Désoublier

Les crises qui s’accumulent nous poussent à l’oubli. Simplement pour ne pas nous effondrer. Mais l’oubli, on le sait bien, ne résout rien, au contraire. il nous faut parvenir à en sortir. Et si nous apprenions à désoublier ?

Replongé dans les débuts de la guerre en Ukraine avec le documentaire de Guy Lagache, je me rendais compte avec stupéfaction à quel point ma mémoire était défaillante : l’Irpin découvert au début de la  guerre comme point limite de l’avancée des Russes aux portes de Kiev était la ville où plus tard les cadavres jonchaient les rues… et je n’avais pas fait le lien ; le sommet de Versailles m’était complètement sorti de la tête, etc. Il y a quinze jours, je partageais l’émotion et la colère d’Abdennour Bidar face à l’oubli dans lequel on rangeait rapidement le Covid comme s’il était temps de passer à autre chose sans faire l’indispensable retour sur ce qui s’est passé depuis deux ans.

Oubli personnel, oubli collectif. Nous oublions de plus en plus vite, assommés par une actualité qui ne nous laisse aucun répit : catastrophes climatiques en série, épidémie, guerre, crise économique… Face à l’oubli, le pire, le tragique même, Jacques Brel l’a très bien résumé : On n’oublie rien de rien / On n’oublie rien du tout / On n’oublie rien de rien / On s’habitue c’est tout… C’est un peu ce qui m’est arrivé avec Irpin. Avec l’habitude, on ne traite plus l’information : on la reçoit, elle vous ébranle mais elle n’est plus intégrée, reliée. En quelque sorte, elle reste à l’extérieur, on « refuse » de l’assimiler. Cette habitude n’est pas de l’indifférence, c’est une protection, un réflexe de survie face à l’agression de trop. On a tous vécu cette bulle de protection qui nous offre de rire avec nos proches alors qu’on est en train d’enterrer un membre aimé de la famille. Cet oubli ou plutôt cette mise à distance du chagrin contribue aussi à notre sauvegarde. Oui, nous avons besoin de l’oubli et les vacances qui approchent, on le sait, vont nous couper utilement de cette actualité tellement anxiogène. Le vide, la vacance, que nous offrent les vacances sont des ressources précieuses.

Mais on ne peut pas en rester là, naturellement. L’oubli est un moment mais il ne doit être qu’un moment. Il faut sortir de l’oubli. Se rappeler ? se souvenir ? Aucun de ces deux mots ne dit vraiment le travail que nous avons à faire. J’oublie / je me rappelle. Comme s’il y avait une inversion naturelle de l’oubli. On/Off. J’oublie  / je me souviens. C’est un autre registre, le passé revient à la mémoire et reste un souvenir, il ne fait que colorer le présent de nostalgie. Plaisant et triste, le souvenir n’est qu’une carte postale jaunie, la consultation de ses archives personnelles. Le travail contre l’oubli dont nous avons besoin est d’un autre ordre. Il nous faut… « désoublier ». Et ce n’est pas ce qu’on appelle le « devoir de mémoire » un mot qui m’a toujours agacé par son caractère injonctif, moralisateur (le bien et le mal sont connus et figés dans l’éternité). Il ne s’agit pas ici d’un « plus jamais ça » mais plutôt d’un effort pour examiner à nouveaux frais ce qu’on a trop vite choisi d’oublier. Abdennour Bidar le dit très justement à propos du Covid dans la tribune publiée par Le Monde que j’évoquais plus haut :

Il nous faut un très large débat démocratique « pour prendre soin et nous soigner collectivement de tous les traumatismes qui nous ont été imposés, pour retisser les liens déchirés, pour réparer les injustices subies, pour être particulièrement attentifs aussi aux risques futurs de la suspension certes provisoire mais inquiétante de nos libertés pendant la crise ».

Plus que le terme de débat, toujours chez nous indissociable de la confrontation des opinions, j’utiliserais volontiers le terme de conversation. Une grande conversation à travers tout le pays au cours de laquelle on peut se dire les choses franchement mais dont on attend surtout la capacité à imaginer un avenir où la santé devient véritablement notre affaire à tous.  Et là nous saurons inventer d’autres manières de vieillir que dans des Ehpad, d’autres manières de rester en bonne santé qu’en ingurgitant toujours plus d’antidouleurs, d’autres manières d’interagir avec les soignants que de les applaudir à 20h et de les injurier aux urgences.

Désoublier, nous devons le faire tout autant à propos de la guerre en trouvant des manières d’être solidaires des Ukrainiens, peut-être, par exemple, en acceptant collectivement de rouler seulement à 100 km/heure sur la route de nos vacances (pour consommer moins d’énergie et réduire ainsi très sûrement les ressources de Poutine).

