Désoublier

Les crises qui s’accumulent nous poussent à l’oubli. Simplement pour ne pas nous effondrer. Mais l’oubli, on le sait bien, ne résout rien, au contraire. il nous faut parvenir à en sortir. Et si nous apprenions à désoublier ?

Replongé dans les débuts de la guerre en Ukraine avec le documentaire de Guy Lagache, je me rendais compte avec stupéfaction à quel point ma mémoire était défaillante : l’Irpin découvert au début de la  guerre comme point limite de l’avancée des Russes aux portes de Kiev était la ville où plus tard les cadavres jonchaient les rues… et je n’avais pas fait le lien ; le sommet de Versailles m’était complètement sorti de la tête, etc. Il y a quinze jours, je partageais l’émotion et la colère d’Abdennour Bidar face à l’oubli dans lequel on rangeait rapidement le Covid comme s’il était temps de passer à autre chose sans faire l’indispensable retour sur ce qui s’est passé depuis deux ans.

Oubli personnel, oubli collectif. Nous oublions de plus en plus vite, assommés par une actualité qui ne nous laisse aucun répit : catastrophes climatiques en série, épidémie, guerre, crise économique… Face à l’oubli, le pire, le tragique même, Jacques Brel l’a très bien résumé : On n’oublie rien de rien / On n’oublie rien du tout / On n’oublie rien de rien / On s’habitue c’est tout… C’est un peu ce qui m’est arrivé avec Irpin. Avec l’habitude, on ne traite plus l’information : on la reçoit, elle vous ébranle mais elle n’est plus intégrée, reliée. En quelque sorte, elle reste à l’extérieur, on « refuse » de l’assimiler. Cette habitude n’est pas de l’indifférence, c’est une protection, un réflexe de survie face à l’agression de trop. On a tous vécu cette bulle de protection qui nous offre de rire avec nos proches alors qu’on est en train d’enterrer un membre aimé de la famille. Cet oubli ou plutôt cette mise à distance du chagrin contribue aussi à notre sauvegarde. Oui, nous avons besoin de l’oubli et les vacances qui approchent, on le sait, vont nous couper utilement de cette actualité tellement anxiogène. Le vide, la vacance, que nous offrent les vacances sont des ressources précieuses.

Mais on ne peut pas en rester là, naturellement. L’oubli est un moment mais il ne doit être qu’un moment. Il faut sortir de l’oubli. Se rappeler ? se souvenir ? Aucun de ces deux mots ne dit vraiment le travail que nous avons à faire. J’oublie / je me rappelle. Comme s’il y avait une inversion naturelle de l’oubli. On/Off. J’oublie  / je me souviens. C’est un autre registre, le passé revient à la mémoire et reste un souvenir, il ne fait que colorer le présent de nostalgie. Plaisant et triste, le souvenir n’est qu’une carte postale jaunie, la consultation de ses archives personnelles. Le travail contre l’oubli dont nous avons besoin est d’un autre ordre. Il nous faut… « désoublier ». Et ce n’est pas ce qu’on appelle le « devoir de mémoire » un mot qui m’a toujours agacé par son caractère injonctif, moralisateur (le bien et le mal sont connus et figés dans l’éternité). Il ne s’agit pas ici d’un « plus jamais ça » mais plutôt d’un effort pour examiner à nouveaux frais ce qu’on a trop vite choisi d’oublier. Abdennour Bidar le dit très justement à propos du Covid dans la tribune publiée par Le Monde que j’évoquais plus haut :

Il nous faut un très large débat démocratique « pour prendre soin et nous soigner collectivement de tous les traumatismes qui nous ont été imposés, pour retisser les liens déchirés, pour réparer les injustices subies, pour être particulièrement attentifs aussi aux risques futurs de la suspension certes provisoire mais inquiétante de nos libertés pendant la crise ».

Plus que le terme de débat, toujours chez nous indissociable de la confrontation des opinions, j’utiliserais volontiers le terme de conversation. Une grande conversation à travers tout le pays au cours de laquelle on peut se dire les choses franchement mais dont on attend surtout la capacité à imaginer un avenir où la santé devient véritablement notre affaire à tous.  Et là nous saurons inventer d’autres manières de vieillir que dans des Ehpad, d’autres manières de rester en bonne santé qu’en ingurgitant toujours plus d’antidouleurs, d’autres manières d’interagir avec les soignants que de les applaudir à 20h et de les injurier aux urgences.

