que faire ?

Vous avez été nombreux à réagir au texte d’hier. La suite ce matin… les nuits sont courtes !

Je me suis couché hier soir avec l’interpellation de Philippe Bernoux :

que faire ? Tu réponds avec de la fraternité et de l’amour. Oui, mais c’est tout à fait insuffisant. Il faut de la lucidité et de la volonté qui peut être violente: lutter contre ce qui se répand maintenant: “nous sommes en guerre” entendu ce matin de la bouche d’un député. Il se répand insidieusement l’idée qu’en effet, nous sommes en guerre, causée par la présence des musulmans et que pour gagner cette guerre, il faudra recourir à des solutions extrêmes.[…] L’amour, oui, mais ne saute pas les actions concrètes.

Au milieu de la nuit, je me suis réveillé avec le sentiment que je n’avais manié que des mots creux et je me suis rendormi avec un fort sentiment d’écœurement. J’ai été réveillé à 4h par une piste née d’un demi-sommeil. J’ai eu envie de la partager. Sans attendre. Elle n’est pas aboutie mais si nous nous y mettons tous, il en naîtra peut-être quelque chose… Merci déjà à tous ceux qui ont commenté le message d’hier ! je vous invite à en prendre connaissance … et à continuer aujourd’hui. (et si je le fais sur Persopolitique, c’est parce que c’est mon lieu d’expression mais il va de soi pour moi que ce que nous faisons collectivement par nos écrits croisés, c’est bien le travail du Laboratoire de la Transition Démocratique !)

La guerre d’Espagne, parce qu’elle a semblé à l’époque une menace contre la  civilisation et pas (seulement) contre le peuple espagnol, a suscité la création des brigades internationales. Des jeunes de toute l’Europe se sont levés et ont pris les armes. Les brigades n’ont pas empêché l’issue fatale mais elles ont sauvé l’honneur. Et c’étaient des initiatives qui ne venaient pas des Etats, au contraire.

Et si nous devions à notre tour monter des Brigades ? Pas pour faire la guerre, bien sûr car l’ennemi d’aujourd’hui est bien plus diffus encore que ne l’étaient les fascismes de l’entre-deux guerres. Plutôt pour combattre pacifiquement ce qui mine nos démocraties : à la fois leur dévitalisation intérieure et les attaques qu’elles subissent de la part des obscurantistes manipulant les paumés de toute sorte que nous avons laissé sur le bord de la route. Il faut à la fois redonner de la force, du goût à la démocratie et éviter que les obscurantistes ne gagnent des âmes faibles.

Des Brigades du Débat et du Rire. Réunir des groupes  d’intervention de 5 ou 6 personnes qui acceptent dans la durée d’être  sollicitées pour lancer/participer/animer des débats, pour monter des conférences gesticulées… Les armes du jour sont encore la parole et le rire. Faisons en sorte qu’elles le restent et qu’on n’en vienne pas à d’autres armes.

A ce stade, c’est tout. Je ne veux pas aller plus loin tout seul. C’est peut-être idiot ou hors de propos. J’espère seulement que l’échange va se poursuivre. Je crois au rebond… et à la non appropriation des idées. Nous sommes tellement nombreux à nous poser la même question que nous allons peut-être inventer une réponse appropriée. Nous en avons évidemment un besoin urgent.

 

 

Avec qui faut-il débattre du nucléaire ?

Comme souvent en France nous débattons sur … les débats à organiser ! En parallèle du très médiatique débat-sur-le-débat sur la laïcité (vite conclu par un débat sans débat organisé en 2h par Jean-François Copé), un autre débat prend de l’ampleur : le débat-sur-le-débat du nucléaire. Celui-ci me semble particulièrement intéressant car il est révélateur de notre attitude à l’égard de la démocratie.

En dehors de ceux qui disent qu’il n’y a pas besoin de débat, il y a essentiellement deux camps : ceux qui estiment que le sujet est trop complexe pour le laisser à des profanes et qui considèrent donc comme démagogique l’idée de solliciter les citoyens sur une telle question ; ceux qui disent qu’en démocratie, le peuple est souverain et qu’il faut choisir par referendum entre le maintien ou la sortie du nucléaire. Les avis des uns et des autres sont tranchés et les invectives ne sont jamais loin : « populistes ! », « nucléocrates ! ». Absolutisme de l’expertise scientifique d’un côté,  absolutisme de la parole du citoyen de l’autre.

Je ne m’attarderai pas sur la déconstruction de la première branche de l’alternative, les lecteurs de ce blog connaissent mes positions sur la nécessité de ne pas laisser à l’expertise scientifique le soin de trancher les débats. Je trouve en revanche utile de clarifier la place des citoyens dans une « démocratie technique », pour reprendre l’expression de Michel Callon. Je m’appuierai pour ça sur une tribune de Tzvetan Todorov parue dans Le Monde (accessible ici et pas sur le site du journal, je ne sais pas pourquoi). Il rappelle quelques évidences que nous avons perdues de vue avec la sacralisation de l’individu. Après avoir repris la règle formulée par Montesquieu selon laquelle « Tout pouvoir sans bornes ne saurait être légitime », Todorov conclut « le principe démocratique veut que tous les pouvoirs soient limités : non seulement ceux des Etats, mais aussi ceux des individus, y compris lorsqu’ils revêtent les oripeaux de la liberté ».

Todorov parle d’individus, pas de citoyens, mais le problème justement, dans nos démocraties libérales, est la confusion qui s’est opérée entre le citoyen et l’individu. La démocratie n’est plus que l’addition de voix individuelles, une simple agrégation réalisée par le vote mais aussi, au jour le jour, par les sondages.  Donner le pouvoir de trancher par referendum la question du nucléaire à ces individus-citoyens ne serait-il pas leur donner « un pouvoir sans bornes » ? Dans ces conditions, je comprends  parfaitement les craintes de ceux qui refusent de laisser les citoyens s’emparer de la question du nucléaire.

Mais peut-on refuser en même temps aux experts et aux individus-citoyens de trancher ? Qui doit décider ? Des experts sortis de leur tour d’ivoire et des citoyens sortis de leur individualisme, ensemble ! Utopie ?  Comme je l’écrivais sur le blog du Club des Vigilants, nous devons apprendre à « composer un monde commun » selon la belle expression de Michel CALLON, le co-auteur du désormais classique « Agir dans un monde incertain ». Les forums hybrides articulent savoir scientifique et approche profane.

Les citoyens ne sont pas systématiquement enfermés dans les logiques populistes, ils sont en revanche souvent très mal informés. Rien de rédhibitoire à ça ! On sait former des citoyens novices à des sujets complexes. Tant dans mon expérience de consultant que dans mes démarches de « citoyen entreprenant », j’ai eu l’occasion régulièrement de partager le même enthousiasme que Jacques Testard lorsqu’il avait organisé la conférence de citoyens sur le réchauffement climatique. A l’issue de la conférence il avait signé dans Le Monde une tribune intitulée : « Je suis réconcilié avec le genre humain ! » Oui, même sur le nucléaire, il est possible et utile de donner la parole aux citoyens, non pas pour dire OUI ou NON à un referendum mais pour DELIBERER avec des experts. C’est là que la parole citoyenne prend tout son sens.

Tranchons le débat-sur-le-débat et organisant un forum hybride, un groupe d’évaluation interactive (peu importe la dénomination) dans lequel, ensemble, experts et citoyens, construiront par délibération collective, une recommandation claire remise au pouvoir politique. Et faisons en sorte de donner suffisamment de retentissement à cette démarche pour que le pouvoir soit dans l’obligation morale d’en tenir compte, soit en la faisant sienne, soit en la réfutant de manière argumentée.

