La France est un pays de gauche qui vote à droite

Qui sortira vainqueur de la présidentielle ? Le diagnostic des sondeurs et de la plupart des commentateurs politiques est sans appel : une France de droite, tentée par ses extrêmes, qui doute de la démocratie. Il faut y regarder de plus près, comme y invite le sociologue Roger Sue.

Avec son accord et en précisant que ce texte a d’abord été publié dans Le Monde, je vous invite à lire ce texte de Roger Sue, un des sociologues avec lequel j’ai le plus d’affinités intellectuelles.  Cette tribune montre clairement comment une société qui n’est pas de droite peut se laisser tenter par un vote pour la droite extrême. Son appel à reconstruire des espaces de citoyenneté pour sortir de cette coupure entre société et politique résonne naturellement avec les thématiques récurrentes de ce blog que Roger me fait l’amitié de suivre. Il est ainsi le deuxième auteur (après Jean-Pierre Worms, et ce n’est évidemment pas un hasard) dont j’ai le plaisir de reprendre les propos à mon compte.

Il ne faut pas confondre la réalité sociologique des Français avec ses représentations tant sondagières, médiatiques que politiques. Les indices visibles du progrès des valeurs de la démocratie ne manquent pas : tolérance LGBT, mariages homosexuels, record des mariages interethniques et de l’assimilation des étrangers, mouvements féministes, sensibilité accrue aux inégalités et injustices, attachement à la devise républicaine, etc. Ces indices traduisent de profonds mouvements de démocratisation souvent mal perçus et compris, autour de l’individualité, de l’égalité et de l’expressivité. Continuer la lecture de « La France est un pays de gauche qui vote à droite »

les gilets jaunes ne doivent pas devenir des tuniques de Nessus

Encore les Gilets jaunes ?! J’espère sincèrement que c’est la dernière fois, cela voudrait dire que la spirale infernale ne s’est pas enclenchée. C’est encore possible si nous sortons des postures et des caricatures.

Les Gilets jaunes sont-ils casseurs ou bon enfant ? autonomes ou manipulés ? individualistes ou solidaires ? de gauche ou de droite ? de la campagne ou du péri-urbain ? incultes ou inventifs ? gentils ou méchants ? Cette liste d’oppositions binaires pour tenter de définir qui « sont » les Gilets jaunes est évidemment absurde puisque dans le même temps chacun reconnait que le mouvement est immensément divers. Pour autant, depuis 3 semaines, à un moment ou à un autre, chacun a tenté de faire rentrer le mouvement dans une de ces cases !

Ah ! ce goût pour l’ontologie, l’essence des choses, la définition, la taxinomie ! Et si cette manière de voir était tout bonnement incompatible avec la réalité observée ? Une réalité éminemment mouvante, indécidable. Continuer la lecture de « les gilets jaunes ne doivent pas devenir des tuniques de Nessus »

URGENCE DE LA TRANSITION ; NÉCESSITÉ DE SA MISE EN OEUVRE

Exceptionnellement un texte que je n’ai pas écrit mais dont je partage pleinement les interrogations : comment donner plus de force aux initiatives citoyennes ? les pistes proposées amènent à revoir profondément la relation élus-citoyens, tant dans la représentation que dans la manière de décider.

J’ai souhaité exceptionnellement publier un texte que je n’ai pas écrit. Il l’a été par Jean-Pierre Worms et diffusé à la fois dans les réseaux des intellectuels convivialistes et ceux du Pouvoir citoyen en marche. Certains d’entre vous connaissent bien Jean-Pierre Worms, il a accepté dès l’origine de participer à l’orientation des Ateliers de la Citoyenneté, il a récemment rédigé la préface de mon livre. Pour ceux qui ne le connaissent pas, sachez simplement que c’est un jeune homme de 80 ans qui a été tour à tour ou simultanément sociologue, élu local et national, acteur associatif innovant. Toujours actif, toujours prêt à s’enthousiasmer pour une nouvelle aventure. Je trouve important de partager ses alertes et surtout les moyens qu’il propose pour faire face à l’urgence. Avec son autorisation je n’ai repris que ses propositions finales, les lecteurs de ce blog sont en effet familiers des prémisses de son discours qui forment aussi la trame de mes écrits : la crise démocratique née « des logiques mortifères de la démesure à l’œuvre dans tous les domaines [qui] convergent et s’accélèrent » et aussi les ressources qui naissent de cette même crise, avec « la pertinence et la puissance des savoirs d’expérience et du pouvoir d’agir des citoyens ». Jean-Pierre Worms pointe les difficultés du passage entre le monde qui se meurt et celui qui émerge. C’est ici que je lui laisse la parole.