Désoublier, nous devons le faire tout autant à propos de la guerre en trouvant des manières d’être solidaires des Ukrainiens, peut-être, par exemple, en acceptant collectivement de rouler seulement à 100 km/heure sur la route de nos vacances (pour consommer moins d’énergie et réduire ainsi très sûrement les ressources de Poutine).

Désoublier est bien sûr encore plus indispensable par rapport à la crise du Vivant et la crise climatique pour avancer vraiment vers la frugalité qui nous rendra enfin possiblement heureux hors des addictions multiples qui sont celles de la société de consommation. Multiplions les conversations, les échanges pour que naissent des envies d’agir à la hauteur de l’enjeu qui est le nôtre pour maintenir l’habitabilité de notre monde. L’oubli nous aide à survivre mais il est urgent que nous comprenions que le désoubli, seul, nous aidera à vivre.

Au fait, pour les Québécois, désoublier, c’est sortir de l’état d’ivresse, c’est désaouler ! Mais en réalité notre oubli est bien une forme d’ivresse, de refus de la réalité ! Sachons donc oublier ET désoublier. Mais surtout, n’oublions pas de désoublier à la rentrée.

Pouvoir d’achat, pouvoir d’agir

Il est nécessaire et urgent de s’interroger sur l’enfermement de la politique dans la défense du pouvoir d’achat. Et si nous sortions de cette obsession en réfléchissant en termes de pouvoir d’agir ?

Le pouvoir d’achat serait donc la grande question du moment, celle qui doit orienter le début du nouveau quinquennat toutes affaires cessantes. C’est absurde et dangereux même si c’est politiquement incorrect de le dire. Jamais personne n’interroge cette notion étrange qui lie pouvoir et achat. Le pouvoir d’achat n’est pas un pouvoir ! Il n’y a aucune notion de maîtrise de ses choix dans le pouvoir d’achat, on ne parle que du niveau de consommation accessible. Cette notion enferme le pouvoir dans le quantitatif. Améliorer le pouvoir d’achat ne consiste qu’à augmenter la consommation. Les mots ne sont jamais neutres. On pourrait facilement parler de niveau de vie (même si statistiquement les deux notions diffèrent légèrement). En préférant « pouvoir d’achat » on politise artificiellement une donnée quantitative en la transformant en prétendu pouvoir. Nous nous focalisons donc sur la capacité à consommer comme principal critère du pouvoir que nous détenons. Plus grave nous finissons par considérer que ses moindres variations à la baisse sont une amputation de notre pouvoir. L’Etat est alors sommé de nous restituer du pouvoir d’achat dont nous serions indûment privés. Peu importe que les sécheresses ou les guerres fassent monter le prix des matières premières agricoles, notre pouvoir d’achat est sacré et rien ne doit l’amputer. Tout cela est toujours justifié par l’existence de ménages qui en sont à l’euro près pour boucler leur fin de mois. Il devient dès lors très malséant, surtout pour quelqu’un qui n’a pas de problème de fin de mois, de questionner cette approche. Et pourtant quelqu’un qui s’intéresse au pouvoir d’agir depuis plus de vingt ans ne peut pas laisser réduire le pouvoir d’agir des citoyens au pouvoir d’achat du consommateur. Je passe à dessein du pluriel au singulier ! Le pouvoir d’achat est forcément individuel alors que le pouvoir d’agir fait passer du singulier au pluriel, de l’individu au commun ou au collectif.

Nous savons que notre consommation doit baisser pour limiter la pression que nous exerçons sur les ressources naturelles et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le pouvoir d’achat devient sous cet angle un « permis de détruire ». A l’inverse de ce qui se répète à longueur de temps, ne devrait-on pas tirer parti de ces hausses de prix contraintes pour revoir en profondeur nos pratiques de consommation ? Nous avons d’autant plus besoin de développer notre pouvoir d’agir que notre pouvoir d’achat va – et doit – baisser ! Troquons une illusoire (et dangereuse à terme) hausse du pouvoir d’achat pour une capacité collective à nous organiser afin de réduire nos besoins de déplacements individuels, modifier nos pratiques alimentaires, enrichir nos loisirs avec des pratiques sociales ne nécessitant aucun abonnement ni aucune livraison express… Imaginons des façons d’habiter qui permettent de rompre avec l’étalement urbain. Développons un tourisme de proximité pleinement dépaysant. Mais on le sait, inventer d’autres modes de vie demande du temps, de la réflexion et des incitations à sauter le pas. La bonne nouvelle c’est que ce pouvoir dépend de nous alors que le pouvoir d’achat est largement contraint, et cela toujours davantage. Les dépenses pré-engagées pèsent d’autant plus lourd que le revenu du ménage est modeste : elles représentent ainsi 61 % en moyenne du revenu disponible des « pauvres » contre 24 % pour les « aisés ». La vie des idées qui publiait ces chiffres parlait pour cela d’impouvoir d’achat.

ET SI NOUS poussions nos dirigeants non pas à nous accorder des bons d’achats ou des réductions toujours ponctuelles et toujours insuffisantes mais à consacrer ces milliards à organiser dans tous les quartiers, dans tous les villages des rencontres du pouvoir d’agir où nous inventerions localement des solutions concrètes pour mieux vivre en dépensant moins ?

Beaucoup

Il y a des mots auxquels on ne prête plus vraiment attention. Et pourtant à un moment, on les considère et leur étrangeté nous saute aux yeux. Hier c’est le mot « beaucoup » qui est brutalement sorti de sa banalité au point de me précipiter chez mon ami Alain Rey. Récit de voyage au pays des mots, si, comme moi, vous avez envie de vous changer les idées !

Il est bizarre ce mot, non ? Où est la beauté ? Où est le coup ? Comment un beau coup a-t-il pu devenir cet adverbe exprimant une grande quantité ? En réalité c’est bien parce que beau ne parle pas seulement de beauté et coup de choc. Des expressions nous le rappelle : il y a belle lurette, à belle distance, un beau détour… Le beau signifie ici la grandeur. Et dans « boire un coup », normalement, il n’y a pas de coup porté ! On évoque simplement une quantité, sans la préciser. Un beau coup c’est donc une belle quantité. Et une belle quantité c’est beaucoup ! On voit bien dans cette expression devenue adverbe qu’elle ne remonte pas au latin. Beaucoup a donc remplacé un mot antérieur qui doit subsister à l’état de traces puisque rien ne disparaît tout à fait dans une langue. C’est bien sûr moult, issu du latin multum : moult détails, en moult occasions… Multum reste aussi indispensable pour créer des mots composés (multiprise, multifacette,…) qu’on aurait plus de mal à fabriquer avec beaucoup (une beaucoup-prise ?!).

Aujourd’hui beaucoup est à son tour attaqué par un adverbe employé de manière impropre mais de façon tellement récurrente que cet usage va sans doute finir par se normaliser. Après avoir presque remplacé « très », « trop » s’en prend à « beaucoup » et gagne du terrain. Un « j’aime trop !! » n’évoque plus un amour inconsidéré (encore que…) mais simplement le fait qu’on apprécie beaucoup, la dernière chanson de Pomme, la confiture à la mandarine ou le dernier Goncourt (c’était quoi déjà ?). En remplaçant beaucoup par trop, on se met à parler comme la pub qui nous vend depuis des années des voitures nécessairement suréquipées. A force de vouloir beaucoup, et en réalité toujours plus, la norme devient le trop. Le trop c’est la transgression facile. Le plaisir de l’interdit encouragé par la société de consommation.

Mais avec un peu d’espoir et de malice, on pourrait avoir la lecture inverse : n’est-on pas en train de reconnaître que « beaucoup » c’est déjà trop, que nous sommes affolés par les quantités que nous consommons ? Notre subconscient parlerait à notre place. Un jour peut-être, dans la société de la frugalité qui aura succédé à notre monde vraiment trop, « beaucoup » sera remplacé par « assez » (qui a signifié beaucoup au Moyen-âge) ! On reparlera de belle quantité en insistant sur la beauté et non sur la grandeur. On inventera une esthétique du peu. « Un doigt de porto », « juste une larme », « une lichette » ne nous apparaîtront plus surannés. Nous multiplierons les expressions pour dire notre satiété, notre contentement de peu, nous aurons la parcimonie heureuse ! D’accord j’en fais un peu beaucoup… Trop ?

Programme

Retour sur un mot qu’on a forcément entendu au cours de la campagne. Mais un mot qui est de plus en plus le fantôme d’un autre temps. Il serait nécessaire que l’on en prenne conscience pour que la démocratie reprenne de la vigueur à un moment où elle pourrait vaciller.

Qui utilise encore le terme de « profession de foi », désignation officielle de la propagande électorale ? On dit plutôt : « T’as reçu les programmes des candidats ? » Alors même que l’on ne cesse de regretter que les postulants à la présidence n’aient plus de programme on feint de croire que ce quatre-pages avec photo en Une pourrait en tenir lieu ! Tout le paradoxe de notre rapport à la politique tient dans cette confusion des termes. Des programmes sont bien élaborés par les candidats mais ils ne sont plus lus, à peine présentés au cours de la campagne, essentiellement évalués par une multitude de comparateurs, à la manière des lave-linges dans 60 Millions de consommateurs. On feint de vouloir des programmes sans avoir l’intention de les lire ; on prend pour des programmes ce qui n’est qu’une simple propagande calibrée pour la campagne officielle. Je trouve ça, à la réflexion, plutôt sain. Il y a une forme de vérité paradoxale dans cette dérive.

Et si on arrivait enfin à se dire clairement que les programmes n’ont aucun sens, aucune utilité, que tout le monde le sait, les candidats les premiers, puisque la plupart d’entre eux ont remplacé toute démarche programmatique un peu charpentée par une liste de mesurettes calibrées pour leurs passages au 20h de TF1 et la satisfaction de catégories bien précises d’électeurs potentiels (les chasseurs, les profs, les seniors,…). Un simili-programme que l’on pourra mettre en œuvre dans les fameux « cent jours » et dont on pourra dire, au bout d’un an, qu’il est réalisé à près de 80% ! Et si on arrêtait cette mascarade, ce jeu de dupes qui sape la confiance dans l’effectivité de la démocratie ?! Et si on reconnaissait que la notion même de programme est périmée dans un monde aussi incertain et complexe ? Programme renvoie pour moi à l’informatique ou même au métier Jacquart qui exécute ce qu’on a écrit à l’avance (c’est l’étymologie même du mot : pro à l’avance ; gramma inscription). Les programmes politiques sont à peu près aussi dépassés que les programmes télévisés consultés encore par les habitués vieillissants de la télé de flux à l’heure des replays et des plateformes. Les programmes supposent des réalités certaines, des mondes stables, des avenirs prévisibles, des humains dociles. Plus rien de tout cela ne subsiste mais nous continuons à faire comme si.

De quoi aurions-nous besoin alors ? Trois choses seulement : 1/ une vision d’une priorité qui va conditionner tout le quinquennat, qui va colorer toutes les mesures sectorielles que l’on va prendre chemin faisant 2/ une méthode qui explicite comment on va embarquer la société dans sa diversité puisque le politique n’a de force que s’il accompagne/encourage/facilite les évolutions des acteurs que nous sommes tous 3/ quelques repères de choses qui devront avoir changé à la fin du mandat (pas des objectifs chiffrés, des situations vécues qui devront avoir disparu ou au contraire des situations qui devront pouvoir être vécues à l’échéance du mandat, en conformité avec la vision). En réalité, nous avons besoin de quelque chose qui ressemble à … une profession de foi. En sachant que la foi n’est pas une croyance mais une fidélité, une fidélité à sa parole. Nous aurions dû nous rappeler qu’en 2015, nous avons déjà donné notre parole lors de la signature des accords de Paris. Nous avons une promesse à honorer à l’égard de nos enfants et des enfants de nos enfants : maintenir l’habitabilité de la Terre en limitant le réchauffement de la planète en dessous des 2°. Le programme est là, l’exigeante direction en tous cas. Je trouve affolant que la campagne n’ait pas été centrée absolument, viscéralement, instamment sur la manière dont chaque candidat allait s’employer à tenir cette promesse. J’en veux beaucoup aux médias pour leur pusillanimité à cet égard. Même la guerre en Ukraine aurait dû nous ramener à l’obsession de réussir une transition écologique, démocratique et désirable. Nous avons encore plus le devoir d’être exemplaires, de montrer au monde que la démocratie sert à se confronter au réel (même terriblement angoissant) de façon juste. Voilà le seul programme, non, la seule profession de foi qui vaille à mes yeux. Hélas, on en est tellement loin.

Spirer, respirer, conspirer

Quoi de plus banal que la respiration ? Un article intriguant sur la « pneumatopolitique » m’a fait prendre conscience de sa dimension politique. A mon tour j’ai voulu y réfléchir, entre Covid et… climatisation !

Venir et revenir, flux et reflux, pourquoi n’y a-t-il pas spirer et respirer ? D’office, dans le mot même que nous employons, nous actons que la respiration est un recommencement. Il y a des allers sans retours mais il n’y a pas d’inspiration sans expiration. Je viens de découvrir dans un texte inspirant [1] que la spiration est aussi une con-spiration (les grecs avaient un verbe pour le dire : sunpnoia, la sympnée). Le souffle est toujours un partage : nous respirons le même air et notre vie est conditionnée à ce partage. On n’y prête naturellement qu’une attention distraite tant que l’automatisme de la respiration commune n’est pas perturbé. Cette con-spiration naturelle n’a rien d’une conspiration politique… jusqu’à ce qu’un virus n’en réactive la dimension politique sous-jacente. Chez Aristote, la sympnée était la condition même du politique, à savoir l’existence d’une communauté de citoyens respirant le même air, partageant le même mode de vie. Et dans toute conspiration politique, les conspirateurs partagent bien un souffle vital même s’il est dévoyé. Là, avec le Covid, on s’est rendu compte que respirer ensemble n’allait plus de soi, que c’était même un risque pour la collectivité. Les gestes barrières, les masques – la ventilation hélas pour certains – ont séparé nos respirations. Mal nécessaire, puisque nous avons grâce à cela maîtrisé la contagion tant que celle-ci était clairement dangereuse, mais mal néanmoins. Nous ne devons pas perdre de vue que cet « air conditionné » – au sens propre du terme puisque nous conditionnons le partage du même air au fait d’être possesseur d’un pass – doit rester une exception justifiée par le bien commun. Certains craignent que notre goût pour la soumission volontaire nous laisse séparés. Pour ma part je crains plus encore l’habitude que nous prenons de privatiser notre air. Ce « chacun son air » se traduit par un fait qui est loin d’être anodin : la climatisation irréfléchie de nos habitats. Comment peut-on continuer à être cette communauté de citoyens liés par le même air respiré quand, à la moindre chaleur, nous expulsons vers l’extérieur et donc vers tous les autres la moiteur que nous ne supportons pas ? Peut-on s’offrir aux dépends des autres une fraicheur carcérale, insoutenable à terme ? Plus de courants d’air ni d’entrebâillements, plus d’interactions du dedans et du dehors qui font le charme de l’été ! Et que penser de ces capteurs de CO², de ces moniteurs d’air intérieur que le Covid risque de nous laisser en héritage ? Le bon sens et l’éducation ne suffisent-ils pas pour penser à aérer les pièces où l’on se réunit ? Faut-il techniciser notre con-spiration ?

N’oublions pas que nous REspirons ! Or cette continuité de la respiration, et donc de la vie, est désormais étroitement liée au maintien de l’habitabilité de la Terre. Ne rendons pas la Terre inhabitable par la manière dont nous choisissons de respirer ! Respirer ensemble – con-spirer – devient la manière première d’affirmer notre commune humanité. Osera-t-on revendiquer cette « conspiration » nécessaire ?!

[1] Pneumatopolitique (ce que conspirer veut dire) – AOC media – Analyse Opinion Critique

Sériosité

Un mot abandonné depuis des siècles mais qui pourrait être utile pour signaler une autre façon de faire face aux périls

Généreux, générosité ; monstrueux, monstruosité ; dangereux, dangerosité. On pourrait continuer avec méticuleux, impétueux, nerveux… Et sérieux ? Pourquoi a-t-on abandonné la sériosité qui a existé jusqu’au XVIème siècle nous dit (disait) Alain Rey. Le sérieux s’est imposé à la place. Adjectif et nom se sont confondus. Je n’en ai pas trouvé l’explication mais je trouverais intéressant de réhabiliter la sériosité pour donner plus de visibilité, plus de force au fait d’être sérieux. Le sérieux se perd dans la grisaille des gens pas drôles et des situations qu’on aimerait oublier. L’esprit de sérieux fait à juste titre fuir celui qui veut vivre heureux. Le sérieux est assommant voir exaspérant quand il vous fait des remontrances sur votre insouciance. Et pourtant quand le risque est sérieux, quand on fait face à de sérieux problèmes, il est temps d’agir différemment. Mais pas de sériosité pour nous alerter. On a bien sûr la gravité, avec tout le poids qu’elle suppose mais justement, elle est vite pesante la gravité ! et notre besoin de légèreté reprend vite le dessus. Comment être grave et léger à la fois ? Être sérieux mais sans s’enfermer dans l’esprit de sérieux ? La sériosité pourrait être cet art, comme l’ingéniosité dit quelque chose de plus fluide et intuitif que ne le suppose l’ingénieur et son ingénierie. Une sériosité qui aide à prendre les problèmes graves avec ingéniosité et joie de vivre ? N’est-ce pas cette qualité dont nous devrions tous nous doter pour faire face aux catastrophes annoncées ? La sériosité plutôt que l’effroi ou la procrastination. Et si nous mettions à profit notre été pour faire preuve de sériosité en explorant par nos lectures et nos rencontres le monde d’après que nous ne devons absolument pas renoncer à construire ?!

Je vous donne rendez-vous ici même le 14 juillet pour une initiative dans cet esprit de sériosité que j’appelle de mes vœux !

Latence

L’attente dans laquelle nous sommes englués est plutôt une latence. Dans l’inquiétude d’une perte irrémédiable, dans l’espérance d’une métamorphose. Hauts les cœurs !

Nous attendons tous. Nous attendons la fin de cette pandémie, l’arrivée des vaccins. La fin de l’hiver, l’arrivée des beaux jours n’auront jamais eus autant d’importance dans nos vies. Nous attendons. Mais ne sommes-nous pas en train de sortir de cette attente franche, celle du premier confinement, celle où nous étions sûrs de revenir à notre vie d’avant ou au contraire de déboucher dans le monde d’après ? Ne sommes-nous pas en train de découvrir avec une forme de nausée et d’angoisse qu’il n’y aura ni vie d’avant ni monde d’après ? Pas seulement avec cette impression tenace de jour sans fin. Nous n’en sommes même plus là. Nous sommes en train de découvrir que nous sommes entrés dans un cocon pour une lente métamorphose dont nous ne savons finalement pas grand-chose. J’ai appris (ou réappris) récemment que la métamorphose n’est pas une simple transformation de la chenille à laquelle pousseraient des ailes. C’est une forme de liquéfaction conduisant à une renaissance d’un même entièrement différent ! Un autre mot est assez évocateur pour dire la spécificité de notre situation : celui de latence. Etat de latence, temps de latence. Les deux expressions insistent sur deux dimensions différentes de la latence. L’état de latence fait ressortir le caractère caché d’une situation. Il y a un potentiel déjà là mais il n’est pas apparent. Le temps de latence nous fait percevoir le retard avec lequel un phénomène va se manifester. La latence est à la fois une durée et une absence d’évidence. Le temps des pressentiments, des prémonitions. Un temps inquiet mais dont on sait qu’il va déboucher sur du tout autre. Une attente qui fait peur. Face à ce risque de sidération, j’aime à me souvenir que les espagnols utilisent le terme d’esperar pour dire attendre et espérer.

Comme je le disais pour mes vœux l’an dernier, je pense que nous devons prendre l’horizon de la décennie pour espérer la métamorphose. Elle commence seulement, nous allons avoir besoin d’espérance et de fortitude. Je nous les souhaite.

Outrecuider

Outrecuidance, faits alternatifs et imaginaire : et s’il était temps d’outre-penser ?!

Un ami me fait remarquer la bizarrerie d’outrecuidance. Littéralement c’est aller au-delà de … la cuidance ! On peut aller outre-mer mais il est en effet étonnant de pouvoir aller au-delà de quelque chose dont on ne sait rien. Alors un passage par le désormais éternel Alain Rey (décédé le mois dernier mais toujours consultable dans ses indispensables dictionnaires) nous informe que la cuidance a bien existé, du verbe cuider, forme populaire de cogiter. La cuidance, c’est donc la pensée et l’outrecuidance nécessairement l’outre-pensée ! Penser au-delà des limites, au-delà de ce qui est jugé acceptable : tout à coup l’outrecuidance devient plus sympathique ! Elle n’est pas simple fatuité, insupportable prétention, vaine présomption. Elle est une pensée hors des cadres avec bien sûr le risque de verser dans l’excès ou l’insignifiance. Pourquoi cette outre-pensée a-t-elle si mauvaise réputation ? J’aimerais bien savoir comment on utilisait le mot quand on en avait encore la mémoire de la cuidance. Avait-il déjà cette connotation négative ? Je me dis que c’est en oubliant la signification de la cuidance qu’on a réduit l’outrecuidance à son versant négatif. Je ne vais pas avoir l’outrecuidance de chercher à réhabiliter ce mot mais j’avoue que cette pensée au-delà des convenances me séduit quand tant de propos parfaitement dans les clous manquent de saveur. Et si nous tentions d’ « outrecuider », de faire preuve d’imagination en quittant le confort de la pensée commune quitte à choquer ou à s’égarer ? Je sais qu’en disant cela, je risque d’être pris pour un promoteur des « faits alternatifs ». Mais en réalité ceux qui s’aventurent sur ces chemins de la post-vérité n’outre-pensent pas, ils infra-pensent au contraire. Ils s’enferment dans la croyance, dans les certitudes bornées. Outre-penser n’est pas se libérer de la raison ou de la vérité c’est réintroduire du potentiel, le « Et si… » des hypothèses, même les plus étonnantes, pour que de l’inédit, de l’inouï puisse advenir et non la seule répétition d’un jour sans fin !

Un mot encore, sur outremer. Le bleu marine existe, pourquoi avons-nous éprouvé le besoin d’explorer un bleu « au-delà du marine » ? il n’y a pas d’ultrarouge (plutôt un infrarouge). Comme – nous venons de l’évoquer – on peut tenter d’aller au-delà de la pensée, il est également possible de se perdre dans la profondeur liquide des bleus intenses. Le lapis lazuli qui a reçu le premier cette dénomination d’outremer est, rappelons-nous, la pierre qui, broyée, a donné les teintes de bleu les plus bouleversantes du Moyen-âge, des ciels des fresques de Giotto aux vitraux de Chartres. Un bleu qui nous entraîne à … outrecuider, au meilleur sens d’un terme oublié.

PS / deux propositions si vous voulez jouer avec les mots :

  • L’ami qui m’a incité à me saisir du mot « outrecuidance », Jean-Pierre Texier, propose un « commerce des pensées » avec un exercice original à découvrir ici.
  • Imaginarium-s vous invite à la production d’un « cadavre exquis » qui nous amène à imaginer la santé en 2054, quand le covid-53 ne nous fera même plus peur !

Mots

A l’occasion de la sortie de « 40 mots persopolitiques », retour sur le mot « mot » lui-même… et sur quelques-uns de ceux que j’ai eu l’occasion d’évoquer sur ce blog depuis 10 ans. L’avant-dernier texte a 10 ans et retrouve une actualité étonnante (care). Le dernier texte évoquera longtemps, pour moi, le moment que nous avons vécu au printemps (particulier).

Le mot « mot » a une origine pour le moins paradoxale : qu’on se tourne vers mutus qui a donné muet, muttire qui veut dire grommeler (en réalité, prononcer le son mmmmh) ou encore au terme latin qui a donné mouche à partir de son bourdonnement, il ne s’agit avec mot que d’expression contrainte, limitée et pratiquement incompréhensible. Le « mot » est donc au départ quelque chose de pas très clair là où on s’attendait à une origine plus noble, plus conforme à notre conception du mot comme brique de base du langage, indispensable à notre compréhension mutuelle. Si on tient compte de la vérité sous-jacente de l’étymologie, on peut en rabattre avec notre prétention à l’intelligibilité grâce au langage ! Les mots ne seraient que des borborygmes à peine articulés et il serait dès lors illusoire de vouloir chercher le mot juste.

Et si plutôt il fallait tirer comme conclusion que les « mots » sont toujours contextuels, qu’ils se vident de leur sens à être trop usés, qu’il faut jouer avec, les multiplier, les retourner, les recomposer pour qu’ils contribuent à mettre un peu plus d’intelligence dans notre conversation ?

Depuis 10 ans que je tiens ce blog, j’ai essayé de jouer avec les mots, tenté des glissements de sens, des rapprochements inédits : j’ai ainsi parlé de fortitude, de volontarisme modeste, j’ai récemment proposé le concept d’inode. Mais j’ai aussi pris des mots dans l’actualité, dans les livres que je lisais pour tenter d’en voir la richesse – au-delà de la banalité comme dans exister, bureau ou nature – ou l’utilité possible – au-delà de la technicité ou de la rareté comme dans obsidional ou gyrovague. Déployer le sens des mots au-delà de ce qu’ils nous disent au premier abord est un exercice réjouissant parce que des mots presque muets se mettent à parler !  On découvre qu’exister a un rapport avec sortir (Cf. exit  en anglais, plus explicite) ou que candidat est lié à la blancheur par le latin candidus.

Dix ans après avoir commencé, j’ai extrait de ce blog quarante mots sur lesquels je me suis arrêté un instant, parfois pour les oublier juste après, parfois pour les incorporer définitivement à mon vocabulaire. J’en ai fait un recueil que j’ai édité moi-même faute d’avoir la patience de trouver un éditeur. J’ai réalisé à cette occasion un travail d’illustration en piochant dans la production foisonnante des collages de ma fille Raphaëlle. Un moyen très intéressant de chercher des correspondances parfois ténues et fugaces mais toujours riches de rebonds possibles, des images aux mots et des mots aux images.

Si vous vous plongez dans « 40 mots persopolitiques », vous retrouverez tsimtsoum, ipséité ou stigmergie, des mots rares mais utiles mais aussi des mots très quotidiens, comme platane ou centre, qui permettent de revisiter les questions démocratiques. Oui, platane et démocratie ont un lien très puissant !

Rassemblés dans un recueil, ces mots se répondent et s’enrichissent. Le voyage que vous ferez dépendra des étapes que vous choisirez. Gyrovague – Ipséité – Drapeau – Symbolique vous amènera sans doute à réfléchir sur nos identités plurielles alors que Chtôn – Frugalité – Es gibt – Humain – Nature interrogera votre rapport au Vivant. Un parcours plus politique liera Candidat – Obsidional – Amateur – Point de vue.

A vous bien sûr d’inventer vos parcours !!

Voir l’aperçu et/ou commander 40 mots persopolitiques

 

 

Kintsugi

Un mot qui me permet d’évoquer ma tante disparue à la fin de l’hiver et de faire ainsi un pont entre un passé révolu et un avenir à magnifier de subtiles coutures d’or…

Comme on le pratiquait avant-guerre – avant la société de consommation – ma tante Francine réparait tout. Elle rafistolait, ravaudait, raccommodait, « rangeait » comme on disait en charentais (puisqu’on disait serrer pour ranger, on pouvait bien dire ranger pour réparer !). Oui, nous avions beaucoup de mots pour dire notre capacité à faire du neuf avec du vieux. Mais ces mots sont usés, passés de mode dans la société du tout-jettable et de la fast fashion. Ma tante réparait sans tenter de camoufler l’usure. Elle cherchait à faire solide : avec un bout de bois et un fil de fer de jardinage, elle refaisait un pied à la table de jardin mangée par la rouille. C’était moche, apparemment fragile, et pourtant ça tenait quelques années encore.

Aujourd’hui si l’on ose encore réparer, il faut que ça paraisse « comme neuf ». On ne veut pas voir le passage du temps et les dégâts qu’il provoque. Sans doute que la restauration à l’identique de la flèche de Notre-Dame participe de ce refus des cicatrices et des accidents de l’histoire.

Les japonais ont une autre solution, le Kintsugi, l’art de la réparation avec des coutures d’or. Un vase brisé peut trouver non seulement une nouvelle jeunesse mais une beauté renouvelée grâce à une colle qui souligne d’or les fractures de l’objet réassemblé, recréé. On parle aujourd’hui d’upcycling lorsqu’on ne se contente pas de recycler mais qu’on cherche à donner de la valeur au recyclage par l’intervention d’un créateur. Mais l’upcycling reste pour moi dans la logique de la mode et de l’éphémère. Le Kintsugi, tel que je le comprends, ne cherche pas à séduire par la transformation, par la montée en gamme, il souligne au contraire la fragilité et l’usure mais en la magnifiant. Il change plus notre regard que l’objet lui-même.

Il est nécessaire aujourd’hui d’étendre l’art du Kintsugi à la réparation du monde ! Il nous faut l’ingéniosité de toutes les Francine du monde sublimée par une approche esthétique et pas seulement fonctionnelle. Il me semble que c’est ce qui se passe dans l’étagement des cultures de la ferme du Bec-Hellouin ou dans l’agroforesterie pratiquée par les vignerons du très beau documentaire Le temps des arbres réalisé par Marie-France Barrier. C’est aussi le cas dans certaines approches de l’urbanisme tactique, dans les architectures de terre… Olivier Hamant a fait du Kintsugi la métaphore de la sous-optimalité du vivant qui vise moins la performance que la résilience. Comme le Colibri de Pierre Rabhi a été le symbole de l’engagement personnel à faire sa part, le bol aux coutures d’or pourrait devenir le symbole des pratiques de résilience.

PS : les nouveaux imaginaires du vivant seront au cœur de la dernière journée du festival Vivant auquel est associé l’Imaginarium-s fin septembre.