de plain-pied

C’est souvent par le contre-exemple qu’on éclaire le mieux le sens d’un mot. Nous en avons eu un bel exemple au cours d’une rencontre des INITIALES qui m’a donnée la nostalgie des Ateliers de la Citoyenneté. Nous l’avons dit souvent, la caractéristique majeure des réunions organisées par les Ateliers était le fait qu’elles se déroulaient de plain-pied, sans « sachant ». Or mercredi dernier, nous nous réunissions pour parler de la violence dans l’entreprise. La réunion avait commencé comme nous en avions l’habitude : en cercle, chacun apportait son point de vue, la première intervenante sollicitée, psychologue du travail à la CRAM jouait parfaitement le jeu d’un apport  ancré dans une pratique, sans prétention mais avec des convictions fortes : l’échange se poursuivait entre tous et elle contribuait naturellement mais sans se prévaloir d’une expertise. Le deuxième intervenant restait silencieux, en retrait mais attentif. Au bout d’une heure et demi je faisais signe à l’animatrice pour qu’elle pense à lui donner la parole. Et, là catastrophe ! Il se lève, va chercher un paper board, des stylos de toutes les couleurs, il se campe au milieu du cercle, va et vient en faisant claquer ses talonnettes, pérorant sans trop savoir comment entrer dans le cours qu’il nous avait préparé. Il se lance enfin, nous annonçant 5 clés pour un management évitant la violence (la première étant « savoir donner du sens », vous voyez ce que pouvaient être les 4 autres). Très vite, on sent que le cercle des participants, une petite vingtaine d’hommes et de femmes, s’étonne de ce cours incongru. Une première participante conteste les propos tenus, ne les trouvant pas fondés et bien trop généraux, l’autre intervenante réagit aussi, rejetant ces artifices managériaux pouvant mettre en porte-à-faux les cadres intermédiaires auxquels ce discours habituellement s’adresse. Au bout d’un moment avec Pascale Puéchavy (mon ancienne complice dans l’animation des Ateliers) à côté de qui je suis assis, nous décidons de rappeler l’intervenant à la règle implicite de notre échange : nous ne sommes pas venus pour un cours de management mais pour partager des expériences et des savoirs sur un sujet pour lequel  la parole de chacun est aussi légitime. Cette parole est pourtant pour le moment confisquée par l’introduction d’une verticalité dans le plain-pied qui n’a jamais aussi bien porté son nom issu du latin planus (plan). L’intervenant dit qu’il comprend mais continue néanmoins en accéléré son exposé puis s’assoit d’une fesse sur une table un peu en arrière du cercle… qui immédiatement se referme et dont il s’exclue jusqu’à la fin de la discussion. L’animatrice conclue et remercie. Chacun commence à se lever lorsque l’intervenant tente sans conviction d’avoir le dernier moyen exposant les 4 principes de la communication non violente dans l’indifférence polie des participants qui commencent à échanger par petits groupes. Plus tard autour d’un verre nous expliquons à quelques-uns au pauvre formateur (c’était évidemment son métier) les raisons de notre attitude et nous espérions que la séance avait été formatrice… pour lui !

Au cours du diner qui suivit Philippe Villeval, de la fédération des Centres sociaux du Rhône, revenant sur l’incident, notait à quel point le mode d’animation de plain-pied restait peu pratiqué, même au sein de son réseau. Nous en venions à dire qu’une formation à l’animation « à la mode des Ateliers » serait la bienvenue, les formations existantes étant trop centrées sur la production et la mise en place de règles formelles.

Mais comment former à ce qui apparait à tous comme une évidence lorsqu’ils y ont pris goût mais dont ils constatent en même temps la rareté au quotidien tant nous sommes formatés par les relations verticales ? Puisque c’est  plus un « art » qu’un savoir, la transmission passe sans doute par la pratique.

Des cafés pour réveiller les citoyens américains

Le café peut-il avoir un effet bénéfique sur la démocratie ? L’initiative d’Annabel Park peut le laisser penser, comme le rapporte Le Monde du 17 mars : [cette documentaliste]  a posté sur Facebook un appel à s’opposer à ce qui lui apparaissait comme une soumission obséquieuse des médias américains à l’égard de Sarah Palin, ex-candidate à la vice-présidence sur le « ticket » républicain à l’élection présidentielle de novembre 2008, et de ses congénères, qui, à ses yeux, ne savent que répondre non à toute initiative adverse. « Lançons un Coffee Party ! (…) Ayons un vrai dialogue politique, avec de la substance et de la compassion » entre Américains. L’appel a rapidement trouvé un écho. Son mot d’ordre : « Réveillez-vous ! » Le public ciblé : tous ceux qui cherchent des « solutions positives » aux problèmes de l’Amérique.

Un réseau social + des cafés + l’envie de dialoguer hors des querelles partisanes : décidément la recette semble devoir gagner la planète.