Gilets jaunes : pour une nouvelle Nuit du 4 août !

Les rapprochements historiques sont souvent vains, les contextes étant toujours différents. Pourtant la puissance de l’imaginaire de la Nuit du 4 août pourrait peut-être nous inspirer au moment où nous risquons de basculer dans une nouvelle « Grande peur ».

Avec les émeutes de 2005, on avait pu croire un moment, particulièrement vu de l’étranger, que la France était à feu et à sang. Les images d’hélicoptères au-dessus des toits des cités, avec leurs projecteurs trouant l’obscurité, les voitures en flamme et les combats de rue… tout cela donnait à ces quelques nuits d’automne des airs de guerre civile. Ne vit-on pas depuis 15 jours un remake de ces journées de novembre, déjà novembre ? Cette fois-ci, ce sont les Champs Elysées envahis par des casseurs, leurs tentatives de barricades et les gaz lacrymogènes (mais aussi les klaxons bon-enfants des ronds-points aux périphéries des villes de province) qui tournent en boucle sur nos écrans. A nouveau quelques milliers de manifestants agressifs occupent presque tout l’espace médiatique et politique. La France semble bloquée. On sait qu’il n’en est rien, que les manifestants sont au total moins de 200 000, qu’ils peinent à s’organiser et à construire des revendications communes et réalistes. Pourquoi alors éprouve-t-on un sentiment persistant de malaise et d’inquiétude si ce n’est qu’une illusion médiatique ? Et si le pourrissement attendu par beaucoup dans les milieux dirigeants n’allait pas se produire ? Et si le recul gouvernemental pensé comme inéluctable ne se produisait pas non plus ? Et si nous étions entrés dans autre chose que l’éruptivité sporadique à laquelle nous sommes habitués ? Continuer la lecture de « Gilets jaunes : pour une nouvelle Nuit du 4 août ! »

Pauvres de nous !

Gabin dans La traversée de Paris lançait un vigoureux et ambigu Salauds de pauvres ! A-t-on réellement changé d’attitude ?

Ce qui a retenu surtout l’attention dans la vidéo présidentielle, c’était l’apostrophe sur le « pognon de dingue » que l’on mettait dans les minima sociaux sans efficacité puisque les pauvres, « tombés pauvres », restaient pauvres. On s’est focalisé sur l’éventuelle réduction des prestations qui découlerait de cette affirmation pour s’en indigner avec plus ou moins de bonne foi. Pour ma part, le fait de questionner la manière dont on lutte contre la pauvreté est bien une nécessité et réfléchir aux logiques d’émancipation et d’empowerment une voie encore insuffisamment empruntée. La tribune d’Agnès Buzyn parue dans Le Monde ce matin donne ainsi des pistes intéressantes pour repenser le modèle social mais, sans les provocations jupitériennes, elle risque de moins retenir l’attention que la vidéo élyséenne.

Ce qui me parait problématique dans l’intervention du président a été pointé notamment ici, c’est le « tomber pauvre ». Cette expression étrange semble faire de la pauvreté une maladie – on tombe pauvre comme on tombe malade. Tomber, c’est aussi l’évocation de la chute avec son double sens d’accident et de faute morale. L’appel à la responsabilisation qui revient régulièrement dans la bouche du Président laisse penser que les pauvres n’assument pas la responsabilité qu’ils ont de leur propre dignité. Ils se laisseraient aller et perdraient progressivement leur dignité d’êtres humains. Seul le pauvre qui fait des efforts pour s’en sortir reste alors estimable. Celui qui se laisse aller mérite son sort. Etre pauvre n’est ni une tare ni une faute. Ce n’est pas non plus une catégorie sociale. On ne devrait pas dire UN pauvre ou LES pauvres. On essentialise la pauvreté. La pauvreté est une situation et elle est toujours relative. On est toujours ou plus pauvre ou plus riche qu’un autre. Continuer la lecture de « Pauvres de nous ! »

Mes raisons d’espérer en 2016

Trois raisons d’espérer, fruits de mes obsessions, de mes lectures et de mes rencontres… et les vôtres ?

Pourquoi « mes » raisons d’espérer ? Certains, et des plus proches, me reprochent d’écrire trop à la première personne. « Le moi est haïssable » me rappellent-ils. Cette maxime de Pascal, je ne la perds pas de vue et surtout les « qualités » qu’il donne au « moi » :

Il est injuste en soi, en ce qu’il se fait le centre de tout ; il est incommode aux autres, en ce qu’il le veut asservir ; car chaque moi est l’ennemi, et voudrait être le tyran de tous les autres.

Si je persiste, c’est parce que je crois qu’on ne se débarrasse pas si facilement que ça de son « moi ». Écrire en généralisant, en oubliant que ce qu’on dit n’est que l’expression d’une subjectivité parmi d’autres me semble souvent plus péremptoire.

En parlant à la première personne, je ne cherche pas à me mettre « au centre de tout », je reconnais au contraire que mon propos n’est pas une généralité, qu’il est un point de vue contestable et que c’est même cette contestation, quand elle vient, qui me nourrit et finalement me pousse à écrire à nouveau (même si l’approbation, elle, m’évite de renoncer à écrire !).

Donc si je parle de « mes » raisons d’espérer c’est bien parce que je ne supporte pas les généralisations abusives des éditorialistes qui prétendent savoir ce qui va sauver le monde… chaque début d’année ! Il me semble que si l’on ne généralise pas, on est plus utile aux autres. Je dis ce qui me donne envie d’avancer et en le partageant j’espère donner à certains lecteurs un peu désabusés l’envie de se poser pour eux-mêmes la question des raisons d’espérer … et de trouver les leurs pour ne pas sombrer dans la désespérance des temps contraires.

Parce que, oui, il faut s’armer de « raisons d’espérer » aujourd’hui pour naviguer sur les mers agitées de la transition dans laquelle nous sommes désormais bien entrés et pour longtemps.

Ma première raison d’espérer est justement que certains naviguent, au sens propre, sur les flots agités d’une mer – la Méditerranée, synonyme pour beaucoup d’entre nous de plaisir – avec la conviction que sur la côte d’en face, ils pourront reprendre le fil de leur vie après avoir pourtant tout laissé. Cette force vitale manifestée par tous les exilés qui survivent à l’épreuve est un antidote au renoncement et à l’ « aquoibonisme » qui me guettent si souvent. Ils me redonnent de la « force d’âme » (quelle belle expression si peu utilisée aujourd’hui sans doute parce que nous craignons trop d’avoir une âme), en latin on parlait de fortitudo (entre courage et force), je suis attaché à ce mot de fortitudo car il était dans la devise de la ville d’Angoulême, ma ville natale, et qu’enfant je m’échinais à en percer le sens à l’époque tellement abstrait pour moi et désormais si juste : fortitudo mea, civium fides (ma force tient dans la confiance des citoyens).

Ma seconde raison d’espérer, celle qui m’a fait me relever cette nuit pour écrire, c’est la conversation avec un ami qui se disait désabusé face à l’apathie française. Lui qui déborde d’énergie et d’ambition en a assez d’un pays qu’il sent incapable de faire face aux défis du moment. Au fil de la discussion, il reconnaissait comme moi que les choses étaient pourtant en train de bouger, de façon peu visible, pas encore probante, mais tout de même… C’est quand je lui ai parlé des trentenaires que je côtoie que nos observations se sont rejointes. Jusque-là, il opinait sans vraiment me suivre dans ma défense et illustration d’un monde en train de changer. Pour lui aussi, ces jeunes étaient un signe d’un basculement. Il m’a semblé qu’il en prenait mieux conscience en échangeant ses impressions. Nous convenions ainsi que ces trentenaires étaient le signe qu’une autre forme de réussite était possible, moins focalisée sur l’enrichissement rapide, et donc plus apaisée. Je tire une double leçon de cet échange : l’intuition que les modèles de réussite sont en train de changer semble se confirmer de plus en plus ; le fait d’en parler contribue à déverrouiller chez nos interlocuteurs une aspiration très forte, mais jusque-là inavouable, à changer de paradigme.

Ma troisième raison c’est ce que je me promettais de dire en complément du billet précédent (mais oui, il m’arrive d’avoir de la suite dans les idées !). Ce qui bloque tout changement, c’est la peur. Ou plutôt trois peurs superposées. Ma raison d’espérer c’est que ces peurs peuvent être vaincues, …à condition d’aller à la troisième, trop négligée. La première peur, les politiques l’ont bien identifiée et en jouent, hélas, pour maintenir un pouvoir hégémonique. La « peur des périls extérieurs » permet de redonner au politique une place au centre du jeu social avec une offre de protection : protection à l’égard du terrorisme, des migrations, hier de la crise de l’euro, avant-hier de la crise financière,… La seconde peur est bien vue des sociologues. La « peur du déclassement » nous fait accepter les inégalités, chacun jouant « perso » avec l’impression de pouvoir s’en sortir par de petits privilèges (le contournement de la carte scolaire en est un bon exemple). Dans un article publié par Slate, Jean-Laurent Cassely affirme, à la suite de Dubet ou de Savidan, « à mesure que les inégalités et leur perception se renforcent, la population, loin d’opter pour la révolte, devient plus conservatrice ». Impossible dès lors d’espérer le rejet du système par les citoyens, comme le montre l’échec de Mélenchon. Pour retrouver une possibilité d’action, il faut aller à la troisième peur, la « peur de l’autonomie». Dans une société d’individus, il faut sans arrêt « être à la hauteur ». La confiance en soi est donc indispensable puisque nulle institution ne vient nous dicter de l’extérieur notre conduite. Ehrenberg avait bien analysé le risque de « fatigue d’être soi » engendré par notre société. Quand la peur des périls extérieurs, la peur du déclassement nous étreint, il faut trouver en soi des ressources qu’on ne sait plus faire émerger. C’est là que je vois une raison d’espérer ! Cette peur-là peut être prise en charge. Les politiques ne s’y intéressent pas, ou si mal, mais la « société des gens ordinaires » peut s’en saisir.

Le contre-exemple est la réserve citoyenne mise en place à l’issue des attentats de janvier par Najat Vallaud-Belkacem. Libération faisait le triste constat que le lancement était raté malgré la bonne volonté de ceux qui s’étaient inscrit. L’idée paraissait pertinente : face au désarroi des jeunes en manque de repères, il fallait leur proposer des rencontres avec des citoyens exemplaires qui allaient leur transmettre leur « bonne parole ». Finalement heureusement que la machine administrative soit si lourde à se mettre en mouvement, car ce n’est pas de discours dont les jeunes ont besoin, au contraire. Voir pendant une heure une personnalité forte expliquer à quel point les valeurs sont importantes risque d’enfoncer le jeune mal dans sa peau dans la certitude de son insignifiance.

Quand on a peur d’exister, les modèles de réussites sont souvent écrasants. Face à cette peur, l’écoute patiente est le meilleur antidote. Face au manque de confiance en soi, pas besoin de héros républicains ou de saints laïcs. La bienveillance est la première ressource. On a besoin d’accoucheurs, de maïeuticiens, de mentors !

Je me souviens encore, vingt-cinq ans après, d’une anecdote qui m’avait touché. Je travaillais sur les questions d’orientation et rencontrais de nombreux spécialistes. L’un d’eux, Gaston Paravy, racontait l’échange qu’il avait eu avec une jeune fille incapable de trouver sa voie. Il lui demandait quels étaient ses talents et elle disait n’en posséder aucun. Même après plusieurs relances, elle ne voyait vraiment rien de notable. Elle finissait par s’excuser : aînée d’une famille nombreuse, elle passait son temps libre à leur faire des gâteaux. Le fil était là. Insignifiant pour elle, et pourtant base sur laquelle elle a pu construire un métier, grâce au regard bienveillant sur un talent qu’elle ne voyait pas.

Ma troisième raison d’espérer est là. La « peur d’être autonome » peut s’affronter grâce à l’échange et à son rôle de révélateur des ressources qui sont invisibles à nos yeux. Les lieux et les occasions de se parler avec bienveillance se multiplient, à bas bruit. J’en cite deux, modestes mais tellement utiles : à Grenoble, la Chimère citoyenne rend possible des rencontres improbables et riches ; à Lyon, les Raconteurs d’itinéraires professionnels ouvrent la voie à des échanges décomplexés sur le sujet si délicat de l’orientation.

 

Voir dans les migrants non des envahisseurs mais des personnes à l’élan vital réconfortant ; constater l’attrait nouveau de modes de réussite moins centrés sur la réussite matérielle ; partager une manière de vaincre la peur qui mine notre société… voilà les trois raisons d’espérer qui ont animé pour moi ces derniers jours de 2015. Je vous invite, si vous le souhaitez, à partager les vôtres. Beaucoup d’esprits forts se moquent du « feel good ». je ne dois pas être assez fort (et n’ai pas envie de le devenir) pour résister aux petits bonheurs des pensées positives !

Je vous souhaite une année 2016 heureuse, riche de rencontres et forte de tous les liens tissés jour après jour.

Arrêtons de faire les papillons !

 

Il est urgentissime de sortir de l’impuissance qui frappe l’action politique si l’on veut éviter le retour aux tentations populistes. Le volontarisme de 2007 incarné par Sarkozy mais aussi par Royal, qui avait un temps redonné confiance dans la politique, n’est plus crédible.

L’impuissance nait, comme souvent, de l’aveuglement : nous sommes comme ces papillons qui butent contre la vitre alors que l’autre battant de la fenêtre est grand ouvert. Le carreau invisible, contre lequel nous nous comportons en papillons affolés, c’est notre conception erronée, pourtant apparemment de bon sens, de la « sortie de crise ».

Il faudrait

–          organiser la relance (avec une variante entre gauche et droite sur le passage préalable par une purge de nos finances publiques),

–          redonner la primauté au politique pour sortir la société de ses errements individualistes,

C’est effectivement, apparemment la direction à prendre : PLUS d’activité économique, PLUS de politique. On voit le ciel bleu… et pourtant on est toujours derrière la vitre.

Le problème vient du fait que nous raisonnons en PLUS et en MOINS sans nous intéresser réellement aux manières de faire. Or tout est dans le comment. Plus de politique ? Oui, je ne cesse de l’écrire mais certainement pas par le volontarisme bonapartiste d’un Sarkozy et sans doute pas non plus par la recherche de compromis socio-libéraux à la Hollande.  Pour l’un comme pour l’autre, la politique est l’affaire de professionnels qui doivent faire face à une société en décomposition.  Nous avons ici beaucoup écrit sur notre vision exactement inverse du rapport société/politique, sur la manière de refaire la politique, non pas contre les individus mais avec eux, en misant sur leur capacité à agir, en facilitant leurs initiatives par des démarches d’empowerment. Nous avons souvent proposé l’oxymore de « volontarisme modeste » pour tenter de donner à voir l’attitude que devrait avoir un président de la République misant sur les ressources de la  société civile. Nous ne développerons pas ce point essentiel et premier. C’est l’objet de mon livre en cours de publication.

Intéressons-nous ici à la deuxième révolution mentale à opérer, celle qui concerne la croissance. Il faut sans doute rechercher des voies similaires : comprendre ce qui ne va pas dans les ambitions apparemment de bon sens et tenter le pas de côté.

Pas un jour sans que les politiques de gauche ou de droite n’évoquent l’indispensable retour de la croissance pour sortir de tous nos maux, à commencer par le chômage. Hors de la croissance, point de salut ! On mène une politique de réduction des déficits qui conduit inéluctablement à la récession ? C’est pour que la croissance reparte sur des bases saines. On se rend compte des dégâts écologiques de notre modèle économique ? On invente le concept fumeux de croissance verte. La croissance est toujours présentée comme l’objectif à atteindre, même si c’est par des chemins détournés. Tous les dogmes peuvent être oubliés sauf celui-ci. Même le concept de « décroissance » semble avoir été inventé pour empêcher de penser autrement qu’en termes de croissance. Décroitre fait irrémédiablement peur au plus grand nombre. L’alternative à la croissance n’est pourtant pas la décroissance mais la non-croissance, ce qui n’a rien à voir. La croissance est une forme de déséquilibre, tout comme la décroissance. L’équilibre, c’est la vie même. La vie n’est pas absence de mouvement, la non-croissance, de même, n’est pas une situation figée à jamais. C’est un monde où on accepte la succession de phases de croissance et de décroissance. Un exemple qui risque de faire bondir certains : j’ai toujours trouvé stupide que les salaires doivent croître tout au long de l’activité professionnelle. Pour moi il serait normal qu’ils croissent jusqu’à une phase de maturité puis déclinent doucement (pour ceux qui ne sont pas aux minimums sociaux) en raison d’une moindre rentabilité  et aussi d’une diminution des besoins. L’emploi des seniors en serait grandement facilité. Autre point, fondamental : dans un monde aux ressources finies, on croît toujours au détriment d’un autre. L’Allemagne ne peut avoir des excédents commerciaux que parce que d’autres ont des déficits. Il est donc idiot de voir l’Allemagne comme vertueuse, quand sa prétendue vertu nécessite l’existence de dispendieuses cigales !

Si la croissance n’est pas un objectif, que doit-on viser ? Recherchons l’équivalent du « volontarisme modeste » que nous évoquions pour la politique. Imaginons une « relance sans croissance ». Pour cela partons de deux questions-clés : quelles sont les activités les plus créatrices de richesses qui se multiplient en se partageant, quelles sont les activités qui nécessitent le moins de ressources non renouvelables ? Plusieurs économistes explorent cette voie que ce soit Jean Gadrey (Adieu à la croissance) en France ou Tim Jackson (Prospérité sans croissance) en Grande-Bretagne. Roger Sue dans son dernier livre (Est-on prêt à changer vraiment ?) décrit aussi cette économie qui intègre le social, non comme un complément à l’économie mais comme une part intrinsèque d’une économie politique. Et sans tomber dans des approches collectives pilotées par la puissance publique ! Le social est affaire d’individus qui se relient et agissent ensemble au travers du lien d’association. On voit dès lors qu’il n’est plus pertinent de traiter d’un côté de politique et de l’autre d’économie. Quand donc les politiques vont-ils comprendre que l’action citoyenne est une richesse économique à part entière et à un triple titre :

–          les activités réalisées sont utiles socialement et écologiquement bénéfique : co-voiturage, formation mutuelle, entraide intergénérationnelle,…

–           les liens qu’elle permet entre les personnes peuvent contribuer à réduire les multiples coûts cachés liés à l’isolement, au stress et à toutes les formes de pathologies sociales que génère notre mode de vie

–          elle développe les « compétences transversales » (autonomie, débrouillardise, créativité,…) dont les entreprises commencent à bien comprendre l’intérêt  au travers des partenariats qu’elle nouent avec les associations,

Vision éthérée, à l’heure où on semble retrouver l’impératif industriel et où chacun entonne de martiaux appels à « produire français » ? Oui si nous devions revenir à l’industrie des trente glorieuses. Mais les industriels, mieux que les politiques, savent que ce rêve de retour est absurde, pas seulement à cause du dumping social des émergents, mais plus encore en raison d’un facteur trop négligé : la raréfaction des ressources, bien au-delà des terres rares (les réserves de fer seront épuisées d’ici 2050). Même l’industrie doit se réinventer, non pas par une course effrénée à l’innovation technique qui pousse au gaspillage (cf. les versions toujours plus rapprochées de nos joujoux technologiques genre smart phones ou tablettes) mais par les approches de l’économie circulaire et de l’économie de la fonctionnalité. Ainsi à Synergence, nous accompagnons un industriel français dans son exploration de nouvelles manières de concevoir son métier, en tant que fournisseur d’accès à un service. Ça l’amène à tout repenser, y compris à imaginer de nouvelles formes de convivialités à développer autour de ces appareils qu’on achète aujourd’hui individuellement et qu’on abandonne au fond de nos placards après seulement quelques usages.

Pour que cette économie sans croissance voie le jour, il lui faut une boussole. Nous devons pour ça apprendre à faire des liens entre des champs aujourd’hui séparés. Il faut compter autrement pour valoriser toutes les activités créatrices de richesse. Revoir notre mesure de la richesse est donc une tâche essentielle, sinon les responsables politiques continueront à nous entraîner dans la mauvaise direction en croyant bien faire. Il est effarant que la crise, au lieu d’accélérer la mise en place des mesures du rapport Stiglitz, ait conduit à son enterrement ! Heureusement, là encore, des entreprises n’attendent pas que les politiques se décident : les initiatives se multiplient pour inventer de nouvelles comptabilités…