 

Deux difficultés, parmi bien d’autres sans doute, doivent être particulièrement soulignées car elles appellent de fortes mobilisations pour les surmonter.

La première tient à l’émiettement de cette diversité d’initiatives qui freine la construction d’une capacité commune de transformation sociale, d’un véritable pouvoir politique partagé.

Si, comme le veut notre tradition française, certaines initiatives novatrices se diffusent sur le territoire selon la rationalité décentralisatrice descendante d’une organisation de type fédéral, la grande majorité de ces «créatifs culturels», de ces «défricheurs» et «innovateurs sociaux», dont les initiatives «partent du bas» et sont liées aux spécificités de leurs territoires d’émergence, se méfient du risque d’aliéner leur liberté d’initiative dans la participation à toute forme d’organisation collective supérieure et du moins n’en voient pas l’utilité. Isolées les unes des autres et sans aptitude à intervenir ensemble dans l’espace public, leur visibilité médiatique et leur pouvoir transformateur ne correspond pas au poids réel des volontés, intelligences et compétences citoyennes mises en mouvement.

Un autre facteur encore plus grave freine la mise en synergie de ces initiatives : la reproduction au sein de la société civile de ce découpage de la société en «silos» verticaux déconnectés les uns des autres qu’opère le traitement administratif centralisé des problèmes sociaux. L’emploi, l’éducation, le logement, la santé etc. relèvent de champs de compétence particuliers, encadrés par des contraintes règlementaires, des corps administratifs et professionnels et des modes de financement spécifiques qui freinent, voire parfois interdisent les possibilités d’élaborer dans la concertation des politiques publiques cohérentes sur les territoires où elles sont mises en œuvre. Cela est souvent dénoncé concernant l’action publique de l’État central. Moins souvent, alors que cela mériterait de l’être, concernant celle des collectivités locales. Exceptionnellement seulement concernant l’action des associations, réseaux ou collectifs citoyens, ce qui est encore plus grave.

C’est pourtant un constat que chacun peut faire. Sur un même territoire local, il y a ceux qui travaillent à l’ouverture de l’école aux familles qui en sont les plus éloignées, ceux qui permettent l’accès à la création d’entreprise à des personnes dont le statut financier et social les en écarterait, ceux qui œuvrent à l’amélioration de la prise en compte de l’intelligence et de la volonté des malades dans l’organisation des soins…, mais tous ces citoyens qui agissent pour développer et valoriser le «pouvoir d’agir» des personnes concernées par une politique publique, tous ces membres d’une société civique active, bien que mus par les mêmes valeurs, les mêmes désirs, les mêmes idées de la société… ne se connaissent pas!!! et de ce fait ne constituent pas une force capable de peser ensemble sur l’organisation et la mise en œuvre cohérente des politiques publiques sur leur territoire commun. Construire des relations transversales, de l’inter-connaissance et de l’inter-action sur les territoires locaux, un pouvoir d’agir partagé, voilà ce que les convivialistes et tous les citoyens actifs devraient entreprendre partout et de toute urgence. C’est pourquoi il importe de profiter de cette journée d’occupation de l’espace public le 24 septembre prochain [demain !!], initiée par «Alternatiba» et le «collectif pour la transition», pour mettre en pleine lumière conjointement ce que les citoyens ont entrepris pour construire, chacun séparément, cet autre monde plus juste, plus libre, plus convivial… et plus durable auquel aspirent tant et tant de nos concitoyens. Et pourquoi ne pas interpeller à ce propos ceux qui, dans quelques mois, vont solliciter nos suffrages? La démocratie doit se reconstruire en inversant le rapport entre les citoyens et leurs élus: au lieu que ce soient des candidats qui demandent aux citoyens d’approuver leurs «programmes», que ce soient les citoyens qui demandent aux élus d’approuver et de mettre en œuvre leurs propositions et de faire une place à leurs initiatives dans l’espace public.

Encore faut-il que le «personnel politique» soit apte à entendre ce message et que l’action publique soit apte à s’enrichir de l’intelligence et de l’action des citoyens. Deux questions doivent être prises en compte :

  • celle du statut de la «représentation politique» pour l’ouvrir largement à la participation d’un nombre de citoyens beaucoup plus important qu’aujourd’hui (interdiction absolue de tout cumul de mandats et limitation dans le temps de leur exercice, transparence financière et sanction rigoureuse des conflits d’intérêt, tirage au sort de certaines instances de contrôle voire de délibération, référendums…),
  • celle de l’élaboration de la décision, de sa mise en œuvre et du statut et de l’organisation des fonctions et des institutions publiques pour faire une large place à une élaboration partagée et à une co-gestion de l’action publique, voire à une gestion publique déléguée à des organisations de citoyens.

Laisser ces questions en friche et croire qu’on peut les ignorer et se désintéresser de la politique instituée et notamment des prochaines échéances électorales, bref traiter des problèmes socio-économiques sans se préoccuper de leur inscription dans les cadres actuels de la démocratie conduit selon moi à une impasse. Nous devons élaborer les moyens juridiques et institutionnels qui permettront la mise en œuvre de notre volonté de transformation sociale et les porter dans les débats politiques à venir !

____

A noter, Gérard Mermet, avec qui nous envisageons un texte commun, évoque de son côté la nécessité de la disruption et du collaboratif en politique. Une chose est sûre, nous ne pouvons pas nous contenter de la manière dont les candidats aux différentes primaires envisagent leur rôle. Il est plus qu’urgent qu’ils prennent au sérieux la richesse des propositions de la société civile !!

 

 

En finir avec le referendum !

Ces derniers temps en France, à droite mais aussi à gauche, beaucoup voulaient voir dans le référendum un moyen de retrouver le lien avec les électeurs. Pas sûr que les deux expériences des derniers jours en Grande-Bretagne et en France les aient totalement dessillés. Et pourtant !

Une réponse en apparence simple (Leave) et l’on se retrouve avec des centaines de questions sans réponses ! Des exemples.

Comment peut-on traiter depuis une semaine la majorité des Anglais de nationalistes aigris et insulaires alors que le Leave rassemble nécessairement des gens qui auraient eu des positions très différentes si on ne les avait pas forcé à un choix aussi binaire que IN or OUT ? Comment pouvait-on, par exemple, se dire européen mais avec une autre Europe quand on avait le choix entre un bulletin Remain et un bulletin Leave ?

Comment, plus largement, a-t-on pu demander de décider de manière définitive d’une option dont on ne connaît aucune conséquence ? Quelle entreprise, quelle famille, quelle organisation prend ses décisions de cette manière ? La démocratie a-t-elle le droit d’être inconséquente ? N’est-elle pas aussi un régime qui doit permettre que les minorités soient respectées ?

Comment désormais les parlementaires britanniques vont-ils pouvoir mettre en œuvre une mesure qu’ils n’auraient pas eux-mêmes voté si on le leur avait demandé ? On se trouve dans la situation la plus invraisemblable qui soit : des électeurs tranchent mais ne décident pas (ce sont les parlementaires qui doivent engager la procédure de sortie) ; des élus vont devoir traduire en décision un référendum dont ils ne partagent pas les conclusions et pour la mise en œuvre duquel il n’existe pas de majorité cohérente.

Les questions et les paradoxes sont si nombreux qu’on est pris de tournis face à cette incurie démocratique !!

