Des pistes pour une pratique imaginative de la participation

Les élections municipales ont placé à la tête des communes des élus souvent favorables à la participation des citoyens. Le passage à l’action est un art périlleux ! quelques pistes pour ne pas choisir entre URGENCE et IMPORTANCE !

Les élus nouvellement installés sont confrontés au dilemme classique entre urgence et importance. On le sait d’avance, c’est l’urgence qui gagne à chaque fois ! Or l’urgence conduit à faire avec les moyens du bord sans rien changer aux pratiques, même lorsqu’elles ne sont pas jugées satisfaisantes. On tombe alors dans le cycle bien connu de la défiance réciproque : les démarches mises en œuvre souffrent des mêmes défauts qu’avant et sont donc déceptives ; les citoyens qui espéraient des changements contestent ou se rétractent, les agents et les élus face à ces réactions vont vite perdre leur enthousiasme. Beaucoup d’énergie aura été déployée en pure perte ou presque.

Comment sortir de ce cercle vicieux ? En transformant l’importance en urgences ! Urgence-s au pluriel parce que l’importance est toujours trop énorme trop protéiforme pour s’insérer telle quelle dans les logiques de l’urgence.

Pour cela il faut démontrer que ces « urgences de l’importance » sont autant de raccourcis créatifs pour aller plus vite dans l’établissement d’un nouveau contrat démocratique, d’une nouvelle relation entre élus, services, citoyens, acteurs sociaux… La définition du contrat démocratique ne doit pas être vue comme un préalable en raison de son importance mais comme une succession de rendez-vous qui vont à chaque fois rendre plus fluide la mise en œuvre de tous les chantiers urgents grâce à une montée en puissance de la qualité de la relation (vision partagée, confiance dans l’organisation mise en place…). Continuer la lecture de « Des pistes pour une pratique imaginative de la participation »

Convention citoyenne pour le climat : une autre !!

Le bilan de la Convention citoyenne pour le climat que je propose amène à dire qu’il faut dès maintenant prévoir une nouvelle convention !

Adepte de longue date du tirage au sort pour renouveler la démocratie et co-rédacteur de la lettre ouverte qui a incité le président de la République à créer la Convention citoyenne, je me suis bien sûr réjoui que cette pratique démocratique trouve enfin une reconnaissance au plus haut niveau. Il faut souligner la responsabilité avec laquelle les citoyens se sont acquittés de leur tâche montrant cette fois de manière largement médiatisé ce que tous ceux qui ont animé des jurys citoyens savent : la compétence initiale n’est pas nécessaire à la qualité de la délibération démocratique. Cette reconnaissance est la vraie nouveauté et devrait faire des jurys tirés au sort une des formes habituelles de la démocratie, si le président confirme bien son souhait de créer de nouvelles conventions sur d’autres sujets. Même si je suis convaincu de l’effet positif que peut avoir la démarche sur nos pratiques démocratiques et même sur la lutte contre le dérèglement climatique, il me semble important de voir les limites de l’exercice dans sa forme actuelle pour tenter de l’améliorer afin qu’il devienne pleinement légitime aux yeux du plus grand nombre. Il est donc intéressant de repartir des critiques qui ont été formulées pour voir ce qui peut servir à avancer.

Sans prétendre être exhaustif, voici une liste de critiques qui ont été formulées sur la production de la convention et donc les 149 propositions. Il y a en effet des critiques sur le principe même du recours à la Convention mais ce ne sont pas celles qui m’intéressent ici puisque je cherche à voir comment améliorer le processus d’implication des citoyens dans l’action publique.

  • 1/ La convention n’a fait que reprendre des propositions faites depuis longtemps par les experts de l’écologie, c’est une perte de temps
  • 2/ Elle propose des mesures sans qu’on sache si elles répondent à la commande de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030 faute d’évaluation de l’impact des mesures proposées
  • 3/ Elle fait un usage punitif du droit en multipliant les interdictions
  • 4/ Elle ajoute de nouveaux outils juridiques alors que le souci est plutôt d’appliquer ceux qui existent déjà
  • 5/ Elle limite ses propositions à des actions qui impactent la vie des gens sans introduire les transformations structurelles nécessaires
  • 6/ Elle ne remet pas en cause la commande initiale en en relevant les impasses

Continuer la lecture de « Convention citoyenne pour le climat : une autre !! »

Nous sommes tous des Imagineur.e.s !

La série que nous avons initiée mi-avril est en ligne ! 15 récits de 12 à 15 minutes pour se projeter dans le monde de 2054. Devenir des Imagineur.e.s, une manière de faciliter notre résilience commune ?!

Du 23 avril au 14 mai, dans la dernière période du confinement, plus de 50 personnes ont participé à une aventure inédite : concevoir, écrire et réaliser une série audio en seulement trois semaines sans pouvoir se retrouver autrement qu’avec les outils de visioconférence !

Le temps du confinement a constitué une sorte de “faille temporelle” où la réalité ordinaire s’est estompée. Beaucoup de créateurs et créatrices ont raconté ce temps particulier ou réfléchi au « monde d’après ». Nous avons proposé un exercice différent, la création d’une série audio d’anticipation, pour rouvrir les futurs, éviter la sidération de l’effondrement ou la précipitation dans un retour à la normale problématique.

Le concept était simple : chaque épisode devait raconter un voyage dans le temps réalisé par un.e “Imagineur.e” d’aujourd’hui, projeté.e au cœur des années 2050 à travers une faille spatio-temporelle. A l’occasion de son voyage dans le temps, elle ou il découvre un monde profondément transformé, avec des modes de vie, des rapports sociaux et des modèles économiques radicalement différents.

Si l’on en croit les Imagineur.e.s, en 2054, on se déplacera en pirogue, les agriculteurs seront des rockstars, le travail sera facultatif et la mode consistera à voter pour un style de vêtements commun à tous pour trois ans ! C’est en tous cas une partie de ce que 15 de nos contemporains découvrent en passant par la faille temporelle qui les plonge dans la vie de 2054. Quand ils reviennent en 2020, leur regard sur le monde est un peu décalé.

Nous avons eu la surprise de recevoir plus de cinquante candidatures enthousiastes et variées, poétiques et engagées… qui nous ont permis de constituer 15 équipes ! Les équipes ont travaillé à distance, avec des réunions de partage en visioconférence tout au long des trois semaines du défi et l’appui des 6 référents de l’équipe d’organisation. De la Réunion aux Antilles, d’Amiens à Toulon, la création s’est jouée des distances et des décalages horaires. À l’arrivée, 15 épisodes aux styles affirmés et au contenu souvent drôle, parfois poétique mais toujours riche de questionnements.

Nous avons ainsi bricolé avec les moyens du bord une œuvre collective[1] sous licence Creative Commons (CC BY SA). Nous sommes fiers du résultat et espérons que ce récit donnera l’envie d’écrire la suite. Un grand coup de chapeau à toutes celles et tous ceux qui ont uni leurs réflexions et leurs capacités narratives !

Je suis convaincu que ces récits collectifs, volontairement non-dystopiques, vont se multiplier, se croiser et se fertiliser dans les mois et années qui viennent. Nous en avons infiniment besoin pour donner du sens aux transitions en cours. Cette aventure des Imagineur.es n’est en effet pas une initiative isolée. Récemment j’ai vécu deux autres démarches, plus modestes, mais qui montrent cette appétence pour les récits. Je suis intervenu auprès de la promotion du T Camp du Campus de la Transition (initié notamment par Cécile Renouard). Avec Émeline Baudet du Campus, nous avons proposé aux étudiants un exercice de récits collectifs qui les a enthousiasmés. L’une d’entre eux disait drôlement qu’ils avaient pu « toucher le futur », que l’exercice leur avait fait toucher du doigt le fait que le futur n’était pas hors de portée, indéchiffrable et qu’en le racontant ils pouvaient plus facilement le faire advenir. Dans un autre cadre, un club de professionnels du Bâtiment, un café-débat traditionnel a été remplacé par une séance de création collective et là encore l’enthousiasme a été au rendez-vous, à la fois par le nombre de participants réunis (près de 90) et par l’effet qu’a produit l’exercice. Se mettre à se raconter collectivement des histoires de transformation profonde donne envie de les rendre réelles (et peut-être une première impulsion pour se mettre en route !).

Un travail de recensement de ce genre d’initiatives est en cours et sera très utile pour que cette mise en récit de l’avenir soit bien l’affaire de tous et pas seulement des prospectivistes professionnels. Il me semble que cet « élan narratif » est beaucoup plus prometteur que la multiplication des plateformes numériques où l’on est invité à donner des pistes d’action pour préparer « le monde d’après ». Chacun y vient avec sa mesure et seuls les algorithmes et les organisateurs construisent un début de cohérence dans cette récolte que je trouve souvent décevante. Les récits que nous initions ne sont pas de l’ordre des mesures à prendre, ils donnent à voir des mondes possibles, avec leurs modes de vie, leurs contradictions et leurs imperfections. Ces récits, d »multipliés et croisés, ont une capacité à renouveler nos imaginaires. Des imaginaires instituants, comme le disait Cornelius Castoriadis, les seuls à même d’auto-instituer la société, loin des imaginaires hétéronomes qui nous assignent depuis 40 ans à nos rôles de consommateurs sans recul …

[1] Le projet a été initié par Imaginarium-s que j’anime avec Emile Hooge et le Réseau Université de la Pluralité initié et animé par Daniel Kaplan pour connecter les personnes et les organisations qui mobilisent les ressources de l’imaginaire dans l’exploration d’autres futurs.

Remerciements à Lassanaï pour la musique, aux référent.es de l’équipe qui ont accompagné et ficelé le projet : Eve Denjean, Julie Gayral, Chloé Luchs-Tassé (en dehors des trois déjà cités), à Emmanuel Dockès, l’auteur de Voyage en misarchie (Editions du détour, 2017) qui a accompagné avec nous les équipes dans leur démarche de création. Un travail de capitalisation est engagé avec Christine Marsan, essayiste et consultante qui lie prospective et créativité. Vous trouverez la liste des 50 auteurs-contributeurs directement sur Soundcloud.

Entrez dans la faille temporelle !

La faille temporelle est là, ouverte. les moments où notre perception du temps est quasi-universellement bouleversée sont rares. Une invitation à en faire une oeuvre. A explorer nos imaginaires du futur.

Un enfant questionnait l’autre jour : « est-ce que le temps peut ralentir ? » C’était à la radio et s’ensuivaient des explications scientifiques sur la relativité. Mais notre expérience quotidienne n’est pas de cet ordre, et l’enfant sans doute évoquait autre chose dans sa question. Plus que jamais nous ne vivons pas tou.te.s le même temps. Une aide-soignante confinée volontaire dans un Ehpad, une femme avec trois enfants remuants dans un deux-pièces sans balcon, une entrepreneure tentant de sauver son activité en péril ont vu leur temps s’emballer, les journées s’enchaîner sans pause ou presque, caractérisées par le stress, la solidarité, la peur (oui la peur ne disparaît pas même quand on est applaudie chaque soir à 20h). Pour beaucoup d’autres, le temps s’allonge dans un éternel présent reconduit de quinzaine en quinzaine. Douloureusement immobile, avec la culpabilité de ceux qui se sentent inutiles quand d’autres se battent contre/avec la maladie. Ce rapport au temps, c’est un rapport au temps vécu au temps qui s’écoule trop vite ou au temps qui s’allonge dans une stagnation sans fin connue.

Mais nous vivons – tous cette fois (même lorsqu’on n’a pas le loisir de s’y arrêter) – une autre déstabilisation du temps. Elle est moins incarnée dans le vécu quotidien, elle n’en est pas moins présente, inquiétante et exaltante à la fois, angoissante sûrement. Nous sommes entrés dans une sorte de « faille temporelle » qui remet en cause la linéarité du temps. Des choses qu’on croyait hyper-stables s’effacent de notre horizon subitement : les gens dans les rues, les avions dans le ciel, les voitures sur les routes, … Les médecins en revanche s’installent durablement dans notre quotidien informationnel ; mais aussi les longues discussions avec des amis éloignés, les questionnements vertigineux qu’on laissait jusque-là aux philosophes et à « ceux qui ont le temps »…

Le temps du confinement est donc une « faille temporelle » où la réalité ordinaire des jours d’avant s’estompe et où les rêves du « monde d’après » se précisent et se partagent. Le passé n’est plus une certitude rassurante du genre « ça s’est toujours passé comme ça » ; l’avenir utopique ne semble plus si utopique. Le retour à la normale commence à être vu comme un « retour à l’anormal ».

Un jour, bientôt, tout redeviendra comme avant. Nous cesserons de discuter avec le voisin de l’immeuble d’en face, le bruit des voiture viendra à nouveau couvrir le chant des oiseaux, les enfants cesseront de faire du vélo au milieu de la rue, les fruits et légumes se remettront à traverser l’Europe avant d’arriver dans les supermarchés, le soleil reprendra son teint voilé, nous cesserons de nous préoccuper du sort de nos ainés, et on oubliera celles et ceux que l’on applaudit aujourd’hui.

Sylvain Grisot, dans la newsletter de l’urbanisme circulaire

L’exploration des mondes d’après n’est plus laissée aux seuls experts. L’envie « d’y croire » reprend des couleurs, l’effondrement n’est plus le seul horizon en vogue. Mais déjà les sceptiques, les pisse-froids, les oiseaux de mauvais augure tentent de nous dissuader d’entreprendre de rêver. Ce serait indécent quand d’autres se battent contre la mort. Ce serait dangereux car la prudence nous commande de préserver l’acquis plutôt que de poursuivre des chimères. Ce serait vain puisque rien ne change jamais sous le soleil, sauf imperceptiblement.

Il nous semble pourtant important de donner du sens à ce temps de retrait forcé quand, tout autour de nous, des gens souffrent et se battent sans qu’on puisse agir pour et avec eux. Le passage par l’imaginaire est sans doute un bon moyen de préparer le « monde d’après » sans se précipiter sur des solutions qui emprunteraient trop au « monde d’avant ». La phrase d’Einstein n’a jamais parue aussi sensée : « Un problème ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière quil a été créé ».

C’est un temps particulier où peuvent naître les récits de futurs désirables qui toucheront enfin un grand nombre de nos concitoyens, bien au-delà des cercles de l’engagement que nous animons et fréquentons. C’est en tous cas le pari que nous faisons. Nous lançons donc à quelques-uns, bien sûr bénévolement, un projet un peu fou de création d’une « série ». J’espère que des lecteurs de persopolitique participeront à la création d’un des sept épisodes de cette première saison de la série audio Les imagineur.e.s. Nous avons défini un point de départ : cette « faille temporelle » évoquée plus haut, et nous imaginons qu’elle s’ouvre, qu’elle permet de circuler entre 2020 et 2054. Qu’est-ce que les héros de cette série vont découvrir en 2054 ? qu’est-ce qu’ils vont en tirer en 2020 pour construire le « monde d’après » dont nous parlons tous aujourd’hui ?

Nous sommes convaincus que l’alliance d’intellectuels, de conteurs et de citoyens engagés peut mener à des récits inédits. L’aventure mérite d’être tentée ! Pour en savoir plus – et participer ! – c’est ici : http://imaginarium-s.fr/2020/04/07/creons-ensemble-les-premiers-episodes-de-la-serie-les-imagineur-e-s/

Avant le « monde d’après »

N’allons pas trop vite en besogne. Ne sortons pas tout de suite notre arsenal de solutions pour le monde d’après. Essayons peut-être d’abord de comprendre pourquoi le « monde d’avant » ne peut pas revenir…

Le questionnement sur le monde d’après prend de l’ampleur. Certains se disent « A quoi bon ? On nous a déjà dit que plus rien ne serait comme avant en 2008 après la crise financière et puis les choses sont revenues « à la normale » et rien n’a changé véritablement ». Comment leur donner tort quand on voit trop de politiques, trop d’intellectuels énoncer leurs recommandations pour l’avenir sans prendre le temps d’examiner ce qui a changé, ce sur quoi il va falloir s’appuyer pour reconstruire. Ils ont leurs recettes toutes faites. Bruno Latour est plus intéressant lorsqu’il propose son exercice de discernement mais celles et ceux qui s’y lancent peinent parfois à aller au bout. Trop abstrait peut-être.[1]

Je crois donc que la première question à se poser est bien : pourquoi ça ne peut pas repartir comme avant ? Il me semble que le confinement lui-même donne la réponse. On a su y entrer toutes affaires cessantes mais on ne sait pas comment en sortir ; le Premier ministre a reconnu que c’était extrêmement complexe et qu’il n’avait pas à ce stade la réponse. Parce que pour sortir du confinement sans risque, il faudrait que nous ayons eu massivement le virus qu’on a justement évité par le confinement, on comprend bien que le confinement n’était en rien un remède mais une réponse d’urgence à notre impréparation à la rencontre avec ce virus. Continuer la lecture de « Avant le « monde d’après » »

Coronavirus, climat : même combat ?

Le coronavirus nous obsède au point d’en occulter toute autre préoccupation, notamment celle du climat. Un papier en quatre mouvements, écrit entre jeudi et dimanche, pour garder les oscillations du questionnement dans une période ô combien troublée.

1er mouvement, jeudi – Nous avons été nombreux à nous désoler que le coronavirus se révèle autrement plus mobilisateur que le climat pour nos dirigeants. Face à une menace qui nous semblait assez peu grave, en tous cas pas plus qu’une épidémie de grippe, l’incurie face à la menace climatique, bien plus vitale, apparaissait encore plus insupportable. Quoi ? un simple virus pouvait conduire à des décisions drastiques alors que la crise écologique restait sans réponse en rapport avec les risques d’effondrements multiples ?! C’était inadmissible. Mais ces derniers jours ce parallélisme, confortable pour l’indignation qu’il autorisait à bon compte, s’effrite peu à peu. D’abord parce que la gravité du virus a peut-être été sous-estimée par ceux qu’indignait un traitement médiatique apocalyptique. Notre méfiance à l’égard des médias nous amenait par réflexe compensatoire à ne regarder que les chiffres de la mortalité rapportés à ceux de la grippe saisonnière, effectivement beaucoup plus faibles. On oubliait ce faisant que la mortalité n’est pas le seul enjeu. Des hôpitaux, déjà au bord de l’explosion, vont sans doute être engorgés par des milliers de personnes à traiter en urgence pour des problèmes respiratoires aigus. Il fallait bien reconnaître que le système de santé allait être confronté à des difficultés sans commune mesure avec ce que provoque une grippe. L’impact supérieur à la grippe du coronavirus est encore renforcé par le fait qu’il n’y a ni vaccin ni traitement, que l’on peut être réinfecté en ne développant pas d’anticorps et qu’enfin on ne sait pas encore si le retour des beaux jours suffira à éteindre l’épidémie. Continuer la lecture de « Coronavirus, climat : même combat ? »

Années 20, années folles ou années sages ?

Les années 10 ne resteront pas dans l’histoire, d’ailleurs nous les avons déjà oubliées ! Qu’en sera-t-il des années 20 ? N’attendons pas d’autres que nous, qu’elles soient à la hauteur des urgences. Il n’y aura pas d’homme ou de femme providentielle …

Juste une impression : je n’ai quasiment pas vu ou entendu de bilan de la décennie qui s’achève et très peu de projections sur ce qui pourrait caractériser la décennie qui vient. Comme si les années 10 n’avaient pas compté et comme si on redoutait tellement les années 20 qu’on préfère ne pas anticiper ce qu’elles seront !

Les années 10 avaient pourtant bien démarré avec les révolutions arabes mais s’est ensuite révélée bien décevante. L’année 2015, malgré trois temps forts, n’a pas réussi à rompre avec notre incapacité à changer. En janvier, l’élan de « Nous sommes Charlie » en réaction à l’assassinat de la rédaction du journal est vite retombé et les attentats de novembre ont conduit au virage sécuritaire de Hollande ; au cours de l’été, l’ouverture de Merkel face à l’attente de terre d’accueil de la part des migrants n’a été ni suivie par d’autres – dont la France – ni prolongée après l’accord honteux avec la Turquie ; enfin les accords de Paris sur le climat de décembre, véritable espoir, n’ont pas suscité les actes nécessaires pour les concrétiser).

La décennie 10 ne laissera pas de traces dans l’histoire. La comparaison avec le début du siècle dernier est intéressante. On n’a jamais parlé des années 10 alors qu’on a abondamment parlé des années 20 et des années 30. Les années 10 n’ont pas existé, percutées par la rupture historique de la Grande Guerre. C’est au contraire en fuyant l’histoire que nos années 10 n’ont pas existé parce que nos paralysies se sont calcifiées : terrorisme, migrations, climat… nous avons cru pouvoir sanctuariser notre territoire et notre mode de vie, faisant de la Méditerranée une frontière et un cimetière alors qu’elle devrait plus que jamais être « mare nostrum ». Alors les années 20 ? le parallèle avec les « années folles » est tentant. Mais la folie qu’on se plait à voir commune aux deux époques n’a pas du tout la même réalité ! On vivait alors un rattrapage frénétique après 4 ans d’horreur ; on vivra sans doute un atterrissage névrotique après 4 décennies d’errement. Les limites planétaires que nous atteignons les unes après les autres nous contraignent à atterrir mais nous le faisons dans la douleur et sans projet, avec des Etats-Unis en chef d’escadrille de ceux qui refusent d’atterrir ! Bruno Latour l’a parfaitement décrit dans « Où atterrir ? ».

Quels vœux pouvons-nous alors formuler ? Devons-nous, un peu trop facilement, tout miser sur la jeunesse dont les prises de conscience et les affirmations radicales nous rassurent et finalement nous dédouanent (ça y est, ils ont pris le relais, ouf…)? Ne devrions-nous pas plus sûrement contribuer à l’articulation, au renforcement, au déploiement, à l’essaimage de toutes les initiatives qui se prennent ici et maintenant à bas bruit, partout dans le monde ? N’est-ce pas à ce patient tissage du nouveau monde et de ses solidarités que nous devrions consacrer la part vive de nos vies ? Ne devrions-nous pas, par nos actes rendus visibles, démontrer que c’est folie de croire au recours aux chefs, aux sauveurs, aux dictateurs verts ? Oui l’urgence est là mais elle ne doit pas conduire à une accélération brouillonne mais plutôt à une intensification. Intensifions nos vies ! Vivons des vies intensément vivantes. Nous sommes trop souvent, sinon des morts-vivants, des vivants morts. Devenons des vivants-vivants selon la belle expression d’Alain Damasio !
Il faudra bien une décennie pour mener à bien de tels vœux, aussi je me permets de vous souhaiter à tous des années 20 folles et sages à la fois.

Cet été, je suis allé en Arcanie !

Ne cherchez pas l’Arcanie dans un atlas où sur google map ! D’ailleurs le territoire est moins important que le régime politique qu’il a choisi : la misarchie. Un voyage stimulant et réjouissant !

Cet été j’ai voyagé comme j’en ai pris l’habitude, alternant séjours en famille et continuation de ma découverte du pays basque, de part et d’autre d’une frontière dont on comprend, ce faisant, la part d’arbitraire. Mais j’ai aussi voyagé en Arcanie, grâce au livre d’Emmanuel Dockès[1], à la découverte d’un système politique qui tend vers l’hyper-démocratie en limitant tous les pouvoirs : ceux de la finance, de l’Etat et aussi de la propriété. C’est d’ailleurs pour cela que l’auteur parle de misarchie. Non pas le « pouvoir de la haine » (si l’on reprenait la construction de mon-archie, le pouvoir d’un seul) mais plutôt « la haine du pouvoir » comme dans mis-anthropie ou miso-gynie. Un régime paradoxal puisque le pouvoir est organisé pour avoir le moins de pouvoir possible mais qui finalement prend simplement au sérieux les fondements de la démocratie libérale qui se méfiait elle aussi du pouvoir et qui a conduit aux « checks and balances » chers aux anglosaxons. En misarchie, le système des « contrôles et équilibres » (pour parler français) est nettement plus poussé. Sa logique est puissante et rend crédible ce « voyage en misarchie »… à défaut de le rendre probable !

L’Arcanie n’est donc pas un pays comme on les connait mais un territoire sur lequel s’organisent des associations volontaires et où la multi-appartenance ou les appartenances successives sont courantes. Quand le narrateur explique qu’il EST Français, ses interlocuteurs ne comprennent pas qu’il soit devenu Français automatiquement alors que le principe est chez eux de choisir et  de composer son identité, jusque dans son habillement.

Le narrateur découvre la misarchie sans y être préparé, à la suite d’un accident d’avion. Il s’installe spontanément dans la position du « civilisé » issu du Pays des Droits de l’Homme qui découvre des « primitifs » hors de la culture occidentale. Il commence donc par trouver le fonctionnement de cette contrée absurde, inconvenant ou dangereux mais sa résistance diminue au fil de ses rencontres et des échanges qu’elles permettent. On découvre avec lui comment fonctionne une entreprise où les apporteurs de capitaux n’ont pas le pouvoir mais où, par des droits « fondants » dans le temps, l’entrepreneur y trouve néanmoins son compte. On voit comment des services publics peuvent exister sans Etat central grâce à une multiplicité de « districts » qui doivent négocier entre eux des compromis. La propriété, l’école, le travail sont réinventés pour une vie plus intense et organisée selon ses choix propres. On peut devenir avocat en étant encore une gamine ou après avoir été marin-pêcheur !

Il ne s’agit pas d’une utopie où tout serait parfait mais plutôt d’un bricolage pragmatique toujours perfectible où subsistent des tensions (inénarrables Cravates bleues  et autres Applatisseurs !). La cohérence d’ensemble du propos tient beaucoup à la logique du droit qui est le cœur du propos mais sans l’aridité d’une démonstration juridique. On entre progressivement dans cet univers et les notions utilisées deviennent vite familières : AT (association de travailleurs), districts, golden share, rotations infantiles, DET (dette de l’entreprise à l’égard des travailleurs)…

Une lecture qui sera fort utile au projet de l’Imaginarium-s !

Entendre Dockès en parler : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/un-monde-sans-chef-lutopie-demmanuel-dockes

Lire une critique rapide mais bien vue : https://blogs.mediapart.fr/thomas-coutrot/blog/160417/la-misarchie-une-utopie-credible-et-jubilatoire

Approfondir dans un interview papier plus longue : https://www.nonfiction.fr/article-9314-entretien-avec-emmanuel-dockes-a-propos-de-son-voyage-en-misarchie.htm

 

[1] Emmanuel Dockès, Voyage en misarchie – Essai pour tout reconstruire, Editions du Détour – 2017

Canicule, un autre rapport AUX temps

Et si le temps qu’il fait (weather) et le temps qu’il est (time) étaient en train de muter, peut-être même de permuter dans notre manière d’appréhender le monde ? Et si la canicule nous conduisait à prendre davantage en compte les degrés Celsius que les minutes ?

Habitant à Lyon, comme beaucoup de Lyonnais sans clim chez eux et au travail, sans jardin ou piscine, j’ai vraiment été affecté par la canicule et même si cette semaine nous n’étions plus officiellement en canicule, la réalité d’appartements surchauffés et l’absence de rafraîchissement nocturne nous a maintenus dans un état physique et mental… atténué ! Nous fonctionnons au ralenti. Des nuits courtes et qui pourtant n’en finissent pas, ponctuées d’aller-retour pour boire, ouvrir les fenêtres vers 2 ou 3 heures du matin, se passer de l’eau sur la figure… Des journées où l’on cherche avant tout à s’économiser en réduisant la lumière (à quelle heure fermer les fenêtres côté est et côté ouest), les déplacements (quel chemin prendre entre la maison et le café pour rester à l’ombre le plus longtemps), le temps passé devant l’ordinateur (quelle note est vraiment urgente, quelle activité faire sans taper sur ce clavier…).

Il existe des exercices où l’on peut, grâce à des lunettes spéciales, découvrir comment on voit le monde en ayant trop bu. J’ai eu l’impression d’avoir fait un exercice du même genre : j’ai découvert le rythme que j’aurai sans doute avec 10 ou 15 ans de plus. Mais désormais ce ralentissement du rythme de vie n’est plus une affaire d’années qui passent mais de températures qui montent.

Et bien sûr je sais que je ne suis pas à plaindre, j’ai pu faire des « pauses » en allant chercher deux nuits de fraîcheur dans un hôtel lyonnais doté de la clim et de grandes piscines extérieure et intérieure, touriste dans ma propre ville. Mais quelle peut être la vie d’un habitant du Rajasthan confronté à des températures de 50° privé d’eau et dans l’attente désespérée de la mousson ? Des milliards d’êtres humains vont désormais vivre sur une Terre à peine habitable.

Nous occidentaux qui mesurons le temps humain à la minute voire à la seconde et sommes si souvent exaspérés quand, dans les pays du Sud, le rapport au temps se fait plus élastique, nous sommes peut-être en train de découvrir que nous allons nous aussi devoir composer entre le temps qui passe et le temps qu’il fait. Il va nous falloir abandonner notre focalisation folle sur les minutes à gagner, le « juste à temps » quelles que soient les circonstances, pour partir à la découverte d’autres critères d’efficacité dans le travail et de satisfaction dans nos vies quotidiennes. L’urgence climatique vient mettre à mal notre vie placée sous le signe de l’urgence temporelle. Oui, nous allons devoir trouver le moyen de sortir de l’accélération. Et nous comprendrons sans doute comme nous l’a fait entrevoir Hartmut Rosa, que le contraire de l’accélération n’est pas le ralentissement mais ce qu’il appelle la résonance, la connexion aux autres, au monde et à soi. Ralentir, ce serait encore garder la vitesse comme critère d’appréciation. Se relier, résonner avec le monde conduit bien sûr à un ralentissement mais un ralentissement qui n’est pas une fin mais une conséquence de l’attention portée à nouveau à ce/ceux qui nous entoure.

Sur la passerelle qui relie la gare de Perrache au métro, un écran affichait la température absolument étouffante qu’il faisait à mon retour de Paris : 51° ! Des gens s’arrêtaient pour prendre l’écran en photo tant ça paraissait incroyable. Si la mesure du temps va devoir être moins prégnante et prescriptive, la mesure des degrés va devoir de plus en plus guider nos vies. Déjà l’urbanisme tente de réduire les îlots de chaleur urbains (cette passerelle est aujourd’hui une aberration avec sa couverture en plexi à peine teinté). Mais ce sont nos vies quotidiennes qui vont être rythmées par le temps qu’il fait. Le droit du travail a intégré la question de la canicule, sans doute faudra-t-il imaginer des modes de vie différenciés entre saison chaude et saison fraîche. L’attention à nos manières d’habiter va être cruciale puisque le recours généralisé à la climatisation serait le type même du faux remède qui aggrave le mal global en apportant un mieux local. On va découvrir les tours éoliennes et les patios des civilisations du Sud qui savaient composer avec la chaleur !

Mais bien sûr cette attention au temps qu’il fait ne sera efficace que si elle s’articule à une moindre préoccupation du temps qui passe. Nous devrons peut-être mettre davantage de thermomètres dans l’espace public que d’horloges !

La canicule, qui tire son nom de l’étoile Sirius, autrefois appelée Canicula (petite chienne), correspondait, à l’époque romaine, à la période des chaleurs les plus intenses de la fin juillet à la fin août – période où Sirius/Canicula, se lève et se couche en même temps que le Soleil. La canicule était donc un repère temporel, inscrit dans la course des astres. Une canicule en juin est donc au sens premier une aberration calendaire. Le dérèglement actuel du climat nous oblige à sortir de l’ordre immémorial des choses pour inventer en une décennie des modes de vie radicalement en rupture avec notre rapport au temps. Plus que jamais il faut croire à la puissance de nos imaginaires[1] pour éviter de sombrer dans la folie ou le fatalisme.

 

 

[1] La première rencontre de l’Imaginarium-s, organisée avec une vingtaine de participants pour tracer les contours de nos premières expéditions a tourné pour une part autour de ces questions du temps. Un signe encourageant de nos alignements en cours. A suivre bientôt sur www.imaginarium-s.fr

La vie avec des cartes d’alimentation biodiverse

Le Vivant dans son ensemble est menacé et non telle ou telle espèce. Les réactions au rapport de l’IPBES sont trop générales pour avoir le moindre impact. Et si on cherchait un moyen d’action opérant ? Voici une tentative.

Longtemps je suis resté insensible aux questions de biodiversité qui me semblaient réduites à la « protection de la nature ». La protection des rhinocéros blancs ou des tritons palmés me laissaient, je l’avoue, assez indifférent. Je ne m’y suis intéressé que lorsque j’ai réellement compris de quoi on parlait : du Vivant et de l’habitabilité de la Terre. La notion de Vivant aide à voir que toutes les formes de vie sont liées et que l’équilibre de leurs relations permet un monde habitable. L’antispécisme qui finit par sacraliser la nature est aussi dangereux que l’extractivisme qui n’y voit qu’un réservoir qu’on peut vider sans dommage. Depuis plusieurs mois, je travaille avec Dorothée Browaeys à la mise en place d’un festival sur l’urgence de pactiser avec le Vivant ce qui me rend toujours plus attentif à cette question. Alors évidemment, le rapport de l’IPBES sur l’état de la vie sur Terre, et surtout les réactions qu’il suscite, m’amènent à prendre la parole sur ce sujet qui m’est moins familier que la question démocratique. Il ne s’agit bien sûr pas de l’aborder sur le registre scientifique mais sur le registre politique et sociétal.

Avant d’entrer dans le cœur de ce que je veux évoquer ici, j’aimerais recommander la lecture de la dernière BD de l’anthropologue-dessinateur, Alessandro Pignocchi, La recomposition des mondes parce qu’elle aide à bien comprendre ce qu’est le Vivant. L’auteur, après deux BD d’anticipation poursuit son exploration d’un monde où la séparation Nature-Culture, sur laquelle s’est construit l’Occident, ne serait plus opérante. Il le fait cette fois à propos de la ZAD de Notre-Dame des Landes avec humour et profondeur.

Le Vivant devient un véritable sujet politique et on ne peut pas dire que le rapport de l’IPBES soit sorti dans l’indifférence générale. Il était à la Une de tous les médias, le président de la République est sorti sur le perron de l’Elysée pour dire toute l’importance qu’il accordait au sujet. Des pétitions, des tribunes ont suivi. Jusqu’ici le climat focalisait l’attention, désormais nous avons deux sujets de préoccupation traités presque avec le même sens de l’urgence. Pourtant, plus encore que pour le climat, on ne peut s’empêcher de ressentir un malaise profond. Avec des indicateurs de mesure clairs pour les GES, des engagements chiffrés depuis la COP 21 et des feuilles de routes nationales, nous n’avons pas avancé d’un iota sur la question énergie-climat ; pour la biodiversité la situation est pire car nous n’avons rien de tout ça… Il n’est évidement ni possible ni souhaitable de définir un indicateur global de « perte de biodiversité » puisque c’est son incommensurabilité qui fait sa richesse. Plus encore que pour les GES, on n’est pris de vertige par la diversité des questions à prendre en compte, bien au-delà de la « protection » d’espèce menacées. Déforestation, surpêche, artificialisation des sols, pollutions, dérèglement climatique, le nombre de révisions radicales à entreprendre est considérable. Enfin même si on n’y prêtait pas encore beaucoup d’attention, la communauté internationale s’était déjà fixé des objectifs sur la diversité biologique à Aichi, au Japon… en 2010. Aucun ou presque n’a eu le début d’une mise en œuvre. Aujourd’hui les exhortations à agir tombent à plat, tant elles sont générales (Voir celle des artistes, sportifs et intellectuels). Continuer la lecture de « La vie avec des cartes d’alimentation biodiverse »