Notre-Dame, memento de l’avenir

L’incendie de Notre-Dame, en sortant le monument de sa pétrification dans un passé immuable et inactuel, peut-il nous aider à nous dégager du présent perpétuel qui est le drame de notre monde ?

Comme toujours face à un événement dé-mesuré, hors de la mesure des jours ordinaires, j’ai une boulimie de lectures. Celles qui m’ont le plus marqué parlaient du temps remis en mouvement. Gilles Finchenstein l’a très bien dit en pointant combien Notre-Dame représentait l’antithèse de nos vies contemporaines (le temps long, la lenteur, le silence, le collectif, la douceur, le sacré) https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-face-a-face/le-grand-face-a-face-20-avril-2019 (32’30’’)

Mais c’est dans Le Monde que je trouve la formule qui dit le plus justement ce que nous avons été nombreux à percevoir confusément :

Notre-Dame qui brûle, c’est le surgissement brutal et forcément inattendu d’un passé, qu’on croyait infaillible et qui fait irruption en même temps qu’il s’annihile. Notre-Dame qui brûle, c’est la tyrannie du présent qui devient insupportable.

L’historienne Fanny Madeline disait également dans le même article :

Lundi soir, l’image de Notre-Dame qui s’embrase apparaît soudain comme la manifestation inattendue mais évidente d’un effondrement. Ce mot, qui est là, dans l’air du temps, qui nous menace et nous projette dans un avenir inimaginable, vient s’imposer pour décrire ce qui arrive à l’un des édifices les plus emblématiques de notre histoire, frappant notre mémoire, ouvrant cette faille temporelle où l’avenir vient percuter le passé. Et là, impuissants devant nos écrans, tout se passe comme si nous assistions à ce que nous ne voulons pas voir : les flammes de Notre-Dame, c’est notre monde qui brûle. C’est l’Effondrement, avec un E majuscule, celui de la biodiversité, c’est la grande extinction des espèces, la fin des démocraties libérales occidentales.

Continuer la lecture de « Notre-Dame, memento de l’avenir »

Tsimtsoum

Une parenthèse pour parler d’autre chose que de politique à la veille de l’échéance présidentielle… ou pour y revenir autrement !

Résultat de recherche d'images pour "tsimtsoum"Un mot qui ressemble à un éternuement. Ou à une onomatopée à la Tagada Tsouin Tsouin. Et pourtant ! Tsimtsoum est un mot hébreux on ne peut plus sérieux. On le trouve dans la Kabbale pour désigner le mouvement de retrait de Dieu pour laisser advenir la Création. Si Dieu, Tout puissant par nature, ne s’autolimite pas, alors il n’y a de place pour rien d’autre. Donc pas de Création. Cette notion découverte dans le Complexe d’Elie (voir ce billet) m’a semblée intéressante au moment où je travaillais pour une multinationale très sûre de sa puissance. Si le Dieu de la Bible voit l’utilité de limiter sa puissance, il serait bon que nos entreprises le découvrent aussi ! Surtout lorsqu’elles parlent de développement durable. Il ne s’agit pas en effet pour l’entreprise d’apporter une simple contribution à la vie locale ou de renforcer l’acceptabilité de son activité : dans les deux cas la puissance reste inchangée. Même rendre des comptes n’est pas la question première, l’essentiel est d’accepter une incomplétude fondamentale qui pousse à la création. Ce qui est dit là pour l’entreprise vaut aussi pour un Président de la République nouvellement élu et un peu trop sûr de son destin !Toute autosuffisance supposée tient de la suffisance tout court. En économie comme en politique. La religion le sait depuis longtemps (hélas pas les fanatiques).

 

Ils ont voulu tuer la liberté, ils ont tué des nounours, des enfants

Nous sommes tous Charlie ce matin. Et demain ?

Ce matin Caroline Fourest sur France Inter a souligné, comme d’autres, la gentillesse profonde des dessinateurs de Charlie Hebdo, de Cabu, de Charb. Elle disait « c’étaient des gros nounours, des enfants ». Philippe Val pointait lui aussi la gentillesse et la finesse du correcteur, tué aussi hier. Ce qui me pousse à écrire ce matin alors qu’hier encore j’étais dans le cérébral, les rapports entre religion, laïcité et démocratie, c’est ce désastre humain.

Didier Livio, le patron de Synergence a écrit un texte que j’aurais aimé écrire aussi sur cette attaque contre la fraternité.

Alors face à cette attaque, la seule réponse est la douceur et la douleur. Ce sont des millions de minutes de silence en France et dans le monde, ce ne sont pas les patrouilles en arme dans les rues. Charlie Hebdo était « protégé », ça n’a servi à rien. Face à la bêtise meurtrière, on ne peut pas lutter avec des armes. Au contraire, c’est entrer dans le jeu des ennemis de la fraternité.

On a parlé de professionnels aguerris, super-entraînés à propos des meurtriers. Je crois que ce n’est pas vrai. Hier matin, un des premiers témoins, jamais réentendu ensuite dans une info pourtant en boucle,  racontait que les meurtriers étaient d’abord venus sonner chez eux en demandant où étaient les locaux de Charlie. Ils ont échappé une carte d’identité dans leur fuite. Est-ce cela, des professionnels super-entraînés ?

Je crains qu’on ne veuille pas voir que c’étaient des personnes ordinaires et non des monstres ou des ennemis extérieurs. Je crains qu’ils ne soient qu’une facette de notre société. Hélas. Et face à cela c’est bien toute une société qui doit réagir.

Nous devons réagir par plus d’amour. Je sais, ça a l’air niais. Je le crois profondément pourtant. Et je trouve dramatique que l’on en soit là, à ne plus pouvoir parler d’amour dans l’espace public. Après le 11 septembre, j’ai cru un instant que la fraternité pouvait l’emporter sur la haine, ça n’a duré qu’un instant. Et si, en France, nous inaugurions un temps nouveau ? Ce que nous n’avons pas su faire en 2001, submergés par la peur de « l’autre », si nous le réussissions aujourd’hui ? changer de siècle, enfin.

J’aimerais tellement que les « nounours » et les « enfants » ne meurent pas pour rien…

 

 

 

la fierté arabe retrouvée est une chance… à ne pas gâcher

L’aspiration à la liberté et à se gouverner soi-même est donc universelle ! Cette bonne nouvelle qui nous vient du « printemps arabe » devrait être d’évidence… mais ne l’est manifestement pas pour tout le monde.

Notre président, dans une même allocution de 7 minutes,  a réussi  à commencer par se réjouir des avancées démocratiques des pays arabes et à terminer par craindre les flux migratoires et le terrorisme. D’autres depuis ont repris le même parallélisme  entre démocratisation et montée des périls.

Oui les peuples qui se libèrent éprouvent le besoin viscéral d’user de leur liberté pour aller et venir. Ne voit-on pas le risque que nous prendrions à tenter de fermer  les frontières à la place … des dictateurs déchus ?!  L’Europe ne peut pas se calfeutrer chez elle  en attendant que les peuples méditerranéens libérés  développent leurs économies locales fournissant du travail à tous leurs habitants. Le développement viendra justement de l’ouverture, des allers retours que les habitants du Maghreb pourront faire entre les deux rives de la Méditerranée.  Serons-nous assez sages pour faire le même pari que Kohl  avec la réunification immédiate de l’Allemagne quand beaucoup lui conseillaient la prudence et la progressivité ? Donnons dès maintenant une réelle consistance à cette Union pour la Méditerranée, non pour contrôler les flux migratoires mais pour concevoir un co-développement des deux rives qui  s’appuie sur la fierté retrouvée et non sur notre méfiance… rance.

Cette fierté arabe qui s’exprime avec tant de bonheur est une formidable bonne nouvelle. Ce n’est en effet pas une fierté musulmane qui s’est exprimée, la religion est restée en retrait. On voit bien à quel point les craintes vis-à-vis de l’islamisme étaient exagérées. Il faut garder en mémoire ces femmes du Caire qui remettaient en état la place Tahrir dès le lendemain du départ de Moubarak. Elles peignaient, plantaient des fleurs, nettoyaient avec une joie évidente de contribuer à l’œuvre de renouveau qui commençait. C’était l’image d’une société ouverte, gaie et responsable. Oui, les incertitudes restent nombreuses sur l’avenir de ces mouvements. La situation de la Lybie est tragique. Mais encore une fois la fierté manifestée par les peuples du bassin méditerranéen est une ressource nouvelle qu’il faut cultiver : croire en eux plutôt que montrer notre méfiance est le meilleur moyen de les soutenir.

Allons plus loin. J’espère sincèrement que cette fierté va traverser la Méditerranée et donner à tous les jeunes qui ont leurs racines familiales dans ces pays le courage de secouer la soi-disant  fatalité de leur marginalisation. N’est-ce pas finalement ce qui est le plus  à espérer pour nous européens ? Que les secousses du monde arabe trouvent leur écho dans nos banlieues pour exiger, tout aussi pacifiquement qu’en Tunisie ou en Egypte, une démocratisation de nos sociétés ?  C’est sans doute plus difficile car il ne s’agit pas de faire tomber un dictateur mais des préjugés. Oui, il faudra bientôt revenir, pour de vrai cette fois, à ce fameux « plan Marshall des banlieues », toujours promis et jamais réalisé.