Programme

Retour sur un mot qu’on a forcément entendu au cours de la campagne. Mais un mot qui est de plus en plus le fantôme d’un autre temps. Il serait nécessaire que l’on en prenne conscience pour que la démocratie reprenne de la vigueur à un moment où elle pourrait vaciller.

Qui utilise encore le terme de « profession de foi », désignation officielle de la propagande électorale ? On dit plutôt : « T’as reçu les programmes des candidats ? » Alors même que l’on ne cesse de regretter que les postulants à la présidence n’aient plus de programme on feint de croire que ce quatre-pages avec photo en Une pourrait en tenir lieu ! Tout le paradoxe de notre rapport à la politique tient dans cette confusion des termes. Des programmes sont bien élaborés par les candidats mais ils ne sont plus lus, à peine présentés au cours de la campagne, essentiellement évalués par une multitude de comparateurs, à la manière des lave-linges dans 60 Millions de consommateurs. On feint de vouloir des programmes sans avoir l’intention de les lire ; on prend pour des programmes ce qui n’est qu’une simple propagande calibrée pour la campagne officielle. Je trouve ça, à la réflexion, plutôt sain. Il y a une forme de vérité paradoxale dans cette dérive.

Et si on arrivait enfin à se dire clairement que les programmes n’ont aucun sens, aucune utilité, que tout le monde le sait, les candidats les premiers, puisque la plupart d’entre eux ont remplacé toute démarche programmatique un peu charpentée par une liste de mesurettes calibrées pour leurs passages au 20h de TF1 et la satisfaction de catégories bien précises d’électeurs potentiels (les chasseurs, les profs, les seniors,…). Un simili-programme que l’on pourra mettre en œuvre dans les fameux « cent jours » et dont on pourra dire, au bout d’un an, qu’il est réalisé à près de 80% ! Et si on arrêtait cette mascarade, ce jeu de dupes qui sape la confiance dans l’effectivité de la démocratie ?! Et si on reconnaissait que la notion même de programme est périmée dans un monde aussi incertain et complexe ? Programme renvoie pour moi à l’informatique ou même au métier Jacquart qui exécute ce qu’on a écrit à l’avance (c’est l’étymologie même du mot : pro à l’avance ; gramma inscription). Les programmes politiques sont à peu près aussi dépassés que les programmes télévisés consultés encore par les habitués vieillissants de la télé de flux à l’heure des replays et des plateformes. Les programmes supposent des réalités certaines, des mondes stables, des avenirs prévisibles, des humains dociles. Plus rien de tout cela ne subsiste mais nous continuons à faire comme si.

De quoi aurions-nous besoin alors ? Trois choses seulement : 1/ une vision d’une priorité qui va conditionner tout le quinquennat, qui va colorer toutes les mesures sectorielles que l’on va prendre chemin faisant 2/ une méthode qui explicite comment on va embarquer la société dans sa diversité puisque le politique n’a de force que s’il accompagne/encourage/facilite les évolutions des acteurs que nous sommes tous 3/ quelques repères de choses qui devront avoir changé à la fin du mandat (pas des objectifs chiffrés, des situations vécues qui devront avoir disparu ou au contraire des situations qui devront pouvoir être vécues à l’échéance du mandat, en conformité avec la vision). En réalité, nous avons besoin de quelque chose qui ressemble à … une profession de foi. En sachant que la foi n’est pas une croyance mais une fidélité, une fidélité à sa parole. Nous aurions dû nous rappeler qu’en 2015, nous avons déjà donné notre parole lors de la signature des accords de Paris. Nous avons une promesse à honorer à l’égard de nos enfants et des enfants de nos enfants : maintenir l’habitabilité de la Terre en limitant le réchauffement de la planète en dessous des 2°. Le programme est là, l’exigeante direction en tous cas. Je trouve affolant que la campagne n’ait pas été centrée absolument, viscéralement, instamment sur la manière dont chaque candidat allait s’employer à tenir cette promesse. J’en veux beaucoup aux médias pour leur pusillanimité à cet égard. Même la guerre en Ukraine aurait dû nous ramener à l’obsession de réussir une transition écologique, démocratique et désirable. Nous avons encore plus le devoir d’être exemplaires, de montrer au monde que la démocratie sert à se confronter au réel (même terriblement angoissant) de façon juste. Voilà le seul programme, non, la seule profession de foi qui vaille à mes yeux. Hélas, on en est tellement loin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *