A l’aventure !

Après deux mois de silence et de doute…

Je suis à nouveau parti à l’aventure ! j’avais évoqué en décembre mon désir de retrouver le chemin de l’engagement citoyen mais en fait, en janvier, c’est la panne qui est arrivée. Plus une envie, seulement des angoisses et une fatigue pesante, incapacitante. Le médecin a dit « épuisement professionnel ». Je parlerais de vacance, au singulier et au sens propre. Le vide, littéralement. Janvier est passé… mais pas pour moi. Je peux dire que je ne l’ai pas vécu. Février est bien avancé et je reprends progressivement mes esprits. L’énergie revient. L’Italie, comme toujours a contribué ces derniers jours à me revitaliser. Trois jours sur la riviera italienne, cette côte ligure dont j’aime les contrastes : mer et montagne, palmiers et pins, villas offertes aux regards et villages escarpés et secrets.

Après mon faux-départ de janvier, me voilà au début d’une nouvelle aventure. Je quitte Deloitte mais pour poursuivre le même projet par des voies moins balisées. J’ai besoin de cette part d’inconfort pour être confortable (au grand dam de ma chère et tendre qui aimerait davantage de stabilité). L’incertitude me fait avancer.

J’ai utilisé le terme d’aventure spontanément, sans trop y réfléchir, dans le mot que j’ai envoyé aux équipes de Deloitte pour expliquer mon départ. Une de celles avec qui j’ai eu l’occasion de travailler a pointé le mot et est revenu à l’étymologie comme je le fais souvent dans ce blog. J’y reviens à mon tour. L’aventure, c’est ce qui va advenir (advenire et son participe futur adventurum), partir à l’aventure c’est donc se tourner vers l’avenir, en se libérant du passé sans doute mais aussi de l’éternel présent qui caractérise notre époque. L’à-venir peut n’être qu’un simple futur bientôt avalé par le présent s’il n’est pas regardé comme une matière à récit, comme je l’évoquais dans mon dernier texte de 2017.

J’ai rompu les amarres mais pas les relations. Je ne sais pas encore où ma navigation va me mener mais je suis sûr d’une chose : les liens tissés depuis vingt ans avec Didier Livio et l’équipe de Synergence et depuis deux ans au sein de Deloitte vont perdurer. Mieux même, j’ai la certitude qu’ils vont « être de l’aventure » car nous sommes mus par les mêmes ressorts. 

Les Ateliers de la citoyenneté ont été une première aventure hors des chemins balisés. Celle qui s’amorce n’a pas encore de destination mais elle a déjà un cap : raconter un avenir désirable pour lui permettre d’advenir. Une aventure au sens premier du terme. Ce blog sera bien sûr un moyen de la raconter. Comme le disait Sartre dans la Nausée (citation trouvée dans le dictionnaire culturel de la langue française d’Alain Rey) :

[…] pour que l’événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu’on se mette à le raconter.

 

5 réflexions sur « A l’aventure ! »

  1. Il est des chemins quelquefois hasardeux mais qui permettent de méditer et de trouver une solution. Mon grand père maternel me disait: mon garçon, si tu as le choix entre deux solutions, prend la troisième, c’est bien souvent la meilleure. A méditer. J’ai expérimenté et je ne m’en pas si mal porté. Amitiés. Daniel C.

  2. Hervé sur sa bicyclette de l exigence : tant qu il avance il reste en équilibre. Et en plus il fait cela sur un fil, les yeux pointés sur le vide qui est au dessus de lui. Quel artiste!
    Un fidèle compagnon.

  3. Belle aventure à toi, alors, Hervé !

    Si tu as envie d’exotisme, je t’invite vivement à rencontrer Tony Meloto, Tony del Rosario, Tom Graham, Fabien Courteille et autres Acteurs passionnés et passionnants de Gawad Kalinga aux Philippines, en Indonesie, en Australie ou ailleurs !!! Pour eux, la Vie a un sens très clair, malgré et à cause de tous les obstacles politiques, culturels, économiques, etc. 💓 Leur devise : « c’est quand c’est impossible que ça devient intéressant ! »

    Bonne route à toi vers l’impossible ! 🍀

    Demande moi des contacts !
    💓💗💖💝💞👍🍀

    Christine Bisch

  4. Et un bel hommage de tes (jeunes) collègues dans notre lettre interne :
    « Sans Hervé, il manquera quelque chose à l’équipe. Un recul vis-à-vis des projets, une approche complètement différente des sujets, un peu de politique dans ce monde de techniciens, une réflexion libre – en un mot, la touche « Hervé » ! ».
    Quoi de plus beau ?
    Rien à ajouter.
    A bientôt mon ami !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *