Après « Est-ce ainsi que les hommes meurent ? », de l’éthique à la politique

Il y a toujours un risque à prendre la parole sur un énervement. Les coups de gueule sonnent souvent justes mais ne sont pas toujours ajustés. Je reviens donc aujourd’hui sur mon dernier texte non pas pour me justifier mais pour continuer le débat, en me plaçant sur le registre politique.

Si j’ai bien sûr été touché par les nombreux messages qui disaient une commune indignation, un besoin de se réapproprier le moment où l’on passe de la vie à la mort, ce qui me pousse à reprendre la plume c’est le besoin de dialoguer plus avant avec mes contradicteurs dont je vous invite à (re)lire les commentaires. Je ne reviendrai pas ici sur la question du rapport à la mort mais plutôt sur ce qu’il y a d’éminemment politique, de nécessairement politique dans nos prises de décision par rapport au confinement. La politique étant pour moi la capacité de construire un monde commun, du plus local (un Ehpad par exemple) au plus global, la planète que nous habitons.

Donc, sans aborder tous les aspects des commentaires, je voudrais revenir sur trois questions :

  • Qu’est-ce qui est « jouable » dans les Ehpad ?
  • Comment « politise-t-on » les questions aujourd’hui traitées dans des relations bilatérales vieux/familles, familles/ehpads…?
  • Comment questionner le confinement sans remettre en cause la nécessaire cohésion nationale ?

Continuer la lecture de « Après « Est-ce ainsi que les hommes meurent ? », de l’éthique à la politique »

Retraites, plus de complexité s’il-vous-plait !

S’il y a un sujet qui fait consensus, c’est que cette réforme des retraites devrait être plus simple. Je crois justement que notre refus de la complexité nous empêche de voir ce qui est juste, ce qui est problématique et ce qui reste possible ! Petite exploration…

Sur les retraites, j’admire beaucoup ceux qui arrivent à se faire une opinion tranchée ! Sans doute que la plupart n’expriment des convictions que parce qu’ils ont une idée a priori de ce que propose le Gouvernement. En réalité il me semble qu’ils ne jugent pas de cette réforme en soi mais du contexte dans lequel elle est menée, cette révolte mondiale des peuples contre les gouvernants qui ressemble de plus en plus à 1848 même si les régimes en place ne tombent pas encore (je ne développe pas ce point, j’y reviendrai par ailleurs). Parmi beaucoup d’autres du même ordre, la prise de position de Christian Laval, spécialiste des Communs a été celle qui m’a le plus estomaqué tant son jugement est à l’emporte-pièce. Dans son article paru dans AOC, la réforme ne peut qu’être la « goutte d’eau » qui fera déborder le vase de l’injustice sociale. D’un chercheur, même engagé, on attendrait une appréciation plus nuancée.

Pour ma part je n’ai pas ces certitudes ! Un matin, j’étais sensible aux propos du député de la France insoumise, Adrien Quattenens, et le lendemain soir j’étais convaincu par le Premier ministre dans son interview avec Gilles Bouleau ! Suis-je une pure girouette sans structuration politique, d’accord avec le dernier qui a parlé ? Ce grand écart idéologique m’a inquiété et je me suis dit qu’il fallait creuser un peu ! J’ai réécouté les interviews des deux hommes. Écouté l’intégralité du discours du Premier ministre devant le Conseil économique et social. Et j’ai compris ce qui me permettait d’être partiellement d’accord avec deux points de vue aussi éloignés. Je vous invite à me suivre dans les méandres de ma réflexion. Forcément ça va tanguer, un peu. Merci de lire jusqu’au bout avant de juger si je suis pro ou anti-Philippe… ou ni l’un ni l’autre !

Commençons donc par le discours du Premier ministre. La construction de son argumentation m’a convaincu qu’il pouvait y avoir du progrès social dans cette réforme, à la fois dans son principe et dans beaucoup de ses mesures concrètes. Comme la CFDT et la plupart des syndicats réformistes, je pense que le régime de retraite par points est un moyen de réintroduire de la justice lorsque les vies professionnelles ne sont plus linéaires. Il permet de corriger des inégalités évidentes comme celles qui touchent les femmes ou les précaires pour lesquel-les effectivement chaque euro comptera, ce qui n’est pas le cas dans le système actuel avec le calcul par trimestres. Même s’il y a un peu un effet de communication dans l’annonce d’un minimum retraite à 1000€, puisqu’il était déjà prévu, on doit se réjouir qu’il soit confirmé. De même, l’annonce du fait que le point ne pourra pas baisser et que son calcul sera confié aux partenaires sociaux laisse penser que la logique d’ajustement financier automatique par fluctuation du point à la hausse comme à la baisse est abandonnée… et ce n’est évidemment pas sans conséquence sur les autres choix, notamment celui de l’âge d’équilibre puisque l’équilibre que l’on n’atteint plus par la fluctuation du point on doit le rechercher ailleurs dans l’allongement du temps de cotisation. D’autres mesures me semblent aussi des avancées : aujourd’hui pour ceux qui commencent à travailler tard, il faut cotiser jusqu’à 67 ans pour ne pas avoir de décote, avec l’âge d’équilibre, ce sera 64 ans ; les femmes auront une majoration de leur retraite de 5% dès le premier enfant alors que c’est à partir du troisième aujourd’hui.

