Retraites, plus de complexité s’il-vous-plait !

S’il y a un sujet qui fait consensus, c’est que cette réforme des retraites devrait être plus simple. Je crois justement que notre refus de la complexité nous empêche de voir ce qui est juste, ce qui est problématique et ce qui reste possible ! Petite exploration…

Sur les retraites, j’admire beaucoup ceux qui arrivent à se faire une opinion tranchée ! Sans doute que la plupart n’expriment des convictions que parce qu’ils ont une idée a priori de ce que propose le Gouvernement. En réalité il me semble qu’ils ne jugent pas de cette réforme en soi mais du contexte dans lequel elle est menée, cette révolte mondiale des peuples contre les gouvernants qui ressemble de plus en plus à 1848 même si les régimes en place ne tombent pas encore (je ne développe pas ce point, j’y reviendrai par ailleurs). Parmi beaucoup d’autres du même ordre, la prise de position de Christian Laval, spécialiste des Communs a été celle qui m’a le plus estomaqué tant son jugement est à l’emporte-pièce. Dans son article paru dans AOC, la réforme ne peut qu’être la « goutte d’eau » qui fera déborder le vase de l’injustice sociale. D’un chercheur, même engagé, on attendrait une appréciation plus nuancée.

Pour ma part je n’ai pas ces certitudes ! Un matin, j’étais sensible aux propos du député de la France insoumise, Adrien Quattenens, et le lendemain soir j’étais convaincu par le Premier ministre dans son interview avec Gilles Bouleau ! Suis-je une pure girouette sans structuration politique, d’accord avec le dernier qui a parlé ? Ce grand écart idéologique m’a inquiété et je me suis dit qu’il fallait creuser un peu ! J’ai réécouté les interviews des deux hommes. Écouté l’intégralité du discours du Premier ministre devant le Conseil économique et social. Et j’ai compris ce qui me permettait d’être partiellement d’accord avec deux points de vue aussi éloignés. Je vous invite à me suivre dans les méandres de ma réflexion. Forcément ça va tanguer, un peu. Merci de lire jusqu’au bout avant de juger si je suis pro ou anti-Philippe… ou ni l’un ni l’autre !

Commençons donc par le discours du Premier ministre. La construction de son argumentation m’a convaincu qu’il pouvait y avoir du progrès social dans cette réforme, à la fois dans son principe et dans beaucoup de ses mesures concrètes. Comme la CFDT et la plupart des syndicats réformistes, je pense que le régime de retraite par points est un moyen de réintroduire de la justice lorsque les vies professionnelles ne sont plus linéaires. Il permet de corriger des inégalités évidentes comme celles qui touchent les femmes ou les précaires pour lesquel-les effectivement chaque euro comptera, ce qui n’est pas le cas dans le système actuel avec le calcul par trimestres. Même s’il y a un peu un effet de communication dans l’annonce d’un minimum retraite à 1000€, puisqu’il était déjà prévu, on doit se réjouir qu’il soit confirmé. De même, l’annonce du fait que le point ne pourra pas baisser et que son calcul sera confié aux partenaires sociaux laisse penser que la logique d’ajustement financier automatique par fluctuation du point à la hausse comme à la baisse est abandonnée… et ce n’est évidemment pas sans conséquence sur les autres choix, notamment celui de l’âge d’équilibre puisque l’équilibre que l’on n’atteint plus par la fluctuation du point on doit le rechercher ailleurs dans l’allongement du temps de cotisation. D’autres mesures me semblent aussi des avancées : aujourd’hui pour ceux qui commencent à travailler tard, il faut cotiser jusqu’à 67 ans pour ne pas avoir de décote, avec l’âge d’équilibre, ce sera 64 ans ; les femmes auront une majoration de leur retraite de 5% dès le premier enfant alors que c’est à partir du troisième aujourd’hui.

Pour la suppression des régimes spéciaux qui remet effectivement en cause des équilibres subtils, la réforme ne me semble pas si brutale que ça. Même si on peut trouver compliquée la période de transition et ses nombreuses variantes en fonction des situations, elle permet à ceux qui sont en train de préparer leur retraite de ne pas remettre en cause leurs projets avec des règles qui changeraient au dernier moment. Tout cela a l’air acceptable a priori, même si on peut comprendre que ceux qui bénéficiaient des régimes spéciaux n’y trouvent pas leur compte. Mais ce ne sont que quelques centaines de milliers de personnes. Pourquoi ce malaise général ?

Comme beaucoup, j’avais trouvé plus que maladroit de lier une réforme systémique pour plus de justice et une réforme paramétrique pour l’équilibre des comptes. L’âge pivot de 64 ans me paraissait, comme à Laurent Berger, une erreur importante. Il rendait illisible la réforme à mes yeux. Pourtant là encore, le Premier ministre a des arguments qui sonnent justes même s’ils sont inaudibles. Le principe de responsabilité qu’il évoque ne vise pas à financer les futurs et éventuels déséquilibres liés aux questions démographiques (ce qui est le propre des réformes paramétriques) mais à la volonté de financer une réforme ouvrant des droits nouveaux. Alors tout est pour le mieux dans le meilleur des modes ? Sur le plan de l’argumentation, la réforme se tient mais dès qu’on essaie d’évaluer l’importance des avancées par rapport aux efforts demandés, le flou est grand. Et c’est là que je ne suis plus ce Gouvernement parce qu’on n’a pas de chiffrage des coûts liés aux avancées et des économies liées à la suppression des régimes spéciaux, ni le chiffrage de ce que rapportera la mise en place de l’âge d’équilibre.

Il aurait fallu montrer, chiffres à l’appui, que les économies n’étaient pas suffisantes pour payer les avancées et que l’âge d’équilibre finance bien cet équilibre global. Trop compliqué ? Peut-être. Mais ça fait deux ans que la négociation est engagée. Comment se fait-il qu’on n’ait pas réussi à chiffrer les mesures qui permettaient l’équilibre en intégrant les augmentations de salaires qu’il allait falloir prévoir, particulièrement pour les enseignants, afin qu’ils ne soient pas lésés par le changement de mode de calcul des pensions ? C’est pour moi incompréhensible qu’on n’ait pas avancé (semble-t-il) sur ces sujets et que le Premier Ministre parle seulement maintenant des négociations à engager avec les représentants syndicaux des enseignants. Ce flou dans les chiffres rend possible toutes les interprétations avec le soupçon d’« agenda caché ». Il est invraisemblable qu’on ait laissé proliférer les calculateurs de retraite de toutes obédiences et que le gouvernement n’ait pas réussi à mettre au point le sien. La crédibilité et la sincérité du Gouvernement sont forcément mises à mal. Bien sûr la communication sur l’âge pivot, rebaptisé en catastrophe « âge d’équilibre », a été mal gérée mais il me semble plus grave encore que l’on n’ait pas en tête les ordres de grandeur des coûts et des économies induits par la réforme pour débattre sereinement. On ne discute que sur des principes et là-dessus, compte tenu des tensions idéologiques dans lequel on s’enferre, on va pouvoir s’écharper longtemps sans avancer d’un iota. « Retrait » contre « fermeté », le match, toujours le même, se rejoue de manière désespérante.

Ceux qui m’ont lu jusque-là se demandent peut-être ce que je pouvais bien trouver de pertinent dans les propos du député de la France insoumise ? On réécoutant Adrien  Quatennens, j’ai retrouvé le point sur lequel son propos me paraissait important à prendre en compte. Il invitait à se poser une question de fond avant d’aborder le sujet sous l’angle comptable : « quelle idée on se fait de ce 3e âge de la vie ? » Pour lui on doit adapter les recettes en fonction de l’objectif fixé après avoir répondu à la question. Pourquoi depuis plus de vingt ans cette question du mode de vie souhaité est-elle absente des débats ? Ne sommes-nous devenus que des comptables ? J’avais l’espoir avec cette réforme globale voulue par le président que nous commencerions par cette question de base. Le fait que Jean-Pierre Delevoye ait été chargé sur un temps long d’animer le débat m’avait donné l’espoir d’une approche plus politique de la question. Mais très vite la technicité du débat et les enjeux catégoriels ont pris le dessus, dans la logique terrible du « je sais ce que je perds mais je ne crois pas à ce qu’on me dit que je vais gagner ». Dans le doute, chacun est contre, de toutes ses forces, et sans plus de réflexion et d’envie de compromis. J’avais écrit il y a maintenant 6 ans un papier sur ce blog invitant à imaginer une autre réforme. Relisant ce papier pour écrire ce texte, je pense qu’il n’a rien perdu de son actualité (mais conservé, hélas, son absolue confidentialité !)

En voici un extrait mais vous pouvez le retrouver via ce lien.

Cette nouvelle période de vie qui va de 50/55 ans à 75/80 ans (soit près de trente ans !) n’est aujourd’hui pensée que selon les modèles anciens : la retraite ou l’activité professionnelle. Cette période essentielle où l’on est mûr sans être vieux peut pourtant être vécue sur un mode différent : une activité maintenue mais qui passe progressivement de l’emploi à l’engagement social. On peut ainsi travailler plus longtemps sans continuer le métier qu’on ne veut (ou peut) plus faire. Pour y parvenir, la loi n’est pas le bon outil, il faut avant tout mettre des personnes en présence pour qu’elles organisent ces transitions au cas par cas. Ça suppose des espaces de négociation qui impliquent non seulement l’entreprise et ses salariés mais aussi les acteurs du territoire.

Et si l’équilibre des comptes dépendait de ce qu’on compte ? Le fétichisme de l’équilibre « toutes choses égales par ailleurs » est tellement stérile et faux. Rien n’est « égal par ailleurs » ! On compte toujours comme si les effets attendus d’une réforme étaient mécaniques. Quel équilibre trouvera-t-on si le fait de travailler plus longtemps conduit à une augmentation des burn-out en fin de carrière ? A l’inverse pourquoi ne voit-on pas qu’un équilibre financier des comptes de la Nation peut résulter de départs en retraite plus précoces s’ils contribuent à ce que les seniors prennent en charge plus massivement des missions d’intérêt général dans la vie associative ?

Je trouve symptomatique que ni le Premier ministre ni les médias n’imaginent que les gens décident massivement de partir à 62 ans préférant une décote à un maintien dans l’emploi « forcé ». Pour beaucoup de commentateurs, l’âge d’équilibre de 64 ans deviendra mécaniquement l’âge de départ à la retraite comme s’il devenait l’âge légal. Certains trouvent même qu’il aurait été plus clair de « dire franchement » que l’âge de départ légal était repoussé de deux ans.

De mon point de vue au contraire, c’est dans l’écart de deux ans entre « âge légal » et « âge d’équilibre » que nous avons, en tant que citoyens, une marge pour inventer un autre rapport à cet âge-clé où l’on n’est pas encore vraiment vieux mais où l’on a envie d’autre chose que du prolongement à l’identique de la vie professionnelle. Partir avec une décote est-il si insupportable si l’on accepte de sortir du bonheur par la consommation ? Je sais que c’est facile à dire pour quelqu’un qui a un niveau de vie acceptable même avec des périodes parfois aléatoires (l’époque où j’animais les Ateliers de la Citoyenneté n’était pas très faste sur le plan financier mais tellement riche sur le plan humain). Doit-on forcément maintenir un revenu identique quand la retraite permet des changements de mode de vie ? Moins de déplacements contraints et onéreux, moins de besoin de loisirs compensatoires de stress, des possibilités d’aller vivre dans une région non imposée par le travail, du temps pour produire soi-même une partie de son alimentation, de ses vêtements en (re)découvrant le plaisir du faire soi-même,…

Par ailleurs, il est possible de rechercher des revenus complémentaires (une aide pour cette recherche devrait être proposée par les caisses de retraite !). Ne peut-on pas quand on a été enseignant toute sa vie professionnelle envisager quelques années comme salarié à mi-temps d’une fondation pour mettre ses compétences pédagogiques au profit d’autres publics que les scolaires ? Ne peut-on pas, après avoir été aide-soignante, envisager quelques années d’activité dans une coopérative d’emploi et d’activité pour exercer une activité rémunérée autour d’une passion laissée de côté tout au long de sa vie professionnelle ? Le cumul emploi-retraite permet de partir en retraite et d’avoir une activité pour arrondir ses revenus. Mieux même, si j’ai bien compris, les cotisations versées pour cette activité continuée ouvriront des droits pour un complément de retraite.

Et si les Français se saisissaient de cette possibilité laissée de partir à la retraite à 62 ans pour inventer une « sénescence » créative repoussant d’autant l’arrivée de la vieillesse ? Nous sommes bientôt les seuls à avoir conservé cette possibilité en Europe, là où la plupart des pays basculent vers un âge légal de départ à 67 ans. Alors que tous s’attendent à ce que nous nous calions sur l’âge de 64 ans comme de bons homo economicus sachant maximiser leur intérêt, ne pourrions-nous pas tenter de maximiser notre qualité de vie ? Notre « pouvoir de vie » plutôt que notre pouvoir d’achat, pour reprendre l’expression inventée par Laurent Berger et la CFDT.

Une lettre de … 2064

Un peu de politique-fiction en cette rentrée morose ! Pour changer d’atmosphère, je vous propose de lire une lettre qui donne une vision positive de la démocratie … sans doute parce qu’elle n’a pas été écrite cette année mais en … 2064 !! Prenez 50 ans d’avance grâce à Persopolitique 😉

« La crise du système politique français impose un big bang institutionnel ». Ce titre d’une tribune publiée dans Le Monde daté du 10 septembre me laissait espérer une proposition décapante pour faire face aux impasses démocratiques dans lesquelles nous nous enfermons. Hélas, l’auteur, Thomas Clay, professeur de droit à Versailles, ne parlait que de réduire le nombre de députés, rendre le président pénalement responsable  ou réformer le conseil constitutionnel ! Des solutions parfaitement connues et conventionnelles. Pas en mesure de répondre aux enjeux par ailleurs bien pointés.

Pour avancer, nous ne pouvons nous contenter d’améliorations utiles mais à la marge, nous avons besoin d’un « saut créatif », comme disent les publicitaires ! En guise de texte de rentrée je vous propose donc ce texte d’anticipation qui donne à voir ce que pourrait être un système politique refondé sur le tirage au sort des députés. Les plus anciens lecteurs de ce blog savent que je réfléchis à ce sujet depuis longtemps ;au début, je me faisais rire au nez… mais depuis, nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser à la capacité transformatrice du tirage au sort : Gil Delannoi, Yves Sintomer, Dominique Rousseau et bien d’autres ont écrit sur le sujet.

Le texte que je vous propose permet, je l’espère, de sortir du seul registre de la science politique en esquissant un nouvel imaginaire démocratique… (je reviendrai sur cette question de l’imaginaire démocratique dans un prochain billet)

Cher prédécesseur,

Nous sommes en 2064. J’ai le privilège de pouvoir m’adresser à  toi, lecteur qui vit en 2014, 50 ans avant que ces lignes aient été écrites. Ce courrier diachronique est un peu une bouteille à la mer mais certaines de ces bouteilles sont ouvertes et leur contenu compris… Nous avons en effet jugé important que ceux qui auront à vivre les grandes crises du début du XXIème siècle aient une vision de l’avenir… pour qu’ils soient en mesure de le construire !  Voici donc en quelques mots ce qu’il faut que tu saches pour que tu oses imaginer et bâtir une démocratie renouvelée.

Où en est-on aujourd’hui ? Le tirage au sort des députés est devenu la règle depuis maintenant seize ans. On a ainsi un gouvernement dirigé par un président élu (avec son équipe de quinze ministres) et un parlement dont une chambre est désignée par le sort. Ne hausse pas les épaules ! Ça marche bien et c’est parfaitement démocratique. N’oublie pas que les Athéniens ont pratiqué le tirage au sort pendant leur siècle d’or. Vos jurés d’assises qui décident de la liberté de leurs contemporains sont bien, eux aussi, tirés au sort.

Les mérites de ce mode de désignation des députés sont simples : l’assemblée est à l’image de la société, autant de femmes que d’hommes ; les professions, les origines sont diverses… les capacités aussi. J’entends déjà ta principale objection : tu te dis que tu n’aurais pas envie d’être député, que la politique n’est pas ton truc, que vous avez des élus dont c’est le boulot… Puis-je simplement te rappeler que ce sont justement ces élus et leurs successeurs immédiats qui ont laissé advenir les catastrophes dans lesquels vous vous êtes débattus pendant un quart de siècle : ça ne te fait pas réfléchir ?

Une chose est sûre, c’est que, nous, nous y avons réfléchi. Le tirage au sort a été retenu après un long débat qui a mobilisé toute la population. Chacun sentait qu’il fallait donner des bases nouvelles à la démocratie au sortir des catastrophes que nous avions vécues, qu’on ne pouvait plus se désintéresser de l’avenir commun. Au début, certains voulaient instaurer le referendum sur tous les sujets importants, d’autres voulaient une cyberdémocratie directe. Nous avons fini par comprendre que ces solutions séduisantes étaient trompeuses. La démocratie ne consiste pas seulement à décider chacun par oui ou par non, mais à poser avant tout les bonnes questions. Pour cela, rien ne remplace la délibération collective.

Dans une assemblée de 250 personnes tirées au sort, les débats sont passionnants et passionnés. Il faut voir la plupart des “tirés au sort” devenir en quelques semaines des pros de l’argumentation sur des sujets aussi divers que la refonte du système scolaire ou la mise en place d’un contrat d’activité en remplacement des anciens contrats de travail. Comment y parviennent-ils ? Pourquoi sont-ils en mesure de concevoir une législation réellement en phase avec les attentes des citoyens ? Rien de magique dans tout  cela. D’abord ils prennent le temps d’écouter une grande diversité de points de vue : des experts, mais aussi les multiples clubs et mouvements citoyens qui réfléchissent à ces questions. Ils ont également appris à débattre vraiment, sans hésiter à explorer des approches contradictoires, en pesant à chaque fois le pour et le contre. Quand les positions sont clarifiées, ils cherchent ensuite à construire des compromis innovants. Enfin, et surtout, la loi a repris une place plus limitée mais essentielle : fixer un cadre sans prétendre traiter toutes les situations possibles. La politique n’est plus surplombante, conçue d’en haut par des cabinets ministériels sans contact avec les réalités vécues ; elle est devenue modeste et surtout confiante. Confiante dans la capacité d’initiative des gens. La politique ne cherche plus à apporter toutes les solutions, elle donne aux personnes les moyens de trouver des réponses par eux-mêmes, à l’échelle micro-locale comme dans des réseaux mondiaux spécialisés.

Deux exemples : La sécurité est désormais gérée par des conseils locaux qui regroupent les entrepreneurs civiques, les services municipaux, la police et la justice ainsi que des citoyens, eux-mêmes tirés au sort. Ces conseils ont inventé des dispositifs de prévention active animés par des volontaires qui évitent de laisser pourrir les situations. Nul besoin de multiplier les lois dans une surenchère sécuritaire. Là l’action locale est privilégiée (d’ailleurs, rappelle-toi que « police » vient de Cité en grec !)

La question des retraites a été reprise à zéro par les députés mais pas uniquement sous l’angle financier comme à votre époque. Les députés tirés au sort ont d’abord réfléchi à l’utilité sociale des seniors et au passage progressif d’une activité professionnelle à une activité sociétale adaptée. Résultat, on est en train de se rendre compte que le maintien en activité des seniors dans des domaines où ils pouvaient à la fois réfléchir et agir physiquement constitue une prévention efficace des troubles du vieillissement. Cette mesure a été bien plus bénéfique à la sécurité sociale que les éternelles mesures d’économies auxquelles vous étiez habitués.

Ce ne sont que des exemples, simplement pour te faire toucher du doigt que les citoyens, localement et nationalement, ont trouvé une place réelle dans l’action publique… et pas seulement pour donner un avis consultatif comme dans votre démocratie dite un peu vite participative.

Nos présidents sont toujours élus au suffrage universel. Ils ne sont élus que pour un seul mandat suffisamment long pour avoir la possibilité d’agir. Nous sommes ainsi revenus au septennat. Les trois présidents que nous avons élus jusqu’ici étaient très différents mais, chacun à sa manière, ils portaient une vision… et acceptaient de la négocier avec une assemblée à l’image de la société civile, … ce qui n’était pas toujours simple.

Garde bien à l’esprit que cette situation politique n’est en effet pas idyllique, que les conflits ou les blocages peuvent continuer à exister mais que nous avons néanmoins trouvé un équilibre intéressant entre des politiciens « de carrière », qui se consacrent pleinement à la gestion de l’Etat et des collectivités, et des citoyens « tirés au sort » qui passent deux ans de leur vie au service du bien commun. Aujourd’hui, même s’il y a toujours des tirés au sort qui râlent au début de leur mandat, la quasi-totalité d’entre eux quittent leurs fonctions au service du bien commun à regret et transformés.

N’oublie pas non plus que cette réorganisation a été rendue possible parce que des hurluberlus, au début du siècle, avaient déjà commencé à réfléchir à de nouvelles formes de démocratie. Ils ont aidé à traverser les turbulences … et ouvert le champ des possibles !

J’espère que ma lettre, même si elle heurte des convictions légitimes, semblera digne d’intérêt et susceptible d’éclairer la réflexion qui s’amorce dans votre pays sur la nécessité de refonder la  démocratie.

Bien cordialement

 

OUI, la réforme des retraites peut être désirable !

L’été n’est pas fini, certains d’entre vous sont sans doute encore en vacances, et DEJA un sujet sérieux : les retraites ! Mais si on prenait justement un moment pour réfléchir au sujet autrement que sous l’angle financier ?? C’est ce que je propose ici.

« Encore les retraites ! », on sent bien que le sujet lasse. Chacun espérait que ça avait été réglé par la dernière réforme mais au fond personne n’y croyait réellement ! La conférence sociale de juillet a donc planché sur le sujet en amont d’une concertation estivale dont on peine à voir les traces dans la presse. Septembre va arriver et le gouvernement devra avancer… mais on sait déjà que ce sera toujours avec le même point de vue exclusivement financier.

Depuis vingt ans, on ne cherche qu’à « préserver le système » avec trois variables d’ajustements, la durée de cotisation pour pouvoir partir au taux plein, le taux des cotisations et le montant des pensions. Chacun cherche alors logiquement à minimiser l’effort financier qui va lui être demandé… et c’est un rapport de force que le politique tranche en dernier recours. N’y a-t-il donc aucune autre manière de regarder le problème ? Est-on condamné à revivre tous les 5 ou 10 ans le même psychodrame ? Tant qu’on se contentera d’un simple replâtrage financier, chacun continuera à ne voir dans la réforme qu’un « toujours moins » vide de sens et désespérant. L’enjeu pourtant essentiel que chacun pourrait partager s’énonce simplement : comment veut-on vivre « l’avant-vieillesse », cette période de vie qui s’est intercalée entre l’âge mûr et la vieillesse ? En effet, contrairement à ce qu’on dit tout le temps, on ne vit pas vieux plus longtemps, on devient vieux plus tard. Ça change tout ! C’est ce que certains appellent la « sénescence », parallèle avec l’adolescence qui est progressivement apparue entre enfance et âge adulte. Cette nouvelle période de vie qui va de 50/55 ans à 75/80 ans (soit près de trente ans !) n’est aujourd’hui pensée que selon les modèles anciens : la retraite ou l’activité professionnelle.

Cette période essentielle où l’on est mûr sans être vieux peut pourtant être vécue sur un mode différent : une activité maintenue mais qui passe progressivement de l’emploi à l’engagement social. On peut ainsi travailler plus longtemps sans continuer le métier qu’on ne veut (ou peut) plus faire. Pour y parvenir, la loi n’est pas le bon outil, il faut avant tout mettre des personnes en présence pour qu’elles organisent ces transitions au cas par cas. Ça suppose des espaces de négociation qui impliquent non seulement l’entreprise et ses salariés mais aussi les acteurs du territoire. On a besoin en effet de construire des solutions locales avec les associations et les collectivités pour voir où réinvestir le temps de travail des salariés seniors quittant progressivement l’emploi salarié. L’enjeu est d’ouvrir des perspectives aux personnes en fin de carrière qui ne voient pas d’alternative entre le travail et la retraite parce que l’engagement associatif n’a pas fait partie de leur vie professionnelle, souvent par manque de disponibilité. Les activités d’utilité sociale sont multiformes et chacun peut sans doute trouver une voie épanouissante… et créatrice de richesse économique.

Il est essentiel en effet que les seniors continuent à produire des richesses, mais différentes. Le soutien scolaire, activité prisée déjà par de nombreux seniors, pour prendre un exemple, c’est une formidable opportunité de renforcer la qualité de la formation initiale des jeunes, réduisant du même coup les besoins de formation de rattrapage ou d’indemnisation du chômage de jeunes adultes sans qualification. Il y a création d’une valeur qui ne donne pas lieu à un échange monétaire mais qui, in fine, se retrouve bien dans les comptes de la Nation par une économie de dépenses publiques de formation ou d’indemnisation du chômage. L’approche comptable actuelle empêche de voir à la fois les perspectives de mieux vivre qu’offre une fin de vie professionnelle plus conforme aux aspirations des personnes et l’impact économique global de la réallocation des « ressources humaines » que permet cette approche.

Réformer aujourd’hui, ça devrait consister à rendre possible et désirable pour les acteurs sociaux d’organiser eux-mêmes les changements qui éviteront les « réformes couperet ». Ce qui manque donc, c’est la capacité de tirer parti, à la bonne échelle, de l’inventivité sociétale. Les responsables politiques doivent cesser de penser que les solutions sont dans les cabinets ministériels ou les rapports des commissions officielles ! Rien n’est fait aujourd’hui pour entraîner la société dans ce nouveau rapport à l’activité, une activité pensée tout au long de la vie mais de manière différenciée selon les âges… mais il n’est pas trop tard. Le véritable contrat de génération est là, dans la mise en place de conditions propices au maintien des seniors dans une activité utile à la société.

Utopique ? C’est plutôt l’inverse qui est illusoire : allonger la vie active sans veiller aux conditions effectives de l’emploi et retrouver au chômage des seniors qui ne correspondent plus aux attentes des entreprises. Beaucoup de souffrances et peu d’efficacité économique ! Beau résultat !

 

 

Mobilisation : Sarkozy s’est trompé d’époque

Christophe Salmon revient une fois de plus dans Le Monde du 4 avril sur la mobilisation de l’opinion que nécessiterait l’action politique réformatrice néolibérale : « Les nouvelles techniques de pouvoir ont un caractère mobilisateur et requièrent le maintien d’un état d’alarme permanent, c’est-à-dire un usage stratégique des mécanismes de captation de l’attention utilisés par le roman et le cinéma : le découpage de l’action en séquences, les effets de surprise, le suspense, afin de mettre en place de véritables « engrenages » narratifs ». On pourrait dire qu’il rabâche, qu’il fait du storytelling une nouveauté qui n’en est pas une, mais ce n’est pas l’essentiel. En fait cette analyse donne à croire que le Président mobilise réellement l’opinion et que c’est en cela que la politique se vide de son contenu. Sur ces deux points, je diverge totalement du point de vue de Salmon. Pour moi, le président ne mobilise pas l’opinion mais la divertit (au double sens de divertissement et de diversion). S’il la mobilisait réellement, on aurait enfin une autre approche de la politique. Avant de voir ce que peut vouloir dire « mobiliser l’opinion » dans le sens « persopolitique » que je promeus, restons un instant sur l’analyse du sarkozysme. Camille Laurens dans Libération du 12 avril le dépeint comme une phobocratie, un gouvernement par la peur de l’autre. « La peur divise pour mieux régner. Elle sépare la société en unités hostiles qui se soupçonnent du pire et s’accusent de tous les maux […]. Sarkozy, quand il parle aux Français, ne s’adresse pas à des citoyens mais à des individus [dont il dit] comprendre les peurs ».  On voit qu’il n’y a là aucune mobilisation de l’opinion. On ne cherche pas à l’entraîner dans l’action (ou même dans le soutien de l’action), on lui dit : « Je m’occupe personnellement de traiter les causes de vos peurs légitimes ». Le volontarisme présidentiel exclue toute autre action que la sienne puisqu’il nous répète à l’envi que, s’il ne s’occupe pas personnellement de tout, rien ne se fait.

Dans l’optique « persopolitique », l’approche de l’action publique est diamétralement opposée. Elle suppose : que le politique ne peut agir seul de manière efficace sur la plupart des sujets dits « de société » ; que la société est en capacité d’agir en lien avec le politique pour résoudre les dysfonctionnements constatés ; que le politique a de plus en plus comme pouvoir principal de « mettre à l’agenda » les questions à traiter et d’animer la recherche collective des meilleures solutions en favorisant ensuite la diffusion des meilleures pratiques. De la lutte contre la violence à l’école à la recherche de nouvelles modalités de retraite (voir l’article sur les retraites que je viens de rééditer), c’est par le renforcement de la confiance dans la possibilité d’agir personnellement et collectivement qu’il faut miser… pas par le remuement des craintes et des ressentiments qui paralysent.

Sarkozy décidément n’est pas moderne, il ne voit pas le potentiel d’innovation des personnes lorsqu’elles se relient pour agir. Il en reste à la vision napoléonienne de l’omnipotence du chef et de l’atomisation de la société en individus apeurés.