Désoublier est bien sûr encore plus indispensable par rapport à la crise du Vivant et la crise climatique pour avancer vraiment vers la frugalité qui nous rendra enfin possiblement heureux hors des addictions multiples qui sont celles de la société de consommation. Multiplions les conversations, les échanges pour que naissent des envies d’agir à la hauteur de l’enjeu qui est le nôtre pour maintenir l’habitabilité de notre monde. L’oubli nous aide à survivre mais il est urgent que nous comprenions que le désoubli, seul, nous aidera à vivre.

Au fait, pour les Québécois, désoublier, c’est sortir de l’état d’ivresse, c’est désaouler ! Mais en réalité notre oubli est bien une forme d’ivresse, de refus de la réalité ! Sachons donc oublier ET désoublier. Mais surtout, n’oublions pas de désoublier à la rentrée.

Extrême !

Victoire des extrêmes ! Ingouvernabilité ! Et si c’étaient ces jugements péremptoires qui constituaient les réels extrêmes ? Gardons un peu de sérénité et ne perdons pas de vue la crise démocratique sous-jacente

Extremus : le plus à l’extérieur, le dernier, le pire. Ce superlatif latin a été employé ad nauseam et vidé de son contenu pour parler de la politique française, tous bords confondus, jusqu’à l’absurde « extrême centre » utilisé par le président de la République pour se démarquer. Mais depuis une semaine l’extremus, le pire, le plus extérieur à la réalité me semble être dans les commentaires des résultats des élections législatives : « Blocage des institutions, ingouvernabilité, chaos… ». La montée aux extrêmes d’emblée ! Il est temps de revenir à plus de mesure. Non la France n’est pas ingouvernable. Non l’Assemblée élue dimanche ne reflète pas un éclatement du pays en factions irréconciliables. Nous sommes tellement conditionnés par le présidentialisme, exacerbé depuis 2007 et la victoire de Sarkozy, que nous ne voyons plus que c’est lui, le présidentialisme qui constitue une anormalité et que les élections législatives nous ramènent plutôt dans la normalité démocratique que connaissent un grand nombre de nos voisins.

Jérôme Jaffré rappelait, à C dans l’air, une évidence : le président a une majorité relative que la NUPES et le RN coalisés ne permet pas de renverser, si LR s’abstient. Obtenir l’abstention de LR n’est évidemment pas hors de portée ! Cet affolement généralisé face au risque d’ingouvernabilité traduit bien l’incapacité à accepter l’aléa, l’incertitude. La politique a trop été transformée en gestion sans âme et pleine de certitudes pour ne pas apprécier cette nécessité du dialogue et du compromis ! Il est quand même incroyable de se plaindre à la fois d’avoir eu depuis des années des Assemblées sans rôle effectif et d’en avoir enfin une qui échappe au carcan des majorités godillots ! Un peu de cohérence, tout de même ! Continuer la lecture de « Extrême ! »

Pouvoir d’achat, pouvoir d’agir

Il est nécessaire et urgent de s’interroger sur l’enfermement de la politique dans la défense du pouvoir d’achat. Et si nous sortions de cette obsession en réfléchissant en termes de pouvoir d’agir ?

Le pouvoir d’achat serait donc la grande question du moment, celle qui doit orienter le début du nouveau quinquennat toutes affaires cessantes. C’est absurde et dangereux même si c’est politiquement incorrect de le dire. Jamais personne n’interroge cette notion étrange qui lie pouvoir et achat. Le pouvoir d’achat n’est pas un pouvoir ! Il n’y a aucune notion de maîtrise de ses choix dans le pouvoir d’achat, on ne parle que du niveau de consommation accessible. Cette notion enferme le pouvoir dans le quantitatif. Améliorer le pouvoir d’achat ne consiste qu’à augmenter la consommation. Les mots ne sont jamais neutres. On pourrait facilement parler de niveau de vie (même si statistiquement les deux notions diffèrent légèrement). En préférant « pouvoir d’achat » on politise artificiellement une donnée quantitative en la transformant en prétendu pouvoir. Nous nous focalisons donc sur la capacité à consommer comme principal critère du pouvoir que nous détenons. Plus grave nous finissons par considérer que ses moindres variations à la baisse sont une amputation de notre pouvoir. L’Etat est alors sommé de nous restituer du pouvoir d’achat dont nous serions indûment privés. Peu importe que les sécheresses ou les guerres fassent monter le prix des matières premières agricoles, notre pouvoir d’achat est sacré et rien ne doit l’amputer. Tout cela est toujours justifié par l’existence de ménages qui en sont à l’euro près pour boucler leur fin de mois. Il devient dès lors très malséant, surtout pour quelqu’un qui n’a pas de problème de fin de mois, de questionner cette approche. Et pourtant quelqu’un qui s’intéresse au pouvoir d’agir depuis plus de vingt ans ne peut pas laisser réduire le pouvoir d’agir des citoyens au pouvoir d’achat du consommateur. Je passe à dessein du pluriel au singulier ! Le pouvoir d’achat est forcément individuel alors que le pouvoir d’agir fait passer du singulier au pluriel, de l’individu au commun ou au collectif.

Nous savons que notre consommation doit baisser pour limiter la pression que nous exerçons sur les ressources naturelles et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le pouvoir d’achat devient sous cet angle un « permis de détruire ». A l’inverse de ce qui se répète à longueur de temps, ne devrait-on pas tirer parti de ces hausses de prix contraintes pour revoir en profondeur nos pratiques de consommation ? Nous avons d’autant plus besoin de développer notre pouvoir d’agir que notre pouvoir d’achat va – et doit – baisser ! Troquons une illusoire (et dangereuse à terme) hausse du pouvoir d’achat pour une capacité collective à nous organiser afin de réduire nos besoins de déplacements individuels, modifier nos pratiques alimentaires, enrichir nos loisirs avec des pratiques sociales ne nécessitant aucun abonnement ni aucune livraison express… Imaginons des façons d’habiter qui permettent de rompre avec l’étalement urbain. Développons un tourisme de proximité pleinement dépaysant. Mais on le sait, inventer d’autres modes de vie demande du temps, de la réflexion et des incitations à sauter le pas. La bonne nouvelle c’est que ce pouvoir dépend de nous alors que le pouvoir d’achat est largement contraint, et cela toujours davantage. Les dépenses pré-engagées pèsent d’autant plus lourd que le revenu du ménage est modeste : elles représentent ainsi 61 % en moyenne du revenu disponible des « pauvres » contre 24 % pour les « aisés ». La vie des idées qui publiait ces chiffres parlait pour cela d’impouvoir d’achat.

ET SI NOUS poussions nos dirigeants non pas à nous accorder des bons d’achats ou des réductions toujours ponctuelles et toujours insuffisantes mais à consacrer ces milliards à organiser dans tous les quartiers, dans tous les villages des rencontres du pouvoir d’agir où nous inventerions localement des solutions concrètes pour mieux vivre en dépensant moins ?

Beaucoup

Il y a des mots auxquels on ne prête plus vraiment attention. Et pourtant à un moment, on les considère et leur étrangeté nous saute aux yeux. Hier c’est le mot « beaucoup » qui est brutalement sorti de sa banalité au point de me précipiter chez mon ami Alain Rey. Récit de voyage au pays des mots, si, comme moi, vous avez envie de vous changer les idées !

Il est bizarre ce mot, non ? Où est la beauté ? Où est le coup ? Comment un beau coup a-t-il pu devenir cet adverbe exprimant une grande quantité ? En réalité c’est bien parce que beau ne parle pas seulement de beauté et coup de choc. Des expressions nous le rappelle : il y a belle lurette, à belle distance, un beau détour… Le beau signifie ici la grandeur. Et dans « boire un coup », normalement, il n’y a pas de coup porté ! On évoque simplement une quantité, sans la préciser. Un beau coup c’est donc une belle quantité. Et une belle quantité c’est beaucoup ! On voit bien dans cette expression devenue adverbe qu’elle ne remonte pas au latin. Beaucoup a donc remplacé un mot antérieur qui doit subsister à l’état de traces puisque rien ne disparaît tout à fait dans une langue. C’est bien sûr moult, issu du latin multum : moult détails, en moult occasions… Multum reste aussi indispensable pour créer des mots composés (multiprise, multifacette,…) qu’on aurait plus de mal à fabriquer avec beaucoup (une beaucoup-prise ?!).

Aujourd’hui beaucoup est à son tour attaqué par un adverbe employé de manière impropre mais de façon tellement récurrente que cet usage va sans doute finir par se normaliser. Après avoir presque remplacé « très », « trop » s’en prend à « beaucoup » et gagne du terrain. Un « j’aime trop !! » n’évoque plus un amour inconsidéré (encore que…) mais simplement le fait qu’on apprécie beaucoup, la dernière chanson de Pomme, la confiture à la mandarine ou le dernier Goncourt (c’était quoi déjà ?). En remplaçant beaucoup par trop, on se met à parler comme la pub qui nous vend depuis des années des voitures nécessairement suréquipées. A force de vouloir beaucoup, et en réalité toujours plus, la norme devient le trop. Le trop c’est la transgression facile. Le plaisir de l’interdit encouragé par la société de consommation.

Mais avec un peu d’espoir et de malice, on pourrait avoir la lecture inverse : n’est-on pas en train de reconnaître que « beaucoup » c’est déjà trop, que nous sommes affolés par les quantités que nous consommons ? Notre subconscient parlerait à notre place. Un jour peut-être, dans la société de la frugalité qui aura succédé à notre monde vraiment trop, « beaucoup » sera remplacé par « assez » (qui a signifié beaucoup au Moyen-âge) ! On reparlera de belle quantité en insistant sur la beauté et non sur la grandeur. On inventera une esthétique du peu. « Un doigt de porto », « juste une larme », « une lichette » ne nous apparaîtront plus surannés. Nous multiplierons les expressions pour dire notre satiété, notre contentement de peu, nous aurons la parcimonie heureuse ! D’accord j’en fais un peu beaucoup… Trop ?

Par delà les Présidentielles

Petit essai de théorisation d’une démocratie des « pôles d’attractions » où la décomposition du paysage politique en trois blocs serait en réalité l’émergence d’une autre géométrie politique. Une tentative de voir des raisons d’espérer dans une actualité à la fois morose et anxieuse.

« La décomposition du paysage politique se poursuit ! » Telle est globalement la teneur des propos des commentateurs politiques au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. Le PS à moins de 2%, LR à moins de 5% : il y a bien lieu d’y voir un séisme politique. Mais est-ce que les trois blocs qui émergent ne sont qu’une agrégation fragile et éphémère comme le laisse entendre par exemple Thomas Legrand dans son éditorial de lundi matin ? Il constate que ni Mélenchon, ni Le Pen, ni Macron ne doivent leur score à une adhésion profonde à leur projet « évanescent » mais plutôt à des circonstances qui ont réuni des électeurs venus de bords différents : par exemple les écologistes chez Mélenchon ou la droite libérale chez Macron. Pour Legrand la décomposition est encore en cours et il désespère de voir poindre la recomposition.

Je lisais le même jour sur LinkedIn (oui, oui, ce réseau social professionnel devient de plus en plus un espace de réflexion sur le monde comme il va) un post de Florent Guignard, connu pour avoir créé un journal de décodage de la politique très pédagogique, Le Drenche. Pour lui il y a bien émergence de 3 pôles idéologiques en France qui ne se situent plus sur une ligne droite-gauche. Je résume mais vous invite à le retrouver sur LinkedIn. Le pôle incarné par Emmanuel Macron a comme « croyance principale que la croissance économique apportera le progrès et le bien-être individuel ». Le second, réuni autour de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour est le pôle nationaliste / identitaire / souverainiste. Le troisième pôle « pense que la priorité doit être la préservation de l’environnement, la lutte contre le changement climatique, et une meilleure répartition des richesses ». Ces trois pôles sont, pour lui, trois idéologies autonomes et « il n’y a pas de raison que l’idéologie capitaliste ou libérale se retrouve au centre. Ce dogme n’est ni plus modéré ni plus raisonnable que les deux autres ». Il vaudrait donc mieux les représenter sous la forme d’un triangle, conclut-il. Continuer la lecture de « Par delà les Présidentielles »

Programme

Retour sur un mot qu’on a forcément entendu au cours de la campagne. Mais un mot qui est de plus en plus le fantôme d’un autre temps. Il serait nécessaire que l’on en prenne conscience pour que la démocratie reprenne de la vigueur à un moment où elle pourrait vaciller.

Qui utilise encore le terme de « profession de foi », désignation officielle de la propagande électorale ? On dit plutôt : « T’as reçu les programmes des candidats ? » Alors même que l’on ne cesse de regretter que les postulants à la présidence n’aient plus de programme on feint de croire que ce quatre-pages avec photo en Une pourrait en tenir lieu ! Tout le paradoxe de notre rapport à la politique tient dans cette confusion des termes. Des programmes sont bien élaborés par les candidats mais ils ne sont plus lus, à peine présentés au cours de la campagne, essentiellement évalués par une multitude de comparateurs, à la manière des lave-linges dans 60 Millions de consommateurs. On feint de vouloir des programmes sans avoir l’intention de les lire ; on prend pour des programmes ce qui n’est qu’une simple propagande calibrée pour la campagne officielle. Je trouve ça, à la réflexion, plutôt sain. Il y a une forme de vérité paradoxale dans cette dérive.

Et si on arrivait enfin à se dire clairement que les programmes n’ont aucun sens, aucune utilité, que tout le monde le sait, les candidats les premiers, puisque la plupart d’entre eux ont remplacé toute démarche programmatique un peu charpentée par une liste de mesurettes calibrées pour leurs passages au 20h de TF1 et la satisfaction de catégories bien précises d’électeurs potentiels (les chasseurs, les profs, les seniors,…). Un simili-programme que l’on pourra mettre en œuvre dans les fameux « cent jours » et dont on pourra dire, au bout d’un an, qu’il est réalisé à près de 80% ! Et si on arrêtait cette mascarade, ce jeu de dupes qui sape la confiance dans l’effectivité de la démocratie ?! Et si on reconnaissait que la notion même de programme est périmée dans un monde aussi incertain et complexe ? Programme renvoie pour moi à l’informatique ou même au métier Jacquart qui exécute ce qu’on a écrit à l’avance (c’est l’étymologie même du mot : pro à l’avance ; gramma inscription). Les programmes politiques sont à peu près aussi dépassés que les programmes télévisés consultés encore par les habitués vieillissants de la télé de flux à l’heure des replays et des plateformes. Les programmes supposent des réalités certaines, des mondes stables, des avenirs prévisibles, des humains dociles. Plus rien de tout cela ne subsiste mais nous continuons à faire comme si.

De quoi aurions-nous besoin alors ? Trois choses seulement : 1/ une vision d’une priorité qui va conditionner tout le quinquennat, qui va colorer toutes les mesures sectorielles que l’on va prendre chemin faisant 2/ une méthode qui explicite comment on va embarquer la société dans sa diversité puisque le politique n’a de force que s’il accompagne/encourage/facilite les évolutions des acteurs que nous sommes tous 3/ quelques repères de choses qui devront avoir changé à la fin du mandat (pas des objectifs chiffrés, des situations vécues qui devront avoir disparu ou au contraire des situations qui devront pouvoir être vécues à l’échéance du mandat, en conformité avec la vision). En réalité, nous avons besoin de quelque chose qui ressemble à … une profession de foi. En sachant que la foi n’est pas une croyance mais une fidélité, une fidélité à sa parole. Nous aurions dû nous rappeler qu’en 2015, nous avons déjà donné notre parole lors de la signature des accords de Paris. Nous avons une promesse à honorer à l’égard de nos enfants et des enfants de nos enfants : maintenir l’habitabilité de la Terre en limitant le réchauffement de la planète en dessous des 2°. Le programme est là, l’exigeante direction en tous cas. Je trouve affolant que la campagne n’ait pas été centrée absolument, viscéralement, instamment sur la manière dont chaque candidat allait s’employer à tenir cette promesse. J’en veux beaucoup aux médias pour leur pusillanimité à cet égard. Même la guerre en Ukraine aurait dû nous ramener à l’obsession de réussir une transition écologique, démocratique et désirable. Nous avons encore plus le devoir d’être exemplaires, de montrer au monde que la démocratie sert à se confronter au réel (même terriblement angoissant) de façon juste. Voilà le seul programme, non, la seule profession de foi qui vaille à mes yeux. Hélas, on en est tellement loin.

Nous (ne) sommes (pas) en guerre

La guerre est entrée dans nos têtes. Nous regardons en boucle les images en provenance d’Ukraine. Sidérés. Pressentant sourdement que tout peut advenir. A nouveau, le retour au « monde d’avant » s’éloigne. Comment sortir de l’impuissance qui nous saisit ?

On se rappelle l’anaphore du président quand la première vague du Covid-19 s’est révélée meurtrière : « Nous sommes en guerre ! ». A l’époque j’avais contesté l’usage de cette expression. Pas de guerre possible contre un virus disais-je en substance. Aujourd’hui nos dirigeants affirment sur tous les tons : « Nous ne sommes pas en guerre », sauf l’imprudent M. Le Maire qui avait osé évoquer une « guerre économique totale » contre la Russie. Face au détenteur du deuxième arsenal nucléaire du monde, refuser d’employer le terme de guerre est plus que compréhensible. Parler de guerre c’est risquer d’être entraînés immédiatement dans une escalade dont on ne peut exclure qu’elle aille jusqu’à l’emploi de l’arme atomique.

Nous sommes dès lors, depuis plus de deux semaines, enfermés dans une réalité qui n’est pas la guerre mais qui n’est plus la paix. On avait parlé de « drôle de guerre » pour parler de la période entre la déclaration de guerre de 39 et l’offensive allemande de juin 40. On pourrait dire que nous sommes dans un « drôle de paix ». La drôle de guerre était une guerre qui tardait à commencer, on peut craindre que la drôle de paix ne soit une paix qui tarde à finir. Le terme de nouvelle guerre froide utilisé depuis l’invasion de l’Ukraine me semble doublement impropre, d’abord bien sûr parce que la guerre en Ukraine n’a hélas rien de froid ensuite parce que la guerre froide avait été justement une capacité à gérer sans guerre directe l’affrontement des blocs. Continuer la lecture de « Nous (ne) sommes (pas) en guerre »

Ukraine, le moment « hectorien »

Achille, Ulysse et Hector. L’Iliade s’invite dans l’actualité. Cette clé de lecture m’a été donnée hier soir par Gaïdz MINASSIAN, journaliste et enseignant à Sc Po. Elle aide à imaginer une autre voie que l’alternative impossible de l’apaisement honteux et de l’escalade guerrière.

« Le monde ne s’arrête pas à Ulysse et Achille ! » Hier soir Gaidz Minassian nous invitait en conclusion de l’émission C Politique à ne pas oublier le troisième héros de l’Iliade. Aux côtés d’Achille, le fort, et d’Ulysse, le rusé, il y a en effet Hector, le sage. « Hector incarne la responsabilité, la lucidité et la paix ». Face aux assauts grecs, Hector est investi de la responsabilité de mener les combats à la place de son père Priam trop âgé. Il résiste dix ans en évitant le combat singulier car il sait que Troie sera prise s’il meurt. Après avoir tué Patrocle l’ami d’Achille, Hector se résout à un combat qu’il sait perdu d’avance et dit adieu à sa femme Andromaque et à son fils Astyanax. Hector n’a combattu que par devoir, sa vie n’était pas tournée vers la gloire comme tant de héros antiques. Nous avons besoin d’un moment « hectorien » nous disait Gaidz Minassian.

Cette attitude est difficile à adopter quand on s’est à ce point désaccoutumé à la guerre que celle-ci, quand elle survient, nous sidère. C’est ce tank isolé qui vient subitement écraser une voiture sur une route de banlieue. L’horreur et l’incompréhension nous saisissent. L’ordinaire de la route et l’extravagance du char, voilà qui résume bien à nos yeux d’occidentaux l’irruption de la guerre dans nos vies. Par contraste, nous sommes fascinés et admiratifs de la résistance calme et déterminée du président ukrainien. Bien sûr il y a des centaines de milliers de réfugiés sur les routes mais des gens ordinaires s’arment et entrent en résistance. Avec suffisamment de force pour un temps au moins ralentir la progression russe. L’attitude de Volodymyr Zelensky n’est sans doute pas étrangère à la fermeté inattendue des européens. Un sursaut de fierté s’affirme et contraste singulièrement avec la pusillanimité que je dénonçais dans mon papier précédant l’invasion, invasion que j’avais fini par penser inutile pour les Russes tant on ne voulait pas voir, du côté occidental, la guerre déjà là.

Si je suis heureux de ne plus avoir honte, je reste particulièrement inquiet des suites de ce conflit et de notre capacité à « penser et agir comme Hector ». Nous sommes bien plus habitués à ruser comme Ulysse avec toutes les désillusions et les péripéties de l’Odyssée. Et si nous avons désappris le recours à la force comme Achille, ce mouvement-là est assez naturel et revient vite. Enfant binoclard et apparemment calme, je me suis souvent révélé capable de me battre, acculé par la peur de déchoir. J’ai l’impression que l’Europe est un peu cet enfant à lunettes qui se rebiffe à la surprise des grands ! Quand les protagonistes sont à ce point différents, presque opaques l’un à l’autre, l’imprévisibilité du combat est à son comble. On est loin de la guerre froide où chacun savait jouer sa partition dissuasive de la destruction mutuelle assurée (MAD selon l’acronyme américain si bien trouvé).

Nous ne comprenons/croyons pas Poutine même lorsqu’il nous dit ce qu’il s’apprête à faire et Poutine ne nous comprend pas davantage puisqu’il n’avait pas anticipé que cette fois-ci nous dirions stop avec plus de force. J’ai lu ce matin un article très informé de l’historienne Françoise Thom qui décortiquait en décembre l’ultimatum de Poutine aux occidentaux. Les Russes envisagent le recours à l’arme nucléaire sans états d’âme, conscients que c’est par ce moyen – renforcé et modernisé ces dernières années – qu’ils peuvent obtenir l’avantage décisif ce qui serait impossible avec le rapport de forces en armes conventionnelles. Le nucléaire pour eux n’est plus tabou mais doit être intégré dans les options militaires. Par ailleurs ils estiment avoir une fenêtre d’opportunité à la fois en raison de leur réarmement et du désarmement moral (supposé) de l’occident. Face à cela les options sont plus que limitées affirme-t-elle : « Si les Occidentaux se montrent fermes, le Kremlin en tire la conclusion qu’ils veulent détruire la Russie ; si les Occidentaux offrent des concessions, le Kremlin en conclut qu’ils sont faibles et qu’il faut foncer ».

Par ailleurs AOC a republié un texte de Jean-Pierre Dupuy qui prend une tout autre dimension que lorsque je l’avais lu distraitement à sa première parution. Il y démontre le risque important de déclenchement d’un conflit nucléaire non voulu par le simple enchaînement des erreurs d’appréciation et des dysfonctionnements de systèmes d’alerte automatisés. Quand on lit ça en temps ordinaire, on se dit que le raisonnement est pertinent mais sans fondement réel. La nervosité ambiante des protagonistes, renforcée par l’incapacité mutuelle à anticiper les réactions de l’autre, donne des sueurs froides.

Que faire ? Comment faire preuve de l’humilité d’Hector dont parlait Gaidz Minassian ? Deux attitudes sont vouées à l’échec : la recherche d’apaisement qui serait vue seulement comme une marque de faiblesse poussant Poutine à poursuivre la soumission de ses périphéries, l’Europe toute entière pouvant être vue par le Kremlin comme une simple marche de l’Empire ; l’engrenage dans l’affichage d’une force qui ne serait que rodomontades (« faisons entrer l’Ukraine dans l’Union européenne » comme je l’ai lu ce matin) mais dont Poutine se saisirait pour passer au palier suivant dans l’usage de la force. Ni escalade, ni désescalade ? Est-ce possible ? souhaitable ?

Lorsque le « jeu » proposé par l’adversaire peut conduire à l’anéantissement, il est sensé de prendre du recul, de garder son calme. Et peut-être de se contenter modestement d’essayer de bloquer l’engrenage. Rien de glorieux (Achille), rien de subtil (Ulysse), juste une attitude déterminée à ne pas bouger. Si nous admirons aujourd’hui le comique devenu président, n’est-ce pas parce qu’il est dans cette attitude hectorienne ? Faire sa part, même quand on sait que c’est pratiquement désespéré ; rester debout, quoi qu’il en coûte pour soi (et non pour les autres).

Tenir en n’oubliant pas que le temps joue contre Poutine. La guerre froide, c’était le « containment », l’empêchement de l’extension sans recherche d’une victoire jugée impossible. Pas glorieux mais au bout du compte efficace. Dans le monde accéléré qui est le nôtre difficile d’imaginer un tel containment sur une durée aussi longue. Mais justement, parce que le temps s’est accéléré, peut-être ne devrons-nous pas tenir trop longtemps… Les fragilités de Poutine sont nombreuses et il n’est pas dit que les oligarques touchés par les mesures financières ne se retourneront pas contre lui. Enrayer la machine poutinienne passe moins par des « sanctions » que par des blocages : immobilisation par la fermeture de l’espace aérien, blocage des comptes et des échanges financiers, paralysie des systèmes informatiques… L’Europe, heureusement, s’est engagée dans cette voie, la seule à même de révéler – on l’espère rapidement- les failles du régime et à mettre fin à l’aventure poutinienne.

Patrick Viveret rappelait dans les échanges entre Convivialistes que nous avions désormais  à maintenir l’habitabilité de la Terre dans deux registres. Nous le savions pour le climat ; nous voulions l’oublier pour la guerre nucléaire. Dans les deux cas nous devons bloquer l’avancée vers l’abîme. Plaçons-nous résolument dans les traces d’Hector. Il n’y a pas de gloire à conquérir, pas de place pour la ruse, il faut « simplement » tenir. Avec lucidité, détermination et humilité. Merci à l’Europe, merci encore plus aux Ukrainiens réunis autour de leur président. Restons sur cette crête étroite, résolument.

Guère d’Ukraine

Toute guerre est bien sûr d’abord une polémologie mais quand le discours de chacune des parties prenantes conduit à invisibiliser la réalité d’un conflit DEJA meurtrier, il n’est pas inutile de s’arrêter sur les mots employés.

Comment peut-on tout faire pour éviter une guerre, comme on nous le dit sans arrêt depuis plusieurs semaines, alors que cette guerre a déjà fait 13 000 morts ? Entendu ce matin sur France Culture, ce nombre de morts dans les combats qui se déroulent depuis 8 ans dans le Donbass m’ont sidéré. Vérification faite, il y a bien eu une dizaine de milliers de morts en 2014 et 2015. Et depuis les combats ont continué entrecoupés de cessez-le-feu ajoutant encore d’autres milliers de morts aux milliers de morts.

On ne sait pas si, comme la guerre de Troie, la guerre d’Ukraine n’AURA pas lieu mais incontestablement elle A lieu au présent et elle A EU lieu au passé. Comment peut-on à ce point nier une réalité faite de combats menés à deux heures de Paris (deux heures et demie peut-être puisqu’on réserve l’expression « à deux heures de Paris » à des combats et à des morts non encore advenus ) ?

La guerre du Donbass n’est donc pas une guerre au cœur de l’Europe ; la guerre en Ukraine le serait et serait en cela inacceptable. Doit-on en conclure que le Donbass n’est déjà plus en Ukraine, n’y a jamais été, a été de tous temps en Russie ? Peut-on imaginer que pour nous occidentaux (et je suis naturellement dans le lot), on peut attaquer Donetsk et pas Kiev ? La partition du pays est-elle finalement aussi actée que l’est le rattachement de la Crimée dont plus personne n’imagine le retour à l’Ukraine ?

Ce conflit avait déjà un côté totalement fantasmagorique avec des déclarations sans lien avec la réalité. Côté occidental, on disait dans la même phrase que l’invasion de l’Ukraine aurait des conséquences incalculables mais qu’on ne ferait pas pour autant la guerre. Côté russe, les postures semblaient tout aussi irréelles : on se préparait à la guerre pour éviter une menace fantasmée et totalement inexistante.

Résumons. Une guerre est préparée pour éviter une guerre dont les adversaires potentiels ne veulent pas. Une guerre réelle a lieu et chacun fait comme si elle ne comptait pas. On en est là : les guerres fantasmées ont plus d’importance que les guerres réelles. On passe des jours et des nuits à éviter des guerres impossibles tout en laissant prospérer les guerres invisibles.

La « Guerre d’Ukraine » n’aura sans doute pas lieu, la suite de son dépeçage en revanche ne fait guère de doute. On pourra se réjouir de cette absence de guerre, se féliciter de la modération retrouvée mais pourra-t-on demain croiser un habitant de ce pays sans étouffer de honte ? Je pense à Pavel que nous avons connu enfant et je ne peux éviter la montée des larmes.

Je ne suis pas un dessinateur de presse capable de pointer d’un coup de crayon l’absurde d’une situation. Ma manière à moi est de manier les mots. Il y  a un « jeu de mots » qui s’impose à moi pour dire cette tragédie dont l’acteur principal est si incroyablement absent. Il n’y aura peut-être pas de guerre d’Ukraine mais à coup sûr il ne restera guère d’Ukraine. Et que deviendront les Ukrainiens ?

PS – Qu’on me comprenne bien : je ne fais que pointer notre hypocrisie, la mienne compris. Je ne prétends pas dire ce qu’il faudrait faire. Simplement peut-être ce qu’on ne devrait pas dire.

Spirer, respirer, conspirer

Quoi de plus banal que la respiration ? Un article intriguant sur la « pneumatopolitique » m’a fait prendre conscience de sa dimension politique. A mon tour j’ai voulu y réfléchir, entre Covid et… climatisation !

Venir et revenir, flux et reflux, pourquoi n’y a-t-il pas spirer et respirer ? D’office, dans le mot même que nous employons, nous actons que la respiration est un recommencement. Il y a des allers sans retours mais il n’y a pas d’inspiration sans expiration. Je viens de découvrir dans un texte inspirant [1] que la spiration est aussi une con-spiration (les grecs avaient un verbe pour le dire : sunpnoia, la sympnée). Le souffle est toujours un partage : nous respirons le même air et notre vie est conditionnée à ce partage. On n’y prête naturellement qu’une attention distraite tant que l’automatisme de la respiration commune n’est pas perturbé. Cette con-spiration naturelle n’a rien d’une conspiration politique… jusqu’à ce qu’un virus n’en réactive la dimension politique sous-jacente. Chez Aristote, la sympnée était la condition même du politique, à savoir l’existence d’une communauté de citoyens respirant le même air, partageant le même mode de vie. Et dans toute conspiration politique, les conspirateurs partagent bien un souffle vital même s’il est dévoyé. Là, avec le Covid, on s’est rendu compte que respirer ensemble n’allait plus de soi, que c’était même un risque pour la collectivité. Les gestes barrières, les masques – la ventilation hélas pour certains – ont séparé nos respirations. Mal nécessaire, puisque nous avons grâce à cela maîtrisé la contagion tant que celle-ci était clairement dangereuse, mais mal néanmoins. Nous ne devons pas perdre de vue que cet « air conditionné » – au sens propre du terme puisque nous conditionnons le partage du même air au fait d’être possesseur d’un pass – doit rester une exception justifiée par le bien commun. Certains craignent que notre goût pour la soumission volontaire nous laisse séparés. Pour ma part je crains plus encore l’habitude que nous prenons de privatiser notre air. Ce « chacun son air » se traduit par un fait qui est loin d’être anodin : la climatisation irréfléchie de nos habitats. Comment peut-on continuer à être cette communauté de citoyens liés par le même air respiré quand, à la moindre chaleur, nous expulsons vers l’extérieur et donc vers tous les autres la moiteur que nous ne supportons pas ? Peut-on s’offrir aux dépends des autres une fraicheur carcérale, insoutenable à terme ? Plus de courants d’air ni d’entrebâillements, plus d’interactions du dedans et du dehors qui font le charme de l’été ! Et que penser de ces capteurs de CO², de ces moniteurs d’air intérieur que le Covid risque de nous laisser en héritage ? Le bon sens et l’éducation ne suffisent-ils pas pour penser à aérer les pièces où l’on se réunit ? Faut-il techniciser notre con-spiration ?

N’oublions pas que nous REspirons ! Or cette continuité de la respiration, et donc de la vie, est désormais étroitement liée au maintien de l’habitabilité de la Terre. Ne rendons pas la Terre inhabitable par la manière dont nous choisissons de respirer ! Respirer ensemble – con-spirer – devient la manière première d’affirmer notre commune humanité. Osera-t-on revendiquer cette « conspiration » nécessaire ?!

[1] Pneumatopolitique (ce que conspirer veut dire) – AOC media – Analyse Opinion Critique