Pour la suppression des régimes spéciaux qui remet effectivement en cause des équilibres subtils, la réforme ne me semble pas si brutale que ça. Même si on peut trouver compliquée la période de transition et ses nombreuses variantes en fonction des situations, elle permet à ceux qui sont en train de préparer leur retraite de ne pas remettre en cause leurs projets avec des règles qui changeraient au dernier moment. Tout cela a l’air acceptable a priori, même si on peut comprendre que ceux qui bénéficiaient des régimes spéciaux n’y trouvent pas leur compte. Mais ce ne sont que quelques centaines de milliers de personnes. Pourquoi ce malaise général ?

Comme beaucoup, j’avais trouvé plus que maladroit de lier une réforme systémique pour plus de justice et une réforme paramétrique pour l’équilibre des comptes. L’âge pivot de 64 ans me paraissait, comme à Laurent Berger, une erreur importante. Il rendait illisible la réforme à mes yeux. Pourtant là encore, le Premier ministre a des arguments qui sonnent justes même s’ils sont inaudibles. Le principe de responsabilité qu’il évoque ne vise pas à financer les futurs et éventuels déséquilibres liés aux questions démographiques (ce qui est le propre des réformes paramétriques) mais à la volonté de financer une réforme ouvrant des droits nouveaux. Alors tout est pour le mieux dans le meilleur des modes ? Sur le plan de l’argumentation, la réforme se tient mais dès qu’on essaie d’évaluer l’importance des avancées par rapport aux efforts demandés, le flou est grand. Et c’est là que je ne suis plus ce Gouvernement parce qu’on n’a pas de chiffrage des coûts liés aux avancées et des économies liées à la suppression des régimes spéciaux, ni le chiffrage de ce que rapportera la mise en place de l’âge d’équilibre.

Il aurait fallu montrer, chiffres à l’appui, que les économies n’étaient pas suffisantes pour payer les avancées et que l’âge d’équilibre finance bien cet équilibre global. Trop compliqué ? Peut-être. Mais ça fait deux ans que la négociation est engagée. Comment se fait-il qu’on n’ait pas réussi à chiffrer les mesures qui permettaient l’équilibre en intégrant les augmentations de salaires qu’il allait falloir prévoir, particulièrement pour les enseignants, afin qu’ils ne soient pas lésés par le changement de mode de calcul des pensions ? C’est pour moi incompréhensible qu’on n’ait pas avancé (semble-t-il) sur ces sujets et que le Premier Ministre parle seulement maintenant des négociations à engager avec les représentants syndicaux des enseignants. Ce flou dans les chiffres rend possible toutes les interprétations avec le soupçon d’« agenda caché ». Il est invraisemblable qu’on ait laissé proliférer les calculateurs de retraite de toutes obédiences et que le gouvernement n’ait pas réussi à mettre au point le sien. La crédibilité et la sincérité du Gouvernement sont forcément mises à mal. Bien sûr la communication sur l’âge pivot, rebaptisé en catastrophe « âge d’équilibre », a été mal gérée mais il me semble plus grave encore que l’on n’ait pas en tête les ordres de grandeur des coûts et des économies induits par la réforme pour débattre sereinement. On ne discute que sur des principes et là-dessus, compte tenu des tensions idéologiques dans lequel on s’enferre, on va pouvoir s’écharper longtemps sans avancer d’un iota. « Retrait » contre « fermeté », le match, toujours le même, se rejoue de manière désespérante.

Ceux qui m’ont lu jusque-là se demandent peut-être ce que je pouvais bien trouver de pertinent dans les propos du député de la France insoumise ? On réécoutant Adrien  Quatennens, j’ai retrouvé le point sur lequel son propos me paraissait important à prendre en compte. Il invitait à se poser une question de fond avant d’aborder le sujet sous l’angle comptable : « quelle idée on se fait de ce 3e âge de la vie ? » Pour lui on doit adapter les recettes en fonction de l’objectif fixé après avoir répondu à la question. Pourquoi depuis plus de vingt ans cette question du mode de vie souhaité est-elle absente des débats ? Ne sommes-nous devenus que des comptables ? J’avais l’espoir avec cette réforme globale voulue par le président que nous commencerions par cette question de base. Le fait que Jean-Pierre Delevoye ait été chargé sur un temps long d’animer le débat m’avait donné l’espoir d’une approche plus politique de la question. Mais très vite la technicité du débat et les enjeux catégoriels ont pris le dessus, dans la logique terrible du « je sais ce que je perds mais je ne crois pas à ce qu’on me dit que je vais gagner ». Dans le doute, chacun est contre, de toutes ses forces, et sans plus de réflexion et d’envie de compromis. J’avais écrit il y a maintenant 6 ans un papier sur ce blog invitant à imaginer une autre réforme. Relisant ce papier pour écrire ce texte, je pense qu’il n’a rien perdu de son actualité (mais conservé, hélas, son absolue confidentialité !)

En voici un extrait mais vous pouvez le retrouver via ce lien.

Cette nouvelle période de vie qui va de 50/55 ans à 75/80 ans (soit près de trente ans !) n’est aujourd’hui pensée que selon les modèles anciens : la retraite ou l’activité professionnelle. Cette période essentielle où l’on est mûr sans être vieux peut pourtant être vécue sur un mode différent : une activité maintenue mais qui passe progressivement de l’emploi à l’engagement social. On peut ainsi travailler plus longtemps sans continuer le métier qu’on ne veut (ou peut) plus faire. Pour y parvenir, la loi n’est pas le bon outil, il faut avant tout mettre des personnes en présence pour qu’elles organisent ces transitions au cas par cas. Ça suppose des espaces de négociation qui impliquent non seulement l’entreprise et ses salariés mais aussi les acteurs du territoire.

Et si l’équilibre des comptes dépendait de ce qu’on compte ? Le fétichisme de l’équilibre « toutes choses égales par ailleurs » est tellement stérile et faux. Rien n’est « égal par ailleurs » ! On compte toujours comme si les effets attendus d’une réforme étaient mécaniques. Quel équilibre trouvera-t-on si le fait de travailler plus longtemps conduit à une augmentation des burn-out en fin de carrière ? A l’inverse pourquoi ne voit-on pas qu’un équilibre financier des comptes de la Nation peut résulter de départs en retraite plus précoces s’ils contribuent à ce que les seniors prennent en charge plus massivement des missions d’intérêt général dans la vie associative ?

Je trouve symptomatique que ni le Premier ministre ni les médias n’imaginent que les gens décident massivement de partir à 62 ans préférant une décote à un maintien dans l’emploi « forcé ». Pour beaucoup de commentateurs, l’âge d’équilibre de 64 ans deviendra mécaniquement l’âge de départ à la retraite comme s’il devenait l’âge légal. Certains trouvent même qu’il aurait été plus clair de « dire franchement » que l’âge de départ légal était repoussé de deux ans.

De mon point de vue au contraire, c’est dans l’écart de deux ans entre « âge légal » et « âge d’équilibre » que nous avons, en tant que citoyens, une marge pour inventer un autre rapport à cet âge-clé où l’on n’est pas encore vraiment vieux mais où l’on a envie d’autre chose que du prolongement à l’identique de la vie professionnelle. Partir avec une décote est-il si insupportable si l’on accepte de sortir du bonheur par la consommation ? Je sais que c’est facile à dire pour quelqu’un qui a un niveau de vie acceptable même avec des périodes parfois aléatoires (l’époque où j’animais les Ateliers de la Citoyenneté n’était pas très faste sur le plan financier mais tellement riche sur le plan humain). Doit-on forcément maintenir un revenu identique quand la retraite permet des changements de mode de vie ? Moins de déplacements contraints et onéreux, moins de besoin de loisirs compensatoires de stress, des possibilités d’aller vivre dans une région non imposée par le travail, du temps pour produire soi-même une partie de son alimentation, de ses vêtements en (re)découvrant le plaisir du faire soi-même,…

Par ailleurs, il est possible de rechercher des revenus complémentaires (une aide pour cette recherche devrait être proposée par les caisses de retraite !). Ne peut-on pas quand on a été enseignant toute sa vie professionnelle envisager quelques années comme salarié à mi-temps d’une fondation pour mettre ses compétences pédagogiques au profit d’autres publics que les scolaires ? Ne peut-on pas, après avoir été aide-soignante, envisager quelques années d’activité dans une coopérative d’emploi et d’activité pour exercer une activité rémunérée autour d’une passion laissée de côté tout au long de sa vie professionnelle ? Le cumul emploi-retraite permet de partir en retraite et d’avoir une activité pour arrondir ses revenus. Mieux même, si j’ai bien compris, les cotisations versées pour cette activité continuée ouvriront des droits pour un complément de retraite.

Et si les Français se saisissaient de cette possibilité laissée de partir à la retraite à 62 ans pour inventer une « sénescence » créative repoussant d’autant l’arrivée de la vieillesse ? Nous sommes bientôt les seuls à avoir conservé cette possibilité en Europe, là où la plupart des pays basculent vers un âge légal de départ à 67 ans. Alors que tous s’attendent à ce que nous nous calions sur l’âge de 64 ans comme de bons homo economicus sachant maximiser leur intérêt, ne pourrions-nous pas tenter de maximiser notre qualité de vie ? Notre « pouvoir de vie » plutôt que notre pouvoir d’achat, pour reprendre l’expression inventée par Laurent Berger et la CFDT.

Après le Grand débat ?

Deux mois de Grand débat, un mois pour tirer les conclusions : la presse trouve le temps long ! Que l’on sorte pour une fois de la précipitation m’a à l’inverse plutôt réjoui ! Saurons-nous en faire un AVANT et pas seulement un APRES ?

Laisser opérer une forme de décantation est sage. On le sait bien, avec des conclusions tirées trop vite, il n’y avait aucune chance de créer une rupture avec les pratiques politiques habituelles. Ce n’est pas la synthèse algorithmique des dizaines de milliers de documents et de contributions diverses qui peut permettre de faire émerger des propositions fortes de ce remue-méninges collectif. Si l’on se précipite sur « les dix mesures plébiscitées par les Français », on restera dans le ressassé et on laissera de côté les milliers d’autres pistes qui avaient tout autant, ou presque, suscité de contributions. Plus fondamentalement, l’idée que des « mesures » puissent changer la donne est une illusion. On a d’ailleurs bien vu que les mesures prises en décembre ont été très vite considérées comme des miettes et presque aussitôt oubliées dans l’attente d’autres mesures, plus spectaculaires, plus radicales. Plus, toujours plus. L’approche par les mesures est une impasse.

L’idéal serait bien sûr l’annonce d’un changement de cap, d’une conversion à l’urgence écologique, d’une prise en compte, autrement qu’en paroles, des désagrégations sociales qui minent notre pays. Mais si nous l’avons espéré avec la remise du rapport Borloo ou à la suite de la démission de Nicolas Hulot, le changement de cap n’est certainement pas à l’ordre du jour.

Faut-il dès lors ne plus rien attendre et s’habituer à vivre la coexistence d’une contestation sociale récurrente, sporadiquement violente, et d’une technocratie continuant vaille que vaille sa « modernisation »… jusqu’à ce qu’un régime populiste les remplace ?

Et s’il restait une voie étroite que nous puissions utilement explorer ? Une voie qui n’obligerait pas le Président à se renier, une voie qui permettrait aux personnes de se sentir prises en compte, qu’elles aient été Gilets jaunes ou Marcheuses pour le climat. Utopique ? Sans doute mais j’avoue préférer chercher inlassablement cette voie étroite qui peut-être pourrait contribuer à éviter la propagation de la violence et de son double, la répression. Continuer la lecture de « Après le Grand débat ? »

Des colères aux initiatives, Lyon Gerland, 2 mars à 14h

Et si nous passions, au moins cette fois-ci, de l’échange numérique à la rencontre physique ? Possible le 2 mars, à Lyon… dans le cadre du Grand Débat !

Souvent sur ce blog, je lance des ballons d’essai. J’essaie d’exposer des propositions concrètes mais je laisse à chacun l’opportunité de s’en saisir sans moi-même m’engager plus avant. J’ai toujours pensé que cette posture du « et si… » avait du sens et pouvait donner envie d’agir…

Cette fois je me suis moi-même poussé à l’action ! dans mon avant-dernier papier « du grand débat aux petits échanges » j’incitais à organiser un débat un peu différent de la simple remontée de revendications ou de suggestions adressée au « pouvoir ».

Nous avons réussi à quelques-uns, engagés dans plusieurs mouvements citoyens, à mettre au point une rencontre qui aura lieu le 2 mars à Lyon (à la Gourguillonnaise, 4 r. du Cdt Ayasse à Gerland de 14h à 17h30). L’idée est de partir des sujets de questionnement des gens eux-mêmes, de nous réunir en petits groupes pour en débattre et voir concrètement ce que nous pouvons faire et, quand nous constaterons des blocages à l’initiative citoyenne, de remonter ces blocages avec les solutions que nous aurons imaginées pour y remédier.

Ce que j’espère, c’est qu’au cours de ces échanges les participants puissent découvrir des ressources déjà à notre disposition pour agir, ressources que bien souvent nous ne connaissons pas ou mal. La rencontre du 2 mars sera à la fois un vaste Forum Ouvert et une Bourse d’échanges pour faciliter la prise d’initiatives,… sans oublier de faire remonter dans le cadre du Grand débat les pistes imaginées pour faciliter l’initiative citoyenne.

Vous êtes à Lyon ou dans les environs ? Inscrivez-vous vite ! C’est ici.

 

Deux initiatives pour une sortie de crise à la hauteur de l’enjeu

Deux initiatives dans les réseaux auxquels je participe me semblent importantes et porteuses de solutions plus élaborées et plus justes que celles que le Premier ministre puis le Président de la République ont proposées.

Pourquoi chercher des alternatives aux propositions de l’exécutif ? Celles-ci pourront peut-être éviter l’embrasement mais elles ne donnent pas de réelles perspectives de solidarité dans la durée et de démocratie « permanente » (selon l’expression employée un temps par … Alain Juppé !). J’espère qu’elles seront suffisantes pour éviter les violences mais il serait illusoire de penser qu’elles peuvent, à elles seules, résoudre la crise de notre système social et politique dont le Président n’a, semble-t-il, pas encore compris la nature. L’incapacité qu’il a manifesté à lier dans les solutions qu’il proposait justice sociale et transition écologique est frappante. Exit le dérèglement climatique, renvoyé à des jours meilleurs !

Les deux textes ci-dessous ont l’intérêt de mettre en avant une solidarité entre les plus riches et les plus pauvres plutôt qu’une simple aide temporaire à quelques catégories ciblées de la population (salariés au SMIC et retraités) et surtout de proposer des pratiques démocratiques nouvelles permettant une participation des citoyens allant au-delà du simple vote aux élections, quand nos dirigeants ne proposent qu’un « grand débat » sur une multitude de sujets sans lien entre eux (on doit y parler aussi des questions d’identité nationale !) et sans méthode qui rende possible un débouché concret. Continuer la lecture de « Deux initiatives pour une sortie de crise à la hauteur de l’enjeu »

Sortir du dilemme du prisonnier

Retour, à froid, sur la crise de confiance entre politique et société, que traduit la démission d’Hulot… et sur la manière d’en sortir !

La démission de Nicolas Hulot nous a fait voir le gâchis incroyable de temps et d’énergie qu’entraîne la crise de confiance entre politique et société. Le dilemme du prisonnier, on le sait, caractérise une situation où deux joueurs auraient intérêt à coopérer, mais où, en l’absence de communication entre eux, chacun choisira de trahir l’autre comme un moindre mal. Nous en sommes là. La société et les politiques ont intérêt à coopérer pour faire face au péril écologique mais chacun, pensant que l’autre n’a pas pris la mesure de l’enjeu, choisit d’agir seul sans « l’autre camp » en annihilant ce faisant toute chance de réussite.

Les responsables politiques, ne se fiant qu’aux sondages qui ne reflètent pas la réalité d’une société en mouvement mais une opinion figée à un instant t, n’osent pas entreprendre de réformes AVEC la société. L’exemple emblématique est la question agricole et alimentaire. Tout était réuni pour engager à l’issue des états généraux la transition vers l’agroécologie mais le gouvernement a reculé par crainte de mécontenter les agriculteurs et les chimistes alors que c’était le moyen de les réconcilier avec la société en essaimant en 5 ans les  solutions déjà construites ou proches de l’être chez les industriels, chez les agriculteurs, les distributeurs, les ONG et les consommateurs.

A l’inverse on assiste à un mouvement sympathique dans la société pour « prendre le relais » de Nicolas Hulot. Puisque le politique démissionne, « missionnons-nous », faisons sans le politique. Ce mouvement a un certain écho : des pétitions et des tribunes circulent, des manifestations s’organisent et pourraient s’installer dans la durée… Depuis plusieurs années déjà une kyrielle d’initiatives de toute nature voit le jour. Dans le domaine déjà évoqué de l’agriculture et de l’alimentation, celle ayant eu sans doute le plus d’écho en moins de dix ans est celle des AMAP introduisant un rapport direct entre consommateurs et agriculteurs en popularisant les circuits courts qui s’est développée hors de toute politique publique.

Politique des petits pas sans mobilisation des acteurs sociaux d’un côté, initiatives sociales isolées et s’enfermant de plus en plus dans la défiance ou l’indifférence à l’égard des politiques semblent aux « joueurs » la seule solution réaliste et pourtant, selon la théorie des jeux, ils sont en train de perdre l’un et l’autre. Continuer la lecture de « Sortir du dilemme du prisonnier »

Faut-il des ennemis pour que la démocratie vive ?

Voici un texte qui n’était pas simple à écrire. J’avance sur un terrain miné et m’expose à bien des critiques. Pour autant je suis heureux de mettre enfin ces questions en débat. Je crois qu’elles sont clés et qu’on les esquive trop souvent. A vous lire !

C’est un papier que je veux écrire depuis longtemps et que je remets toujours au lendemain. Ecrire sur le sujet du conflit radical ne m’est pas naturel et pourtant j’en sens la nécessité pour éviter la bien-pensance qui toujours me guette. Je tourne d’ailleurs autour régulièrement quand j’évoque l’hubris et la rupture du monde commun qui menacent la démocratie. Mais mon goût pour la concorde, ma crainte du conflit qui tourne à l’aigre me font privilégier les logiques d’accommodements raisonnables. Continuer la lecture de « Faut-il des ennemis pour que la démocratie vive ? »

Vœux, souhaits ou promesses ?

Comme tous les premiers jours de janvier, j’ai reçu et répondu à des vœux de bonne année. A chaque fois, j’essaie de ne pas me contenter des sempiternels  » … et avant tout la santé, parce quand on a la santé… »  Vous connaissez la suite. Même si bien sûr je suis d’accord avec le très joli billet de François Sureau paru dans La Croix, sur le fait que former des vœux participe d’une manière de s’inscrire dans le temps et de se projeter, je n’en reste pas moins sur la ligne de ce qui suit et que j’écrivais pendant les vacances et que j’ai complété ce week-end.
Continuer la lecture de « Vœux, souhaits ou promesses ? »

La Maire, le journaliste et les deux Nuits (Nuit des débats et Nuit debout)

On parle de plus en plus de « Nuit debout ». Une vidéo du débat introductif de la Nuit des débats organisée par la Mairie de Paris donne bien à voir l’incommunicabilité terrible entre ceux qui ont pourtant le plus à partager : élus, journalistes et citoyens engagés. Cette fable moderne montre en creux l’urgence de construire des ponts, des « centres d’échange ».

Tout le malaise démocratique actuel est dans cette vidéo, toutes les interrogations, toutes les incompréhensions, toutes les frustrations. On y voit le manque de confiance et de culture commune qui rendent les fossés infranchissables, l’incapacité à s’entendre (au sens propre du mot !). Ce débat introductif à la Nuit des débats dans les premiers jours de Nuit debout est une fable, un récit vivant, presque une fiction du réel tant la dramaturgie est forte. Dans une mise en scène quasi-religieuse (on est dans une église), on est en phase, tour à tour, avec chacun des protagonistes qui a une part de vérité, mais aussi soudainement exaspéré par des attitudes en contradiction avec les propos tenus. On voit l’incohérence des personnes de Nuit debout qui expriment leur colère mais ne veulent pas discuter. Anne Hidalgo, qui expliquait longuement quelques minutes plus tôt le besoin d’horizontalité, retrouve toute la verticalité de la Maire de Paris face à une quidam qui ose lui demander des comptes à propos des réfugiés. Edwy Plenel, plus à l’aise avec les perturbateurs, a bien donné son micro au premier qui soit venu jusqu’à lui mais il restera assis sur sa chaise laissant le tribun improvisé agenouillé à ses pieds. Aucune véritable tentative de travailler sur les désaccords, de tenter de les expliciter, de pacifier la confrontation en recherchant cet « accord sur les désaccords » dont parle Patrick Viveret. Ni de la part des journalistes, ni de la part de la Maire qui renvoie à un rendez-vous qu’elle accepte d’accorder (« Je vous recevrai »), ni de la part de ceux qui crient ou prennent la parole.

Comme dans toute fable, l’histoire commençait pourtant bien. Anne Hidalgo prouvait qu’elle envisageait son rôle de manière plus ouverte que bien des élus. Elle citait Pierre Rosanvallon et Dominique Rousseau. Elle affirmait que la politique devait accompagner l’envie des citoyens d’être actifs, au-delà des habituelles concertations de la démocratie participative. Elle concluait de façon assez convaincante : « La politique peut beaucoup si elle part des citoyens ». Edwy Plenel parlait du bouillonnement de la société et diagnostiquait que le mal venait du haut (puisque le poisson pourrit toujours par la tête). Il parlait de la nécrose d’un système que l’on ne peut plus réformer et en appelait à une révolution démocratique.

Mais le débat s’est vite mis à ronronner. Anne Hidalgo décrivait en longueur les réformes qu’il faudrait faire, sans grande originalité. Edwy Plenel, tout à son goût du prêche et sans doute inspiré par le lieu, faisait part à l’auditoire de l’importance de la spiritualité dans la démocratie. L’animateur, journaliste à Mediapart, se rendait compte qu’on frisait le pontifiant, invitant son patron à des réponses plus courtes, sans le moindre résultat. Pas de débat entre les intervenants, pas de débat avec la salle, la Nuit des débats ressemblait de plus en plus à une conférence au collège de France !

L’intrusion devenait la seule issue. Et elle vint, vers la 35ème minute. Brouhaha, distribution de tracts puis interruption et prise de parole, acceptée d’abord avec le sourire. Le propos est clair : « Nous ne revendiquons rien, nous prenons ». Dès lors les cris reprennent, d’autres prises de parole ont lieu au micro ou de la salle. Policées ou virulentes mais sans perspective de débat. « Ces politiques qui nous laissent la parole de temps en temps quelques minutes, on ne discute plus avec eux ! » A la fin, de la salle, obstinément, avec force et en détachant chaque syllabe, quelqu’un assène : « On ne veut pas par-ti-ci-per ! » Au geste qu’il fait (ses deux mains tracent un cercle), on comprend qu’il veut qu’il n’y ait plus d’un côté ceux qui parlent et de l’autre ceux qui participent mais que tous échangent ensemble en cercle. Mais c’est fini et Anne Hidalgo se lève. Vient alors l’épilogue, désespérant. On retrouve maintenant sur scène, une femme qui voulait absolument parler des réfugiés et qui apostrophait depuis un moment la Maire depuis la salle. Elle a désormais le micro. Elle ne crie plus mais parle toujours avec beaucoup de véhémence, exigeant de la Maire des réponses sur la destination des femmes et des enfants arrêtés par les CRS. Elle a attrapé un micro-cravate abandonné sur la table basse ; elle ne s’est pas relevée. « Où ils vont ? Où peuvent-ils aller ? ». Elle parle à genoux devant les trois intervenants, debout, qui lui font face avant de se retirer sans répondre. On entend juste la Maire dire en partant de manière un peu automatique : « Bon, merci… »

Fondu au noir sur la salle qui commence à se vider, un peu remuée, un peu hésitante sur ce qu’il convient de penser et de faire.

Je ne fais pas cette exégèse de vidéo pour distribuer des bons et des mauvais points. Ni pour renvoyer dos à dos Nuit des débats et Nuit debout. J’ai une affection sincère pour toutes les personnes (les personnages ?) que j’ai décrites. La Maire de Paris prouve dans son action qu’elle sait mieux que d’autres « faire avec » la société telle qu’elle est. Plenel est un journaliste qui a eu le courage de créer un nouveau modèle de presse avec Médiapart. Les acteurs de Nuit debout ont su trouver une forme de mobilisation qui donne la parole à beaucoup de déçus de la démocratie actuelle. Elue innovante, journaliste hors-système, citoyens engagés,… on imagine qu’ils pourraient trouver un terrain d’entente. En fait ce sont leurs espaces de parole qui s’excluent mutuellement et leur collision ne peut rien produire de positif.

La nuit des débats n’en reste pas moins une formidable initiative qui montre qu’une municipalité peut inviter à autre chose qu’à des fêtes (Nuits blanches à Paris, Nuits sonores à Lyon,…), on plus exactement peut inviter à faire de la réflexion une fête ! Déjà il y a quelques années, l’université de tous les savoirs avait permis au grand public de découvrir des penseurs exigeants comme Françoise Héritier, Irène Théry ou François de Singly ( pour citer quelques-uns de ceux que j’avais découverts à cette occasion). Ce ne sont pas réellement des débats, plutôt des occasions de penser et c’est en soi très utile.

La nuit debout est complètement sur un autre registre. Elle est une tentative de réappropriation de la parole politique hors de toute appartenance partisane ou allégeance préalable. Elle permet à tout un chacun d’expérimenter la construction d’une parole collective. Avec des codes, des règles qui s’inventent ou se réapproprient de place en place (Puerta del Sol, place Tahir,…). C’est une parole d’émancipation qui ne prend tout son sens que de l’intérieur, quand elle est vécue e partagée. Le filtre des médias en limite la portée à des pratiques sympathiques mais sans portée comme les mains qui s’agitent en signe d’acquiescement. Si j’ose me permettre, il y a dans les Nuits debout l’équivalent des Gymnase clubs : on y exerce non ses muscles mais sa souplesse argumentative ! Autrefois il y avait des cours de rhétorique, on a impérativement besoin de lieux d’apprentissage du débat.

Pour autant – et ceux qui ont connu l’expérience des Ateliers de la Citoyenneté s’attendent sans doute à cette conclusion – je pense qu’il faut aussi des lieux tiers qui permettent de lier questionnement et transformation, réflexion et action. Il faut à la fois imaginer un autre monde possible et agir dans ce monde avec la réalité telle qu’elle est. C’est sans doute plus difficile et moins gratifiant de dialoguer avec des entreprises ou des élus pour les embarquer dans des mutations progressives que de refaire le monde à partir de ses rêves… mais c’est certainement plus utile, même pour réussir des transformations radicales.

On manque de lieux qui fassent le pont entre les mondes, de « centres d’échange » comme je l’évoque dans Citoyen pour quoi faire ? Sans vouloir faire de la pub à outrance, je crois quand même que mon livre donne des éléments de réponse utiles ! Il est paru chez Chronique sociale et disponible pour la modique somme de 12€90. Ici.

 

 

 

La Marseillaise de trop ?

La Marseillaise entonnée à l’Assemblée Nationale ! Pour la première fois depuis la fin de la Première guerre mondiale. Pour moi, je crois que ça a été le déclic, hier soir en voyant les images à la télé. On en fait trop. Il est temps de changer de registre !

La Marseillaise entonnée à l’Assemblée Nationale ! Pour la première fois depuis la fin de la Première guerre mondiale. Pour moi, je crois que ça a été le déclic, hier soir en voyant les images à la télé. On en fait trop. Sous le coup de l’émotion tout était justifié. Dimanche les millions de personnes dans la rue, les représentants des Etats d’Europe, d’Afrique et du Proche-Orient, et même les dictateurs. L’union contre la barbarie. Une fois pour toutes. C’est dit en silence, c’est dit avec des salves d’applaudissements qui naissent et disparaissent puis reprennent, obstinément. Voilà ça suffisait.

Mais hier soir, l’enflure commençait à poindre sous l’émotion légitime. Et des questions, vite refoulées, viennent à l’esprit. On se met à comparer les millions de morts de 14-18 et  les 17 victimes de cette semaine de janvier en se demandant si cette Marseillaise commune aux deux événements est légitime. Bien sûr le premier mort est inacceptable, et pourtant… On ravale bien vite ce décompte malséant, mais il a traversé l’esprit. Et tout risque de venir dès  que le fil de la pelote est tiré.  Le pays est-il réellement en danger parce que des cinglés manipulés par des fanatiques s’attaquent à un journal satirique ?  Imagine-t-on réellement que notre civilisation est en train de s’écrouler à cause de ces misérables ? Personnellement je ne le crois pas du tout. On nous parle de guerre asymétrique mais n’est-ce pas un simple accès de violence aveugle comme on en a connu bien d’autres au long de notre histoire de la bande à Bonnot à la bande à Baader ? Ne sommes-nous pas beaucoup plus menacés par le péril de la financiarisation et de l’hubris généralisé ?

La culture religieuse a du bon : on y apprend que toute épiphanie n’est qu’un instant où une réalité invisible se dévoile. Lors de la Transfiguration, Jésus apparaît tel qu’il est à ses disciples qui en perdent les pédales et veulent rester sur la montagne, dresser la tente,… Jésus les ramène vite à leur réalité terrestre et les invite à redescendre dans la plaine. Dimanche a été une épiphanie (une manifestation) de la République, ne cherchons pas à la faire durer artificiellement. Elle perdrait toute consistance. Gardons cette journée comme un temps de concorde nationale, comme un signe qu’au-delà de nos divisions, nous avons une communauté de destin… Mais cette concorde n’a pas vocation à durer, le conflit est légitime. On s’est simplement rappelé (mais c’est essentiel !) que nous pouvons vivre ensemble sans être d’accord.

Le temps est venu de prendre des initiatives concrètes pour que nos appels à la fraternité ne restent pas vains. La fraternité n’est pas l’absence de conflit, l’unanimisme béat. C’est simplement la certitude que la discussion peut faire avancer bien plus que l’opposition frontale, qu’il y a du commun entre nous… même si parfois il est dur à trouver. Dans l’émotion, j’ai parlé de brigades du débat et du rire… Certains ont dit chiche. D’autres voies peuvent être explorées. Des initiatives sont en germes ici ou là. Redescendre de la montagne ne signifie pas renoncer à l’action, au contraire ! mais c’est prendre les chemins patients de la réalité humaine.

Nous avons vu à quel point le besoin de débattre était pressant. Rien que pour ce blog, le nombre de lecteurs s’est multiplié. Vous avez été plus nombreux que jamais à commenter, directement ou par mail. Des propos graves, réfléchis ont été tenus. Des interrogations ont été réaffirmées avec force : la notion de « fraternité » ne va pas de soi, certains craignent qu’elle nous éloigne du devoir de solidarité, qu’elle nous enferme dans une forme de communautarisme. Mais on peut voir la fraternité de façon très différente, comme la reconnaissance d’une capacité de toute l’humanité à « agir en frère » justement sans s’enfermer dans les fratries de sang ou d’appartenance. Une autre interpellation, plus véhémente, appelle à « laisser une place aux athées » sans laisser penser, de façon implicite, que chacun a une foi. Lors du travail sur la laïcité aux Ateliers nous avions eu de la même manière des échanges beaucoup plus vifs que sur les autres sujets. On touche là à des questions essentielles et que la futilité des temps laisse souvent sous le boisseau… Une proche de l’aventure des Ateliers résume bien la nécessité du débat :

Les échanges ci-dessous m’intéressent vivement. En tout cas, ils m’ont fait penser. Et penser seule, me semble pauvre et limitant. S’il est des temps où la réflexion démocratique prend un sens aigu pour moi, ce sont bien ceux-ci. Oui, la controverse est l’enrichissement indispensable où l’on peut écouter, entendre les points de vue différents. Pour ma part, je suis bousculée et peu certaine de mes positions depuis la semaine dernière. Je ressens un besoin urgent de me confronter à d’autres pensées. Alors, merci à vous pour le dialogue à construire ensemble.

Dans ces moments d’intense cogitation mutuelle, de nombreuses lectures nous ont été conseillées que nous avons à notre tour relayées. Ce matin je n’en retiens qu’une, celle d’Ali BenMakhlouf parue dans Libération (merci Francis !). Il parle de Latifa Ibn Ziaten, mère du militaire français Imad, tué par Merah en mars 2012 qui intervient depuis partout pour débattre de l’Islam (je l’ai vue sur le plateau de Pujadas, absolument remarquable, écoutée de tous et notamment de Badinter)

L’exemple de ce témoignage, à lui seul, suffit pour dire que les intellectuels n’ont aucun droit ni pouvoir exclusif de décrypter la réalité à la place des autres. Relisons le Maître ignorant de Jacques Rancière, où l’émancipation signifie que chaque personne issue du peuple, parce qu’elle est citoyenne, peut concevoir sa dignité humaine, «prendre la mesure de sa capacité intellectuelle et décider de son usage» (éd. Fayard, 10/18) sans qu’on vienne lui dire en quoi cette dignité consiste. Transmettre, ce n’est pas décrypter pour les autres, c’est débattre avec eux.

Que les politiques et les médias redescendent vite de la montagne où ils semblent se complaire, nous avons à faire ensemble, ici-bas. Qu’ils continuent encore sur le registre de l’émotion et ils dilapideront instantanément le crédit qu’ils ont regagné. Les symboles sont puissants mais ils se figent très vite en caricature. Merci de nous permettre de les garder vivants dans nos esprits et dans nos cœurs. Nous n’oublierons pas le 11 janvier. Et c’est heureux que la date qui va rester dans les mémoires soit celle de la marche de dimanche plutôt que celle des meurtres. Décidément ces apprentis terroristes n’ont même pas réussi à imposer leur 11 septembre.