Gentillesse

J’allais commencer un billet sur « comment on change le monde ? ». Je voulais revenir sur les Débats du DD (à Synergence, nous accompagnons McDonald’s France dans la mise en place de ce colloque avec Le Monde). Le thème de cette année était justement « entreprendre autrement…. Pour changer le monde ! ». Je regardais les vidéos des jeunes entrepreneurs, et je trouvais qu’ils avaient tous un air  de famille, la famille des enthousiastes déterminés. Je repensais à la rencontre organisée par la FING à la  CNDP où Laurence Monnoyer-Smith disait avec véhémence et justesse que les ZADistes en prétendant changer le monde, confortaient les plus conservateurs parce qu’ils ne laissaient aucune place au compromis.

Je commençais à réfléchir à la nécessité d’un pragmatisme radical… et puis j’ai eu envie de dire autre chose. Peut-être le temps de Noël, peut-être parce  que j’ai rappelé récemment ma croyance que la nouvelle promesse démocratique était sans doute : « le bonheur de se relier », peu importe ! En fait j’ai envie de parler de la gentillesse, de l’énergie incroyable qu’elle permet de faire circuler.

J’ai l’impression de la rencontrer souvent en ce moment. Attention, je ne dis pas que les gens que je rencontre sont gentils, je n’en sais rien ! Je dis qu’ils se comportent gentiment, c’est très différent. La gentillesse est une relation, pas un attribut ! On voit souvent aujourd’hui dans la  gentillesse une forme de soumission, de servilité. Moi je préfère y voir ce qu’évoque le terme de « gentilhomme » : une forme de noblesse. La noblesse de l’accueil.

La gentillesse c’est, pour moi, l’accueil de l’autre dans son potentiel. Je ne parle pas de l’accueil de ceux qui en fait n’engagent aucune relation, qui vous reçoivent mais pour parler d’eux et de leurs œuvres ! Pas non plus de ceux qui vous jugent et vous attribuent une place en fonction de ce qu’ils ont immédiatement perçu de vous. Tant mieux si vous êtes naturellement rayonnant et tant pis si vous êtes plus secret, l’accueil qui vous est réservé n’ira pas jusqu’à prendre le temps de vous découvrir ! Je déteste particulièrement ce que j’appellerais l’accueil éteignoir : cette (fausse) bienveillance qui sous prétexte de vous être agréable vous éteint sous le poids d’une démonstration d’amitié qui reste à la surface des choses. Accueillir, c’est s’intéresser au potentiel de l’autre. Pas ce qu’il exprime spontanément, plutôt ce qu’on sent qu’il pourrait exprimer si on prend le temps de le laisser se déployer ! Et c’est très différent. Cela suppose d’accepter une relation vraie et donc incertaine, changeante. Cela suppose d’accepter de suspendre son jugement à une époque médiatique où la première impression est la seule possible puisqu’on n’aura pas le temps d’une deuxième impression.

Je parlais de l’énergie que la gentillesse permet de faire circuler. Ça peut sembler un peu étonnant tant nous sommes habitués à la gentillesse mièvre. La gentillesse accueillante est bien évidemment source d’une énergie incroyable puisqu’elle ouvre de nouveaux horizons, amène de nouvelles rencontres. La gentillesse, c’est ce moment où l’on brûle de dire quelque chose et où on prend pourtant le temps de laisser l’autre s’exprimer car on est confiant à la fois dans l’intérêt de ce que l’on va entendre de la bouche de l’autre et dans la capacité qu’on aura ensuite d’intégrer ce qu’on a accepté de ne pas dire dans la suite de l’échange. Il y a alors une  forme de tension joyeuse, d’appétence pour le moment vécu qui recharge les batteries pour tous les moments (ils sont hélas fréquents) où la communication est bien davantage vécue comme une lutte.

Pour revenir au sujet sur lequel j’imaginais écrire – changer le monde – je crois fermement que la gentillesse est un ferment de transformation beaucoup plus radical que celui de la lutte intransigeante des radicaux autoproclamés. Combien de révolutions se sont ainsi révélées illusoires en ne changeant que les possesseurs du pouvoir et pas les attitudes. La gentillesse est peut-être la « vraie » révolution, simplement parce qu’elle lie étroitement transformation personnelle et transformation sociale. J’ai le sentiment que la génération qui monte est mieux éduquée à la gentillesse ! Dans le même ordre d’idée, Jeremy Rifkin, entraperçu hier dans une émission, disait que les jeunes étaient très nombreux à pratiquer spontanément l’économie collaborative et que ça changeait tout pour l’économie des années à venir.

Allez, un peu d’espoir ! C’est ma contribution à l’esprit de Noël !

PS / entendue ce matin sur France Inter dans la bouche de Dominique Seux, l’éditorialiste économique si souvent platement libéral, une phrase qui le surprenait lui-même puisqu’il trouvait sa chronique « un peu bizarre » :

Ce sont les interactions, les échanges qui font avancer les personnes, on n’avance plus seul… ces vacances de Noël sont l’occasion d’interactions différentes, de découvrir des idées nouvelles d’une belle-sœur, d’un cousin éloigné… alors n’hésitons pas pendant ces fêtes à parler un peu boulot, projet, politique, économie…

 

8 réflexions sur « Gentillesse »

  1. Bravo…. J’apprécie beaucoup cette présentation de la gentillesse et du lien qui, je le pense aussi, pourrait bien être la chose la plus fondamentale pour les années à venir, contrant de fait toutes les prospectives basées sur les chiffres !
    Paul Ariès, lors d’une conférence sur les biens communs, avait redonné espoir à la salle (après l’évocation, un peu déprimante, de la privatisation de l’eau, des semences et même du génome humain….) en rappelant que, là où chacun de nous était très puissant, c’était précisément dans nos relations avec les autres… et que ce « capital relationnel » était un bien commun avec un potentiel énorme !
    Merci, Hervé, pour ce « cadeau de Noël » ….

  2. Quelle belle manière de finir l’année en lisant ton éloge de la gentillesse.

    Je retiens :
    La gentillesse est peut-être la « vraie » révolution, simplement parce qu’elle lie étroitement transformation personnelle et transformation sociale.

    La révolution est celle qui mobilise l’intelligence du coeur : douceur, simplicité, compassion, gentillesse. La plus dure à mettre en oeuvre! C’est le chemin de la métamorphose chère à Edgard Morin.

    Tu rejoins Emanuel Jaffelin qui a publié en 2011 Petite éloge de la gentillesse.

    La mode est au cynisme. Il est donc mal vu d’être gentil. Dois-je pour autant m’incliner devant le regard qui ravale la gentillesse au rang de faiblesse ? Dans cet essai stimulant, Emmanuel Jaffelin montre : que la gentillesse n’a pas dit son dernier mot et qu’elle est une vertu d’avenir. Source d’une morale vivifiante, elle prend le relais des morales fondées sur le devoir. Sa révolution douce renferme une promesse : celle de réconcilier les vieilles civilisations de l’honneur avec notre société du bonheur. Comme le dit Lao-tseu : «Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres.»

  3. Bonjour,

    Et merci pour cette réflexion partagée… Je me sens assez d’accord avec ce que vous écrivez là, cependant j’ai envie d’y apporter un autre point de vue.

    Il me semble que le cynisme et le désenchantement ne sont pas plus « à la mode » qu’une convivialité pas toujours si parfaitement inclusive, un optimisme pas toujours très sincèrement compassionnel ou un bon esprit parfois artificiellement jovial… Ce n’est d’ailleurs pas si paradoxal quand on y regarde de près je pense.

    Je pratique moi-même de mon mieux la bienveillance et l’accueil, dans une perspective de transformation personnelle et sociale,
    et dans cet esprit, j’ai souvent eu à « accueillir » des personnes pas du tout gentilles, voire même franchement méchantes sur le coup, mais qui n’en était pas moins porteuse finalement de potentiels créateurs et de regards justes sur le monde. Ils m’ont appris, m’ont grandi, nous avons pu fraterniser.

    « Cessez d’être gentils, soyez vrais », exhortait un livre qui parlait de communication non-violente… Quand j’ai mal, que je ressens une injustice patente ou quand je me sens solidaire d’une violente souffrance ressentie par quelqu’un-e que j’aime, je ne suis pas gentil. Je peux être authentique, ça oui. Mais sur le coup, ça risque de ne pas sembler très très joli. Pourtant, ce peut aussi devenir lumineux la colère, la rage ou le désespoir… Sacrément lumineux même, et même au coeur d’une lutte !

    Alors je pense que ça aussi ça peut changer le monde,
    et que c’est dommage de hiérarchiser les modes d’action.
    Ça joue le jeu du diviseur ! et soudain, cette merveilleuse énergie dont vous parler cesse de circuler parmi certain-e-s d’entre nous : dommage !

    Aussi, tout en l’adoptant volontiers, je suis attentif aux dérives de la pensée positive. Dans l’expérience que je fais de l’amour, je rencontre parfois l’intransigeance et la radicalité, la violence même, et c’est pas mal.
    Non ? (^;

  4. bonjour Amans
    merci de votre commentaire dont je partage à mon tour tous les éléments !
    oui, la pensée positive a ses limites et je suis aussi en colère et révolté devant beaucoup d’aspects du monde contemporain…
    oui, il faut accueillir même ceux qui ne sont pas gentils sinon la gentillesse n’est qu’un entre-soi tranquille et sans risque
    oui, il faut s’efforcer d’être vrai et ne pas exclure de mode d’action

    mais justement, c’est parce que la « gentillesse », au sens d’accueil bienveillant, est dévalorisée à la fois par les cyniques et par les révoltés que je me suis risqué à cet éloge !

  5. Bonjour Hervé et tou-te-s !
    Alors, merci pour ce travail courageux en effet !
    Ça me fait penser à la mythologie du « bisounours », qui mériterait d’être mise à jour : une sinistre entreprise pour décrédibiliser la bienveillance, à laquelle bien des créatifs culturels donnaient encore la main en 2014… mais voilà des jours nouveaux j’espère (^;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *