Les Roms, l’Europe et le tirage au sort

Un courrier reçu récemment mérite, je crois, d’être partagé et commenté… et peut-être de déboucher sur une initiative inédite. Plus encore que d’habitude, vos commentaires seront précieux pour sentir s’il est pertinent d’avancer sur ce sujet délicat, puisqu’il lie des questions elles-mêmes propices aux polémiques !

Un courrier reçu récemment mérite, je crois, d’être partagé et commenté… et peut-être de déboucher sur une initiative inédite. Voici donc d’abord le courrier. Il a été envoyé par Guy E avec qui nous pratiquons le ping pong intellectuel depuis déjà plus de 20 ans !

Même si cela ne se manifeste guère, je continue d’être attentif à tes réflexions. Et notamment à tes récurrentes allusions à un éventuel système de jury plutôt que d’élection pour penser et fabriquer la loi. Oui, c’est une suggestion d’autant plus intéressante que les assemblées législatives issues des élections montrent chaque jour un peu plus leurs limites. Mais comment faire avancer cette proposition autrement qu’en la confrontant à un cas concret, à une mise à l’épreuve ? Or il est, me semble-t-il, une thématique qui s’y prêterait; je veux parler de la question des Roms ou préfèrerais-je dire du « peuple tsigane », à partir d’un article de Andrzej Stasiuk paru dans l’Espresso et repris par le Courrier international (n°926 d’août 2008) intitulé: « Sans eux nous ne serions rien »

j’intercale ici dans le texte de Guy quelques extraits pour mieux suivre son propos. L’article complet est là.

J’ai toujours pensé que l’Europe unifiée était la solution idéale pour les Tsiganes. Qui davantage qu’eux a subi l’oppression de frontières étroitement surveillées ? Qui davantage qu’eux a fait l’expérience d’être des hôtes à peine tolérés des Etats-nations ? Qui davantage qu’eux s’est senti étranger partout, de l’Oural à Gibraltar ?

Cela ne sert à rien de les obliger à être comme nous. Le vrai défi européen consiste à faire survivre les Tsiganes sous la forme qu’eux-mêmes voudront choisir. C’est là que nous ferions la preuve de notre européanité.

Après sa lecture je m’étais dit que les Tsiganes devraient être considérés comme un peuple à part entière, le 29° de l’UE, et non comme le sous-ensemble de divers pays (Roumanie, Bulgarie, Hongrie…). L’histoire a fait qu’ils s’y sont concentrés sans pour autant s’y sentir citoyens à part entière et comme tels représentés par leurs institutions. De plus, il est assez injuste de demander à ces pays de régler le problème alors même qu’ils ont été finalement plutôt plus hospitaliers à l’égard de ces nomades que d’autres pays, comme le nôtre, qui eux n’ont su (et continuent de ne savoir) que les chasser.

Le problème est que l’UE ne connait que des Etats-nations avec des territoires et des peuples sédentaires. Ah les pauvres nomades: Caïn ne saura-t-il donc jamais en finir avec Abel qu’en le tuant ? D’où le questionnement à poser à un éventuel « Jury » législateur » : « Quelle place en Europe pour un 29° Etat sans territoire ? Quelles institutions pour le représenter ?…. « 

Il semble que la question dite « des Roms » soit en passe de devenir suffisamment grave pour qu’il devienne nécessaire de la traiter au fond. Et ce, en particulier parce qu’à partir du 1° janvier prochain ils seront citoyens européens à part entière et devront être traités comme tels; ils ne pourront plus être renvoyés manu militari dans leur(s) (faux) pays. C’est la raison pour laquelle M. Valls a fait la sortie que l’on sait, appuyé par de nombreux élus locaux (dont G. Collomb) qui ne savent plus comment s’en sortir. Ce qui veut dire que ces élus seront peut-être enfin attentifs aux idées neuves et à l’affectation de moyens pour les faire émerger. Et donc pourquoi pas à celles qui se dégageraient d’un procès sur l’avenir du peuple Tsigane européen. Je verrai bien la Fondation des Sciences Politiques s’associer avec son aura, ses chercheurs… à une telle opération.

Ce n’est qu’une idée. Comme toujours et plus encore qu’habituellement, elle ne représente que 1% (et encore) d’inspiration au regard des 99% de transpiration nécessaires pour la faire avancer…

 

Je trouve comme souvent l’intuition de Guy séduisante : elle procède de deux qualités indispensables pour innover :

  1.  savoir faire le pas de côté pour arrêter de faire « toujours plus de la même chose » (les Roms ne s’intègrent pas alors forçons-les à s’intégrer … et s’ils ne veulent pas forçons les à partir !). Si on renonce à imposer cette alternative, l’intégration ou l’exil, l’imagination peut se déployer. L’idée d’un 29ème Etat non territorialisé stimule la réflexion. A la fois pour ce qui concerne les Tsiganes dont la singularité prendrait de la valeur puisqu’on inventerait pour eux une altérité enfin positive. Mais aussi pour l’Europe dont la citoyenneté deviendrait concrète puisqu’elle serait la condition de cet Etat sans terre, le territoire européen tout entier devenant l’espace de référence des Tziganes.
  2. proposer des liens entre deux questions sensibles qui se confortent ainsi mutuellement. L’addition de la question Roms et de la question du Tirage au sort est intéressante ! Pour réussir à traiter la question Roms de manière complètement neuve, il serait effectivement utile de sortir de l’habitude bien française de convoquer une commission d’experts ou de sages ! Pour réussir à populariser l’idée du Tirage au sort au-delà des tentatives faites sur des sujets plus obscurs, il est astucieux de prendre appui sur la question polémique du moment.

Doit-on alors s’engager sans plus tarder dans l’expérimentation de cette idée ? A ce stade, une chose me dérange : on est encore à vouloir faire le bonheur des autres malgré eux. Que pensent les Tziganes ? Quelle vie veulent-ils vivre ? Quels rapports veulent-ils nouer avec les populations qu’ils côtoient ? On entend souvent les gens qui protestent du voisinage subi, on entend encore les associations qui viennent en aide aux Roms… mais la parole des intéressés est beaucoup plus rare. Rien ne serait pire que de « réussir » un superbe exercice démocratique sans partir d’une attente des personnes directement concernées. Ce serait de la rhétorique pure. N’oublions pas le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ! Nous qui cherchons à promouvoir une démocratie sociétale, bottom-up misant sur l’empowerment, il serait intéressant de commencer par dialoguer avec les Tziganes.

 

 

 

 

 

 

 

3 réflexions sur « Les Roms, l’Europe et le tirage au sort »

  1. Bonjour Hervé et merci pour cet exercice de prospective stimulant. Si tu veux, je peux t’inviter à venir dialoguer avec une famille rom que je connais (on les a cachés dans un jardin récemment où ils vivent en ce moment) ; tu pourras te faire une idée par toi-même et ainsi peut-être témoigner d’une parole en propre.
    Bien à toi,

  2. Apparemment cette suggestion n’enthousiasme pas les foules ! Mais « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre… », notamment quand on se veut « citoyen entreprenant ».
    Ceci étant, commencer par essayer de cerner ce que les Tsiganes eux-même souhaitent -se sédentariser ou pas- ne me parait pas aisément possible. Et de surcroît peu nécessaire en regard de la problématique qui consisterait à évaluer la capacité législative d’un jury par rapport à celle d’une assemblée élue. La pertinence de tester cette alternative sur ce cas (des Tsiganes) vient de ce que les assemblées élues semblent totalement à court de saines propositions.

  3. Bonjour Hervé,
    Ce dernier article m’a particulièrement intéressée car sur le tirage au sort et comme sur la question Rom il me parait que ce sont deux questions très actuelles et urgentes à « traiter » !

    Personnellement, je suis très sensible à cette question des tsiganes de part un « trou » dans mon arbre généalogique qui, pour le moment n’a trouvé d’explication que dans l’hypothèse d’un nom tronqué pour échapper à la discrimination due à une filiation tsigane…. (bon, ça a l’air compliqué mais je veux juste dire que ça me touche particulièrement….)

    Par ailleurs, je pense qu’il ne faudrait pas aborder toujours ce sujet comme si les roms étaient des enfants et qu’on devait décider pour eux…mais plutôt à partir de nous, les « sédentaires » : à partir d’où cela nous pose problème ici et du coup c’est là dessus qu’il faut peut être essayer de trouver d’autres manières d’approcher la question…et le tirage au sort reste pour moi, une excellente alternative à nos systèmes actuels en limite d’efficacité !
    Claudine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *