’il met clairement la transition écologique au cœur de sa démarche ; l’évolution de l’Allemagne avec le départ de Schauble, le ministre des finances qui bloquait toute évolution ; l’affaiblissement du contre-modèle anglais avec l’impossible Brexit ; la reprise économique qui redonne quelques marges de manœuvre (même si je suis loin de croire que la croissance soit la panacée) …

Pour que l’énergie de réformes ambitieuses soit là, nos sociétés civiles européennes doivent se saisir de la perche tendue par le président Macron lors de son discours du 26 septembre dernier. Il nous invite à participer à des « conventions démocratiques » organisées en 2018 dans tous les pays volontaires. Et si nous sortions de notre apathie ou de notre hostilité à l’égard de l’Europe pour indiquer quelle Europe nous voulons ?

Cet article doit beaucoup à l’impulsion d’une longue conversation avec mon père qui reste un indéfectible européen, comme beaucoup d’hommes et de femmes de sa génération. Sur ce plan, ils sont peut-être restés plus jeunes que les générations qui les suivent.

Et si vous voulez poursuivre la réflexion dans ce sens, lisez l’entretien rafraîchissant accordé au Monde par Robert Menasse. Il se conclut par ces mots

Est en train de naître quelque chose de nouveau. L’unification des provinces par les Etats n’était pas la fin de l’histoire. Un jour, toutes les provinces s’uniront dans une grande fraternité. Ce sera la République européenne.

 

 

 

 

Bureau

En ce vendredi soir, vous en êtes peut-être sortis, du bureau. Mais en sort-on jamais complètement ? L’origine du mot est éclairante sur ce point.

Et si nous étions en train de retrouver le sens premier de « bureau » ? Le mot vient en effet de bure, cette toile grossière qui évoque aujourd’hui plutôt un vêtement religieux qu’un espace de travail. La bure dont on recouvrait la table transformait instantanément un mobilier de la vie courante en bureau auquel on pouvait s’attabler avec un minimum de confort pour écrire ou compter. Nos espaces de travail n’en reviennent-ils pas à cette réalité première ? Les télétravailleurs sont habitués à transformer un coin de séjour ou de chambre en bureau simplement en y installant un ordinateur portable. Les grandes entreprises poussées à cela par le coût exorbitant de l’immobilier n’offrent plus que des espaces de travail que chacun s’approprie juste le temps de l’usage avec en contrepartie – pour les mieux lotis – un maximum de variantes possibles (de la cabine pour téléphoner aux salles de créativité dotées de canapés en passant par les si décriés open spaces). Les tiers-lieux en viennent à agencer ensemble toutes les activités de la vie sociale. On peut y voir l’envahissement de la vie par le travail, son non-respect comme un temps dédié mais limité. On peut aussi y voir à l’inverse sa relativisation et sa perméabilité. Le travail devient activité… une activité parmi d’autres et avec d’autres. Pour le pire et le meilleur.

 

Irma, un autre récit est-il possible ?

Je ne veux pas sembler insensible au malheur mais on a besoin d’un autre récit de la catastrophe que celui ressassé en boucle. Un discours de résilience ancré dans la culture des îles.

Hier matin dans son billet, le 9 15, que je lis toujours avec intérêt (et aussi parfois un peu d’agacement !), Daniel Schneiderman parlait d’impossible récit à propos du cyclone Irma et de la situation qu’il laissait dans son sillage :

Deux récits de la situation s’opposent irréductiblement. Celui des envoyés spéciaux des medias institutionnels : l’ordre règne. Les autorités font face. Des centaines de milliers de bouteilles d’eau ont été distribuées. La gendarmerie patrouille. Entre les habitants eux-mêmes, la solidarité s’organise. […]

Et à l’inverse, colportés par les réseaux sociaux, des témoignages de l’enfer : magasins et domiciles pillés ; des milices de surveillance et d’autodéfense ; des centaines de morts, la traditionnelle peinture post-apocalyptique.

Même si la plupart des commentateurs ne parlent plus de catastrophe (seulement) naturelle et évoquent justement notre responsabilité collective dans le désastre (concentration des populations en zones littorales, artificialisation des sols pour le développement touristique,…), dans tous les cas on en reste à une lecture purement apocalyptique du cyclone. Continuer la lecture de « Irma, un autre récit est-il possible ? »