Incurie, oui ! parce que ce referendum absurde, décidé pour des raison absurdes aura des enchainements d’effets pendant des années avant qu’un nouvel équilibre ne voit le jour. Une seconde de toute-puissance dans un isoloir pour des années de galère à régler des problèmes qu’on a soi-même créés : voilà le deal plus démoniaque que démocratique qui a été proposé aux britanniques.

Quand on perd la signification de l’engagement démocratique, on s’expose à des réponses qui relèvent plus du jeu de bonneteau que de la délibération. Un jeu vécu comme anodin puisqu’on vit dans une démocratie tellement désincarnée, où les votes ont si peu d’effets tangibles. Quand les gens ont le sentiment de n’avoir que le pouvoir de dire non, il n’est pas étonnant qu’ils en usent, d’autant que ça ne change habituellement pas grand-chose : des dirigeants sont changés mais les politiques restent largement les mêmes. Un vote habituellement sans conséquence se révèle cette fois avoir des retombées aussi lourdes qu’insoupçonnées la veille (insoupçonnées parce que négligées).

Même si l’ampleur de la catastrophe est moindre en France, le referendum de Loire-Atlantique est tout de même aussi terrible pour la démocratie. Là aussi on a brandi le recours ultime au peuple souverain ! Que le peuple tranche une bonne fois pour toutes ! Le peuple ? Quel peuple ? Celui de Loire-Atlantique vous dis-je ! Cécile Duflot sur France Inter a demandé à Patrick Cohen qui cherchait visiblement à montrer que les écolos n’étaient pas des démocrates, s’il savait le nom donné par ses promoteurs au futur aéroport de ND des Landes. Devant son ignorance, elle lui a dévoilé : « aéroport du Grand-Ouest », révélant l’absurdité d’interroger les électeurs d’un seul département quand le projet lui-même évoque l’idée d’une desserte pour les habitants d’au moins 2 ou 3 régions de l’Ouest de la France. Le referendum n’est plus ici qu’un jouet manipulable à loisir si l’on choisit sciemment de n’interroger qu’une toute petite partie des personnes concernées. Plus grave, dans une situation bloquée, le référendum n’est évidemment pas le moyen de trouver une solution. A l’inverse on cristallise les oppositions.

Le pire, encore une fois, est que l’on prétend que c’est la démocratie qui s’est manifestée au travers ces deux référendums. Le peuple s’exprime, la messe est dite (vox populi, vox dei). On est bien dans la croyance, mais de la pire espèce. Celle qui fait fi de la raison. La croyance qui, d’égalité en égalité, réduit la démocratie à un « oui ou non » aussi binaire que bête : démocratie = expression populaire = vote = choix entre oui et non. CQFD.

Réduire la démocratie au vote et au vote le plus limité qui soit (oui/non) c’est vraiment ne pas avoir beaucoup de considération pour nos capacités de citoyens ! Ce ne sont pas les Anglais ou les habitants de Loire-Atlantique qui prennent de « mauvaises décisions », ce sont les responsables politiques qui osent jouer avec la démocratie.

Je disais dans mon dernier papier qu’il fallait se doter de nouveaux mots pour renouveler la démocratie (délibérer et entreprendre), ne faudrait-il pas aussi en rayer quelques-uns de notre pratique : le mot référendum par exemple ? C’est en effet tout sauf un outil démocratique quand il est laissé à l’initiative des gouvernants. Préférons-lui le terme plus modeste de « votation » des Suisses et surtout leur pratique, bien différente de la nôtre !

J’organise le 7 juillet à 18h une rencontre[1] pour débattre de ce que peut être une démocratie radicalement différente, en m’appuyant sur les pistes que j’ouvre dans « Citoyen pour quoi faire ? construire une démocratie sociétale » publié chez Chronique Sociale. J’espère que les Lyonnais qui lisent ce blog seront présents nombreux !

[1] De 18h à 20h au théâtre de l’Elysée, 11 rue Basse Combalot métro et tram Guillotière. Une rencontre animée par Denis Bernadet.